En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La couche d'ozone ne se rétablirait pas avant une cinquantaine d'années

Gouvernance  |    |  Marie Bernard  |  Actu-Environnement.com
Après avoir subi des assauts chimiques pendant des décennies, la couche d'ozone aura peut-être besoin d'une cinquantaine d'années pour se rétablir pleinement , a annoncé M. Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations unies, à l'occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d'ozone, ce mardi.

Le trou dans la couche d'ozone, provoqué par les activités humaines et notamment les émissions de certains gaz appauvrissant la couche, avait été découvert dans les années 1980.
Suite à ce constat, le protocole de Montréal, actuellement en vigueur dans plus de 180 pays, avait été signé le 16 septembre 1987, constituant alors le premier accord visant à éliminer et substituer plusieurs gaz, plus particulièrement les chlorofluorocarbones (CFC) et les hydrochlorofluorocarbones (HCFC), longtemps utilisés dans les systèmes de réfrigération.

En outre, beaucoup de substances chimiques dont l'utilisation avait été réglementée par ce traité, sont aussi celles qui contribuent désormais au réchauffement climatique, a indiqué M. Ban Ki-moon, ce mardi.
Aussi , nous devons obtenir un nouvel accord décisif qui mette le monde sur la voie de la stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et qui fournisse les fonds dont les pays ont besoin pour s'adapter aux changements climatiques , a-t-il précisé.

Dans un même temps, le ministre français de l'Ecologie, Jean Louis Borloo, a annoncé la signature de quatre arrêtés portants sur la professionnalisation des entreprises travaillant dans le domaine du froid et ce, dans l'objectif de limiter les émissions de substances appauvrissant la couche d'ozone.

A compter de 2009, toutes les entreprises travaillant dans ce secteur devront ainsi disposer d'une attestation de capacité qui ne sera délivrée que si l'entreprise dispose des outillages appropriés et si chaque employé qui travaille sur des circuits contenant des fluides frigorigènes dispose d'un niveau de qualification suffisant.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager