Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

COP 26 : des pays, villes et industriels s'engagent pour la fin des véhicules thermiques d'ici 2040

Trente-deux États, régions, villes et industriels ont signé un accord pour ne vendre que des voitures et camionnettes électriques ou à hydrogène d'ici 2040. La Chine, les États-Unis, l'Allemagne et la France sont absents de la liste des signataires.

Transport  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
COP 26 : des pays, villes et industriels s'engagent pour la fin des véhicules thermiques d'ici 2040

Mercredi 10 novembre, au terme de la journée consacrée au transport par la COP 26, un accord a été signé pour mettre fin à la vente de véhicules thermiques. Cet accord, qui ne fait pas l'unanimité, a été signé par 32 États – du Canada au Royaume-Uni en passant par l'Inde et le Mexique – ainsi que des régions, villes et industriels de l'automobile. Ils se sont engagés à « faire en sorte que toutes les voitures et camionnettes vendues dans le monde soient à zéro émission d'ici 2040 et, au plus tard, d'ici 2035 pour les marchés leaders ». L'Inde appelle même à inclure les deux et trois roues dans cet engagement.

Cet accord sent néanmoins le réchauffé. De nombreux pays, régions ou villes signataires s'étaient déjà engagés en la matière à diverses échéances : 2030, par exemple, pour la Suède ou Israël, et 2025 pour la Norvège ou Londres. Le Royaume-Uni en a également profité pour confirmer son engagement de mettre fin aux ventes de camions diesel entre 2035 et 2040.

La France, absente des signataires

Par « zéro émission », la présidence britannique de cette 26ème Conférence des parties des Nations unies sur le climat entend l'émission d'aucun gaz à effet de serre au pot d'échappement. L'accord ne comprend que les véhicules uniquement électriques ou à hydrogène et exclut donc la vente des véhicules équipés d'un moteur thermique comme les hybrides ou ceux fonctionnant aux biocarburants.

La France, qui ne compte pas parmi les signataires de ce texte, regrette ce critère : « nous sommes d'accord sur la date de 2035 pour la fin de vente des véhicules non électrifiés, mais il est compliqué pour nous de rejoindre cette campagne alors que l'on a des négociations au niveau européen sur la question des véhicules hybrides », a commenté Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, à Glasgow (Écosse), en référence à la proposition de la Commission européenne au sein de son paquet « Fit-for-55 ».

   
Carte des engagements nationaux et régionaux déclarés pour mettre fin à la vente de véhicules thermiques à travers le monde © BloombergNEF
 
   
Parmi les autres absents de cet accord, les plus notables sont la Chine, les États-Unis, l'Allemagne, l'Italie ou encore le Japon. Des villes comme Dallas, Los Angeles ou New-York City aux États-Unis ou encore Rome et Florence en Italie sont néanmoins signataires. De la même manière, Toyota, Volkswagen et Renault-Nissan manquent à l'appel. Par contre, Ford, Mercedes-Benz ou encore Volvo – qui prévoyaient déjà de passer à la vente de véhicules uniquement électriques d'ici 2040 pour le premier, et 2030 pour les seconds – se sont engagés. « Les plans de l'industrie automobile vers l'électrification [ne se] matérialiseront pas sans des cibles concrètes de fin des émissions du secteur d'ici 2035 au plus tard, a réagi Julia Poliscanova, directrice du pôle mobilité électrique de l'ONG Transport & Environment. Les États-Unis et l'Europe, en particulier l'Allemagne et la France, doivent être leaders [sur le sujet]. »

En outre, le Conseil de la transition vers les véhicules à zéro émission (ZEVTC), présidé par le Royaume-Uni et les États-Unis, proposera début 2022 un premier « plan d'action » pour accélérer la mise en œuvre de cet accord. Un rapport de BloombergNEF, commandé par la présidence britannique de COP 26, recense déjà 8,5 millions de véhicules à zéro émission dans le monde – contre 4,6 millions, en décembre 2019.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Droit de l'énergie : votre conseil à distance et à l'international Energie-legal