En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Du coton produit en France, un pari devenu réalité dans le Gers

L'industrie du textile est une des activités les plus polluantes, notamment à cause du transport des marchandises. Et pourquoi ne pas produire du coton en France ? Une idée qui a germé et porte aujourd'hui ses fruits dans le Gers (32). Reportage vidéo.

Reportage vidéo  |  Agroécologie  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

C'est à Montréal-du-Gers que se situe l'exploitation de coton, créée il y a trois ans, par trois associés : Yohan de Wit et ses deux beaux-frères, Médéric et Samuel Cardeillac.
Ils ont commencé par planter deux hectares, doublés l'année suivante, pour atteindre cette année, 14 hectares.
L'idée, dès le départ, n'a jamais été de faire face à la concurrence internationale en produisant juste de la matière première. Pour rendre l'exploitation viable, il fallait transformer ce coton en produit fini. C'est chose faite avec la marque Jean Fil et ses polos confectionnés dans des usines basées sur le territoire français. Une usine de filature dans les Vosges, puis le tricotage, la teinture et la confection à Troyes. Au final, pour l'ensemble de la fabrication, de la production du coton jusqu'au lieu de vente, le textile aura parcouru 2 000 km… ce qui est très peu au regard d'un jean qui peut voyager 65 000 km avant d'atteindre les étals des commerces.

Du début à la fin, et c'est unique en France, ces polos sont eux 100 % français !

Une production du coton très sobre puisque l'espèce qui a été sélectionnée semble apprécier le climat gersois. Aucune irrigation n'est nécessaire : les précipitations annuelles suffisent. Les trois associés ont également décidé de ne pas utiliser de pesticides : pas d'insecticide, pas de fongicide, pas non plus d'herbicide. Le rendement est, certes, légèrement amoindri, mais Yohan de Wit explique, dans la vidéo ci-dessus, la démarche.

Des polos 100 % français

Pour autant, l'exploitation ne vise pas pour l'instant la labellisation biologique. Les retours d'expérience sont encore trop faibles pour s'imposer, dès le début, des contraintes de production supplémentaires.

Le polo est vendu à un prix plutôt haut de gamme, entre 95 et 120 euros selon les modèles. La qualité du coton serait au rendez-vous et, selon Yohan de Wit, ces vêtements sont conçus pour durer. La marque mise essentiellement sur le 100 % fabriqué en France auprès de clients qui favorisent la production locale et/ou écologique. Une vente qui s'effectue exclusivement sur Internet sur le site www.jeanfil.fr.
La production de coton de cette année s'avère prometteuse ; elle pourrait permettre de produire l'équivalent de 6 000 à 9 000 polos.

Réactions1 réaction à cet article

 

Belle initiative, je vous souhaite très sincèrement le succès pour cette activité et dans la commercialisation de vos produits !

PASCALE | 29 octobre 2019 à 14h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager