Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Arctique : diminution exceptionnelle de l'ozone stratosphérique

Risques  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

''Des conditions météorologiques exceptionnelles conduisent ces dernières semaines à une diminution d'ozone sans précédent en Arctique'', révèle un communiqué de presse du Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (CNRS/UVSQ/UPMC). L'hiver stratosphérique très froid et persistant aurait conduit à une destruction importante d'ozone, qui s'est prolongée de façon inhabituelle jusqu'au printemps. Cette diminution est ''très importante, et sur une zone étendue, du contenu total d'ozone. La persistance et l'intensité de cette diminution, qui dure depuis plusieurs semaines et a atteint 40 % à la fin mars, sont tout à fait exceptionnelles'', note le communiqué.

''La destruction de l'ozone stratosphérique se produit dans les régions polaires lorsque les températures descendent en dessous de -80 °C. À ces températures, des nuages se forment dans la basse stratosphère au sein desquels des réactions chimiques transforment des composés issus des halocarbures (composés chimiques qui contiennent du chlore et du brome) – et inoffensifs vis-à-vis de l'ozone-, en composés actifs. Ces processus conduisent à une destruction rapide de l'ozone au retour de la lumière solaire au-dessus du pôle'', explique le communiqué.

Si en Antarctique, ce phénomène est récurrent, en Arctique, ''les températures hivernales sont en moyenne plus élevées qu'au pôle Sud et les conditions météorologiques varient beaucoup d'une année à l'autre''. Ce phénomène est donc moins fréquent. Cependant, ''tant que le contenu de la stratosphère en chlore et en brome demeurera élevé, une forte diminution d'ozone semblable à celle observée cette année pourra se reproduire lors d'hivers arctiques exceptionnellement froids''.

Si le Protocole de Montréal, signé en 1987, a réglementé la production des halocarbures, ceux-ci persistent dans l'atmosphère pendant plusieurs décennies. ''Selon le dernier rapport international d'évaluation de l'état de la couche d'ozone, l'ozone devrait retrouver son niveau des années 1980 autour de 2045-60 au pôle Sud, et probablement une ou deux décennies plus tôt au pôle Nord''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager