En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Coronavirus : Paris nettoiera ses rues avec de l'eau potable

Risques  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com
Coronavirus : Paris nettoiera ses rues avec de l'eau potable

La Ville de Paris a décidé, dimanche 19 avril, de suspendre l'usage de son réseau d'eau non potable, après y avoir détecté des traces du génome du coronavirus responsable de l'épidémie de Covid-19. Ce réseau spécifique de la capitale, fournit l'eau pour l'arrosage de certains parcs et jardins, le nettoiement des rues et le fonctionnement des fontaines. Il est alimenté par une eau dite « brute », prélevée dans la Seine et le canal de l'Ourcq, et acheminée sans traitement lourd via un réseau secondaire, indépendant du réseau d'eau potable. Cinq cents mètres cubes de cette eau sont habituellement utilisés chaque jour.

« On détecte effectivement des morceaux du génome de Covid-19, mais on est à la limite des points de détection », tempère Laurent Moulin, microbiologiste à Eau de Paris. Ces traces de Covid-19 n'ont pas été trouvées lors de contrôles de routine mais bien recherchées par le laboratoire. « Les traces de Covid-19 ne sont pas anormales dans des eaux de rivières où peuvent s'écouler des eaux non ou partiellement traitées, explique Laurent Moulin. Cela ne surprend pas les scientifiques de trouver des traces de ce virus dans l'environnement ».
Suite à cette détection, la Ville de Paris avait saisi l'Agence régionale de santé (ARS) pour qu'elle analyse les risques éventuels présentés par ces traces. L'ARS leur a précisé qu'au nom du principe de précaution, la ville devait suspendre les utilisations à la lance d'eau de ce réseau, afin de prévenir un éventuel risque d'aérolisation. Là encore, un risque a priori très mince.

La Mairie de Paris rappelle que « ce réseau est totalement indépendant des 2 000 kilomètres de canalisation d'eau potable de la ville. L'eau potable de Paris ne présente aucune trace de virus Covid-19. Elle peut être consommée sans aucun risque ». Le lavage des rues de la capitale se fera dorénavant à l'eau potable ; les flottes de véhicules se rechargeront sur les bouches incendies.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il n'y a guère que dans nos citées occidentales opulentes qu'on peut se permettre pareil luxe ! Une chloration ou une ozonation légère de l'eau non potable n'aurait-elle pas permis de résoudre la suspiçion de problème ? Peut-être plus cher que de solliciter le réseau d'eau potable ?

Pégase | 20 avril 2020 à 19h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"L'ARS leur a précisé qu'au nom du principe de précaution, la ville devait suspendre les utilisations à la lance d'eau de ce réseau, afin de prévenir un éventuel risque d'aérolisation."
On attend avec impatience la même analyse et la même intransigeance en ce qui concerne l'épandage des pesticides...

adjtUAF | 22 avril 2020 à 17h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ adjtUAF : très exactement !
Cependant, le corps des inspecteurs du génie sanitaire est avant tout formé à combattre le germe pathogène donc le vivant, pas la chimie qui elle est le produit de l'homme donc le "progrès". Ca explique, je crois, bien des choses.

Pégase | 23 avril 2020 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager