Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Cour des comptes juge urgent le lancement du renouvellement du parc de production électrique

Une note de la Cour des comptes synthétise les grands enjeux des investissements que doit réaliser la France pour renouveler son parc de production d'électricité. Elle appelle les pouvoirs publics à agir rapidement et avec détermination.

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
La Cour des comptes juge urgent le lancement du renouvellement du parc de production électrique

La fin de vie du parc nucléaire arrive à grand pas, imposant le renouvellement de l'essentiel de l'outil de production électrique français au cours des trois prochaines décennies. Une note publiée, jeudi 18 novembre, par les sages de la rue Cambon dresse un panorama des principaux enjeux. Elle rappelle que la France devra réaliser « un investissement financier considérable » et qu'elle doit anticiper « d'importants délais de construction ».

La Cour des comptes exhorte donc les pouvoirs publics à prendre « dès à présent des décisions urgentes » et à les « mettre en œuvre de façon résolue ». Préalablement, elle « estime nécessaire la tenue d'un débat sur le choix de production électrique (…) dont les conséquences en termes d'emploi et d'aménagement du territoire se répercuteront sur plusieurs décennies ».

Une puissance raccordée réduite de moitié en 2050

Actuellement, le nucléaire couvre 70 % de la production électrique. Or, l'essentiel des 56 réacteurs nucléaires français ont été mis en service entre 1977 et 1987. Ces unités auront atteint soixante ans et seront donc mis à l'arrêt définitif dans le courant de la décennie 2040. Quel que soit le scénario envisagé, la puissance installée passera d'environ 60 gigawatts (GW) actuellement à une valeur comprise entre 0 et un peu plus de 30 GW en 2050.

Quoi qu'il en soit, la note constate que « le fait que les choix en matière de mix électrique n'aient pas été effectués, il y a dix ans, oblige d'ores et déjà à intégrer (…) la nécessité d'une prolongation jusqu'à soixante ans d'une partie du parc, avec les contraintes en termes de sûreté et les aléas du passage de la cinquième visite décennale qui en résultent ». C'est d'ailleurs l'option retenue dans la dernière Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), adoptée en mars 2020.

De longs délais de mise en service

Parallèlement, les durées de construction des nouveaux moyens de production (hors photovoltaïque, que la note n'évoque pas) sont longues. Sur la base de l'expérience récente, la Cour explique qu'il faut entre sept et neuf ans pour les parcs éoliens terrestres, un minimum de onze ans pour l'éolien en mer et plus de quinze ans pour l'EPR.

 
La tenue d'un débat sur le choix de production électrique est nécessaire  
Cour des comptes
 
Autre élément pris en compte : la consommation d'électricité pourrait atteindre 650 térawattheures en 2050, contre 475 TWh aujourd'hui, estime la Cour, reprenant ici les ordres de grandeur du scénario de référence de RTE, qui table sur une progression de 35 % du fait de l'électrification des usages. Le solde exportateur, de l'ordre de 50 à 70 TWh par an, permet d'amortir la hausse, mais cela impose de « tenir compte des options qui sont retenues par nos voisins en ce qui concerne l'évolution de leur propre outil de production à long terme ».

Des enjeux technologiques opposés

Quel que soient les options retenues, les enjeux sont importants pour l'avenir de la France. Sur le plan industriel, le choix du nucléaire implique d'être en mesure de lever l'« incertitude en termes de capacité à construire un nouveau parc de réacteurs dans des délais et à des coûts raisonnables ». EDF souhaite mettre en service six EPR supplémentaires, entre 2035 et le début des années 2040, pour une facture annoncée à 46 milliards d'euros. Maintenir 50 % de nucléaire au-delà de 2050 implique d'en construire jusqu'à une vingtaine de plus en trente ans. « Une mobilisation et un effort de redressement accélérés de notre industrie nucléaire » seraient alors nécessaires.

Le choix des renouvelables ne présente pas d'incertitude technologique. Au contraire, la puissance des éoliennes progresse régulièrement, tout comme le rendement des panneaux solaires photovoltaïques. Mais leur déploiement à très grande échelle implique des capacités de stockage à un coût abordable, explique la Cour, qui cite l'étude publiée, début 2021, par RTE. Autre écueil à surmonter : les difficultés d'implantation du fait de contraintes géographiques ou règlementaires, voire d'acceptabilité sociale.

Ne pas oublier les réseaux et la gestion des déchets

La Cour des comptes pointe aussi des éléments moins fréquemment mis en avant, parce qu'ils sont moins visibles (s'agissant du réseau électrique), ou alors l'échéance est très lointaine (la gestion des déchets radioactifs).

Le développement des renouvelables nécessitera d'importants investissements de la part de RTE, notamment pour relier au réseau les parcs éoliens offshore et pour renforcer les liaisons avec les pays voisins. Parallèlement, le réseau de distribution géré par Enedis jouera un rôle plus important qu'actuellement et devra être adapté pour accueillir l'éolien terrestre et le solaire.

Quant à la gestion des combustibles nucléaires, elle doit être envisagée à l'horizon 2100. Si la France décide de poursuivre l'utilisation du combustible MOX, elle devra « renouveler l'usine de retraitement des combustibles de la Hague (…) et créer de nouveaux sites d'entreposage, puis de stockage des déchets ». Si elle y renonce, elle devra « proposer un autre mode de gestion des combustibles usés et des déchets, qui seraient, dans une telle hypothèse, beaucoup plus volumineux ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Et la réduction de la consommation finale? Ne serait-ce pas la clé: diminuer drastiquement notre consommation énergétique plutôt que de d'implanter des éoliennes, des panneaux solaires et des nouvelles centrales nucléaires?

Mel | 22 novembre 2021 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On paye là l'inaction de gouvernements uniquement préoccupés de leur réélection, donc responsables de politiques de court terme indolores, et de la conjonction d'actions de groupes de pression pourtant a priori opposés, écolos et hydrocarbures. Et se télescopent là les décisions sur la nature de la production et son volume...

dmg | 23 novembre 2021 à 22h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Onduleurs SOLARMAX de dernière génération pour votre autonomie en énergie ECOTERRE ENERGY