Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un nouveau cadre mondial pour enrayer l'effondrement de la biodiversité d'ici à 2030

La COP 15 de Montréal a réussi à adopter un accord qualifié d'« historique » par les signataires, avec notamment l'objectif de protéger 30 % des terres et des océans et de restaurer la même proportion d'écosystèmes dégradés.

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson
Un nouveau cadre mondial pour enrayer l'effondrement de la biodiversité d'ici à 2030

C'était loin d'être gagné. Mais les États parties à la Convention sur la diversité biologique sont parvenus, ce lundi 19 décembre, à Montréal, en clôture de la COP 15 sous présidence chinoise, à adopter un cadre mondial pour la biodiversité (GBF) pour la période courant jusqu'à 2030. Le secrétariat de la Convention, tout comme de nombreux États signataires, à commencer par la France, n'hésitent pas à parler d'un « accord historique ». Et ce, comme le rappelle le ministère français de la Transition écologique, alors qu'un million d'espèces sont menacées d'extinction, que 75 % de la surface terrestre sont altérés de manière significative et que 85 % des zones humides ont disparu.

Certaines ONG saluent également cette adoption. « C'est une performance que d'être parvenus à se mettre d'accord sur un objectif collectif à l'échelle mondiale pour enrayer et inverser la perte de biodiversité (…), se réjouit ainsi Macro Lambertini, directeur général du WWF International. Cet accord envoie un signal clair et doit être une rampe de lancement pour les gouvernements, les entreprises et la société civile pour déployer un monde positif en nature, où il y aura en 2030 plus de nature qu'en 2020. » Mais des observateurs pointent, dans le même temps, un certain nombre de faiblesses et de menaces.

Techniquement, le cadre mondial est constitué de quatre objectifs et de 23 cibles à atteindre d'ici à 2030. En plus de ce cadre mondial, les représentants de 188 gouvernements présents à Montréal (sur 196 États parties à la Convention) ont adopté une série d'accords connexes portant sur la mise en œuvre du cadre et le rapportage à l'aide d'indicateurs, sur la mobilisation des ressources, et sur l'information relative au séquençage numérique des ressources génétiques.

Protéger 30 % des terres et des mers

Parmi les 23 cibles figure celle, emblématique, visant à protéger 30 % des terres et des mers. Un objectif porté par une coalition dite « de la haute ambition pour la nature et les peuples » présidée par la France, le Costa-Rica et le Royaume-Uni. Actuellement, seulement 17 et 10 % de ces espaces sont actuellement protégés. La coalition s'est engagée à créer un secrétariat et à se doter d'un budget pour accompagner ses membres, a indiqué le ministre français chargé de l'Écologie, Christophe Béchu. Le degré de protection de ces zones pose toutefois question. L'association Bloom, spécialisée dans la protection des océans, envoie une charge contre l'exécutif français, qu'elle accuse d'avoir « tué l'objectif » de mettre 10 % des espaces sous protection stricte et de s'être opposé à l'adoption de critères précis de qualité de protection pour le reste.

 
C'est une performance que d'être parvenus à se mettre d'accord sur un objectif collectif à l'échelle mondiale pour enrayer et inverser la perte de biodiversité  
Macro Lambertini, WWF International
 
Le WWF, de son côté, se félicite de l'adoption de cette cible, accompagnée de celle de restaurer 30 % des écosystèmes dégradés d'ici à 2030. Mais, pour l'ONG, elle ne suffira pas si elle n'est pas accompagnée de la mise en œuvre d'autres cibles adoptées parmi lesquelles la réduction des risques liés aux pesticides, l'augmentation des pratiques agroécologiques et le déploiement de solutions fondées sur la nature.

Les États parties ont en effet adopté la cible consistant à réduire de moitié l'excès de nutriments et le risque global posé par les pesticides et les produits chimiques les plus dangereux. Ils ont aussi adopté la cible visant à réduire « à près de zéro » la perte de zones à haute importance pour la biodiversité. Avec cette formulation, « les États acceptent, en creux, de perdre encore davantage de milieux naturels essentiels pour la biodiversité », pointe toutefois le WWF. Ce qui, ajoute l'ONG, est incompatible avec l'ambition d'inverser la perte de biodiversité d'ici à 2030, mais aussi avec les engagements pris en matière de lutte contre la déforestation lors de la COP climat de Glasgow.

