En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Changement climatique et santé : les ministres s'engagent à agir

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le 15 novembre, à la Conférence sur le climat à Marrakech (COP 22), une vingtaine de ministres et de hauts responsables de la santé et de l'environnement se sont engagés à favoriser une meilleure gestion des risques environnementaux et climatiques pesant sur la santé.

Cette initiative mondiale est lancée avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (Pnue). Elle a pour objectif de réduire le nombre annuel de décès dus aux pollutions liées à l'environnement (pollution de l'air, de l'eau, des sols, exposition aux substances chimiques, etc.). Selon l'OMS, cela représente près d'un quart des décès dans le monde. Soit 12,6 millions de personnes par an, dont 6,5 millions décédées à cause de la pollution de l'air extérieur et intérieur.

D'après l'OMS, le changement climatique (canicules, événements météorologiques extrêmes, sècheresses, transmission des maladies diarrhéiques et des maladies à transmission vectorielle) pourrait causer environ 250.000 décès supplémentaires par an entre 2030 et 2050.

"Cette déclaration qui fera date a permis d'obtenir un consensus pour mieux articuler nos efforts afin de trouver une solution aux problèmes majeurs de la santé, de l'environnement et des changements climatiques", a déclaré Hakima El Haite, la ministre marocaine de l'Environnement. "Ensemble, nous nous engageons à veiller à ce que les populations, leurs moyens de subsistance, leur bien-être et, plus particulièrement, leur santé soient au centre de l'action contre les changements climatiques."

Pour El Houssaine Louardi, ministre marocain de la Santé, "en mettant en place cette initiative, nous pouvons travailler ensemble pour renforcer les systèmes de santé, investir dans la prévention des maladies et prendre des mesures de bon sens, comme améliorer les systèmes d'adduction d'eau et d'assainissement ou la surveillance des maladies infectieuses. Cela nous permettra de sauver des vies dès maintenant et nous protégera d'une escalade des risques climatiques."

La déclaration invite les secteurs de la santé et de l'environnement à échanger leurs expériences, leur expertise technique et leurs meilleures pratiques. "Il faut que les communautés de l'environnement et de la santé se réunissent. Nous devons traduire les accords mondiaux en mesures ayant un impact tangible et positif sur la vie des populations (…). La coalition demandée aujourd'hui représente une occasion importante, en temps utile, pour catalyser le changement dans de multiples secteurs, qu'il s'agisse de l'énergie, des transports, du logement, de l'agriculture ou encore de la politique et de la planification économiques", a déclaré Erik Solheim, Directeur exécutif du Pnue.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…