En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Après-Copenhague : Jean-Louis Borloo reste très confiant

Interrogé par les députés, le ministre d'Etat se dit confiant quant à la poursuite des négociations sur le climat. Il mise sur l'échéance du 31 janvier, date à laquelle les Etats doivent communiquer par écrit leurs engagements pris à Copenhague.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Après-Copenhague : Jean-Louis Borloo reste très confiant
   
Il y a ceux qui voient le verre à moitié plein, et ceux qui préfèrent le voir à moitié vide… Jean-Louis Borloo fait partie des premiers ! Le ministre d'Etat garde un esprit positif sur la continuité du processus de Copenhague, contrairement au sentiment d'échec largement répandu à l'issue des négociations internationales sur le climat.

''Jusqu'à présent, nous étions dans un système, le protocole de Kyoto, qui était certes une grande avancée, une mise en marche du monde, mais seule l'Europe était réellement engagée, alors qu'elle représente 17 % des émissions mondiales des gaz à effet de serre. Et encore, les engagements européens ont été honorés parce qu'il y a eu des modifications des mix énergétiques des pays de l'Est, expliquait Jean-Louis Borloo, devant les Commissions des Affaires économiques et du Développement durable de l'Assemblée nationale le 27 janvier. L'enjeu du post Kyoto était d'accrocher les 80 % d'émetteurs de GES restants. L'idée que le type d'accord contraignant européen pouvait être imposé au reste du monde était un non sens. Si le 31 janvier, le reste du monde adresse à l'ONU ses plans de réduction et ses engagements, Copenhague sera une réussite''. Le ministre d'Etat ne doute pas quant au respect de cette échéance qui, dans les objectifs, suivra ''la feuille de route de Bali''.

Un discours peu commun, alors qu'à l'issue du sommet de Copenhague, le 17 décembre, de nombreuses voix s'élevaient pour dénoncer l'échec cuisant des négociations… Pour le ministre d'Etat, le fait que près de 120 chefs d'Etat soient réunis ''sans être convoqués'' pour parler du climat est déjà une victoire en soi. ''On a assisté à un moment de mobilisation essentiel (…). Il faut continuer à travailler et redonner du souffle et de l'envie dans ce processus.'' L'échéance du 31 janvier sera essentielle avant les prochaines réunions et le rendez-vous de Cancun en décembre prochain. Seul bémol : le regret qu'il n'y ait pas eu de ''petit cadeau américain'' alors que le président Obama a fait le déplacement (''leurs engagements pour 2020 sont inférieurs à ce qu'il faudrait faire'') et la suppression de la phrase concernant l'engagement de réduction des émissions de 80 % des pays industrialisés, à la demande de la Chine, dans l'accord final négocié entre chefs d'Etat. Pour Jean-Louis Borloo, ''l'enjeu de l'année qui vient est de passer de cet engagement fort à quelque chose d'organisé, de structuré et de positif''. A certaines conditions…

Tout d'abord, ''si nous restons dans cette folie culturelle absolue, nous continuerons à avoir des incompréhensions majeures. J'ai été très frappé que nous, Occidentaux, ayons mis comme évaluation des débats notre propre culture des modalités. Cette perception est très dangereuse car elle fait le lit de l' ''àquoibonisme''. C'est une idée régressive qui laisse penser qu'on prend des mesures contraignantes pour nos peuples alors que les autres ne font rien. Alors qu'on le fait aussi pour nous !''. Ce pessimisme européen crée ''un malaise'' chez les autres pays négociateurs : ''est-ce que l'Europe parle d'échec pour ne pas s'engager sur un objectif de 30 %?''.

Les négociations de Copenhague ont souligné la nouvelle donne géopolitique et l'Occident, ''centré sur ses propres modèles'', doit prendre conscience de cette redistribution des cartes. ''On est sur une modification profonde des blocs d'influence. Le G77 n'a plus d'existence, la Chine a basculé aujourd'hui dans la problématique des pays industrialisés. Les Etats-Unis n'assurent plus de leadership, mis à part sur quelques pays européens. Le poids des grands émergents est désormais décisif'', analyse le ministre d'Etat.

Réactions2 réactions à cet article

 
Borloo ?

Les 'Grenelles' n'ont accouché que de souris, et la filière électricité photovoltaïque est en grand péril. Y'a plus de sous...alors investir pour l'avenir, serrage de ceinture. Les banques se sont servies! Faut-il rappeler que des doutes plus que sérieux pèsent sur la cabale du réchauffisme catastrophique, comme auparavant la grande pandémie H1N1 ? Le but de ces manoeuvres est essentiellement 'politique', pour imposer leur 'gouvernance mondiale' confiée à des machins comme l'ONU, l'OMS, le FMI...qui sont notoirement corrompus ou incompétents, et surtout à la botte des élitistes : ceux qui s'agitent au Davos...Les puissances occultes de l'Argent-Roi, Goldman Sachs et autres Soros ou Gates, qui ont corrompu notre monde et accaparé des pouvoirs exorbitants, devront laisser la place à un nouveau Monde. L'effondrement du Système financier actuel, du $ papier, des états insolvables, et la fin de la puissance Impériale et guerrière des USA est proche, pour cette année probablement.
Un monde sur de nouvelles bases, qui devra être Ethique et Solidaire. A défaut d'y arriver rapidement, l'humanité périra avec sa planète dévastée par les famines, les guerres, les pollutions etc.

Naullay | 28 janvier 2010 à 18h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Borloo ?

très bien tout çà, très beau constat synthétique et partisan de l'état de notre monde aujourd'hui....mais vous....que proposez-vous de concret ?

lffs | 31 janvier 2010 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…