Mobiliser 200 milliards de dollars par an

Autre cible particulièrement importante : celle de réduire d'au moins 500 milliards de dollars par an (Md$/an) les subventions qui nuisent à la biodiversité d'ici à 2030. En ce qui concerne la question des financements, qui a nourri de nombreuses oppositions, les représentants des États sont parvenus à l'objectif de mobiliser, d'ici à 2030, au moins 200 Md$ par an en financements nationaux et international, de sources à la fois publiques et privées, pour la biodiversité. Les flux financiers des pays développés vers ceux en développement devront, quant à eux, être portés à au moins 20 Md$/an d'ici à 2025, et à au moins 30 Md$/an d'ici à 2030. Des financements qui restent insuffisants aux yeux de certaines ONG. « Les gouvernements devraient (…) proposer un plan clair pour le total de 1 000 milliards de dollars par an nécessaire pour concrétiser cet accord », estime ainsi Osca Soria, directeur de campagne de l'ONG Avaaz. « Conformément à ses engagements, la France a prévu le doublement de ses financements à hauteur de 1 Md€ par an d'ici à 2025 », annonce, quant à lui, le ministère français de la Transition écologique.

Une cible concerne plus particulièrement les entreprises. Les États parties devront exiger que les grandes entreprises et les institutions financières transnationales « surveillent, évaluent et divulguent de manière transparente leurs risques, leurs dépendances et leurs impacts sur la biodiversité à travers leurs opérations, leurs chaînes d'approvisionnement et de valeur et leurs portefeuilles ». Certains représentants de la sphère privée ont émis des réactions positives à l'occasion de l'adoption de l'accord. « Il en résultera une plus grande responsabilisation et des décisions mieux informées de la part des investisseurs, des gouvernements, des consommateurs et des entreprises elles-mêmes », a ainsi réagi Alan Jope, P-DG d'Unilever. « Le risque lié à la nature fait partie intégrante du risque et du rendement des investissements, et il existe une opportunité évidente d'aligner les flux financiers sur des objectifs positifs pour la nature », relève, de son côté, Andy Howard, responsable mondial de l'investissement durable dans la société de gestion d'actifs Schroders.

« Pas un accord de papier »

Les dispositions adoptées en matière de mise en œuvre sont saluées, car l'échec de l'atteinte des objectifs d'Aichi, fixés en 2010 lors de la COP 10, s'explique pour beaucoup par l'absence de cadre de suivi, ainsi que l'avait rappelé Sylvie Lemmet, ambassadrice déléguée à l'environnement, lors de l'ouverture de la COP 15. Pour le WWF, l'adoption d'un tel mécanisme marque la différence par rapport aux accords précédents, mais l'ONG le considère toutefois comme trop faible.

« Il y a un cadre mondial, ensuite il y a un cadre de mise en œuvre national ; chacun va devoir se mettre à la hauteur de cet accord pour que l'on soit en capacité de prouver que ce n'est pas un accord de papier », confirme Christophe Béchu. La détermination des États membres de l'UE va être rapidement testée, puisqu'un Conseil européen se réunit, le 20 décembre, pour discuter du projet de règlement sur la restauration de la nature. Sur le plan national, le ministère de la Transition écologique annonce la déclinaison « dans les prochains mois » de l'Accord de Montréal dans la Stratégie nationale pour la biodiversité.

Mais certains laissent poindre leur scepticisme. « Tout se jouera dans la mise en œuvre, sur laquelle l'accord ne donne quasiment aucun engagement chiffré, déplore ainsi Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). L'absence coupable des grands dirigeants de la planète à cette COP 15 témoigne du travail qu'il reste à faire pour que se dessine une véritable ambition en faveur de la biodiversité. »

Réactions11 réactions à cet article

 

Beaucoup de bonnes "intentions"... A suivre !!!
Mais, bon sang, dépêchons-nous !

ETPFR | 20 décembre 2022 à 09h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Observer, mesurer, comprendre, modéliser, suivre, ...
La conclusion du rapport peut être soulignée sur les sites liés à l'environnement :
"sensibilisant au rôle essentiel de la science, de la technologie et de l'innovation pour renforcer les capacités scientifiques et techniques de surveillance de la biodiversité, en comblant les lacunes dans les connaissances et en élaborant des solutions novatrices pour améliorer la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité."

MMM | 20 décembre 2022 à 12h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les endroits les plus hostiles à la biodiversité ont des sols MORTS et ce sont les villes et les déserts ! La base de TOUTES les chaines alimentaires se trouvent dans les sols (bactéries, champignons, etc ... ) ! L'avenir de la planète passera obligatoirement par l'agriculture de conservation des sols, c'est à dire des champs VERTS toute l'année et en priorité l'été ! la photosynthèse c'est l'énergie du vivant, plus la densité végétale augmente plus la vie augmente !

laurent | 20 décembre 2022 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ MMM : certes, mais l'essentiel est avant tout d'agir concrètement en prenant à l'échelle mondiale des mesures correctives fortes et, si nécessaire, coercitives (sans sanctions graduelles prévues par la loi et appliquées par des agents assermentés, personne ne respecterait le code de la route par exemple). Sans cela, cet accord historique risque bien de ne l'être que sur le papier, une fois de plus (le semi échec de l'efficacité du réseau Natura 2000, entre autres, à sauvegarder la biodiversité sauvage en Europe devrait nous éclairer sur ce point).
Il serait bon de se souvenir que la biodiversité sauvage constitue notre assurance-vie sur Terre et que nous dépendons intégralement d'elle. Ne serait-ce qu'à ce titre, elle mérite toute notre attention et nos soins.

Pégase | 21 décembre 2022 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ laurent : les endroits les plus hostiles à la biodiversité sont d'abord les immenses plaines de grandes cultures gavées de pesticides et autres cochonneries de synthèse toxique. Juste un indicateur parmi d'autres pour étayer le propos : on produit désormais plus de miel sur les toits de Paris que dans les plaines de Brie ou de Beauce. Paradoxal de prime abord mais hélas très logique aux plans biologiques et écotoxicologique !

Pégase | 21 décembre 2022 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore des objectifs définis pour ne pas être atteints ! C'est une habitude dans tous les domaines de l'environnement !
Mais qu'ont donc fait tous ces gens de leurs formations ?
On recommence, comme pour le climat, pour la qualité de l'eau, comme pour les émissions, comme pour les produits chimiques, comme pour les déchets.
La technique de promouvoir ZERO ou X% de réduction d'une grandeur qui n'est pas mesurée est totalement IMBECILE.
Lors de votre entretien annuel, accepteriez vous que votre boss conditionne votre évolution salariale à des critères comme : "ZERO réclamation" ou "Augmente de 50% le nombre de tes contrats" si le nombre des contrats et les critères de leur attribution aux personnes ne sont pas clairement définis ?
Marre de cette rhétorique qui n'encourage que les militants et les extremistes écolo-catastrophistes pour qui de toutes façons, ce ne sera jamais assez !
Allez, bon courage et bonnes fêtes !

Albatros | 21 décembre 2022 à 11h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@pégase : on a fait des grands champs pour nourrir des villes de plus en plus grandes ! il faut absolument remettre des arbres dans les champs mais il faudra attendre 30 ans pour voir les effets, en attendant il faut PROTEGER les sols avec une couverture végétale vivante toute l'année et en priorité l'été : la biologie des sols s’arrêtent avec la sécheresse : un sol sec c'est un désert pour l'eau le climat et la biodiversité ! il n'y a pas d’oiseaux dans le désert parce qu'il n'y a pas d'insectes et il n'y a pas d'insectes parce que les sols sont SECS donc MORTS ! en mettant les villes aux normes (Aucun rejet en rivière) les nappes phréatiques ne baisseront plus jamais ! C'est avec des champs verts l'été qu'on fait pleuvoir , c'est avec des champs secs qu'on fabrique des déserts sans eau et sans vie ... Pégase, vous êtes bien placé pour savoir que les problèmes d'eau ne sont pas agricoles ... la vérité sortira bientôt !

laurent | 21 décembre 2022 à 12h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Meilleurs voeux à tous !
Par contre, concernant la dernière remarque de Laurent, j'évoque "la loi de Brandolini"....

Erikk | 03 janvier 2023 à 16h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Meilleurs vœux également.
@ Erikk : +1 !

Pégase | 03 janvier 2023 à 18h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis en train de lire le dernier livre de Gérald Bronner, "Apocalypse Cognitive". Ca donne beaucoup de matière à nos discussions sur cette plate-forme! Par exemple, auparavant je ne connaissais pas la "loi de Brandolini", et désormais je risque de l'évoquer souvent ! Sinon, on s'épuise....

Erikk | 04 janvier 2023 à 11h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement, Erikk.
De nombreux forums mais aussi des instances officielles dites de concertation sont assiégés par des spécialistes des faux-semblants, des écrans de fumée, des contre-feux, si ce n'est de la désinformation, pour déformer, masquer, travestir les faits ayant trait à la régression environnementale inouïe d'origine anthropique qui s'opère, cela afin qu'elle passe la plus inaperçue possible et qu'ainsi le business as usual continue à générer sans entraves du cash-flow pour une ultra minorité vénale, puissante car fortement réseautée et agissante.
Des références bibliographiques comme vous citez sont ainsi essentielles pour repérer, identifier et s'efforcer de déconstruire ces manipulations des faits, extrêmement préoccupantes par ces temps d'accélération des manifestations brutales du changement climatique, de forte perte de la biodiversité et de pollutions généralisées.

Pégase | 04 janvier 2023 à 13h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

VALORMAX BA : une gamme de matériels pour la valorisation de biomasse NOREMAT

Formations professionnelles

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat