Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'exposition aux perturbateurs endocriniens pourrait aggraver la Covid-19

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

« Notre nouvelle étude révèle que l'exposition à des produits chimiques qui dérèglent le système endocrinien (les perturbateurs endocriniens ou PE) pourrait interférer avec différents signaux biologiques du corps humain jouant un rôle important dans la sévérité de la Covid-19 », révèle Karine Audouze du laboratoire T3S de l'Université de Paris – Inserm.

Selon cette étude, publiée le 19 novembre dans la revue Environment International, une relation est possible entre la gravité de la maladie et la détérioration de l'environnement par les produits chimiques. Pour mieux comprendre les relations entre les perturbateurs endocriniens et l'augmentation du risque de Covid-19 sévère, les chercheurs indiquent avoir utilisé une approche bio-informatique. Pour cela, ils ont identifié les voies biologiques associées à la fois aux modes d'action des perturbateurs endocriniens et aux maladies chroniques (diabète, obésité, maladies cardiaques) qui favorisent la sévérité de la maladie. Les scientifiques ont alors pu identifier les voies communes qui sont ici impliquées dans la défense de l'organisme. Autrement dit « la réponse immunitaire ».

Conclusion des auteurs de l'étude ? Les personnes exposées aux perturbateurs endocriniens doivent faire l'objet de la meilleure prévention possible. D'autre part, les thérapies futures pourront viser les protéines clés des voies biologiques qui sont à la fois ciblées par les PE et liées à la gravité de la Covid-19.

Le 26 octobre dernier, une pré-étude, publiée sur le site MedRxiv, a par ailleurs mis en évidence le rôle des perfuoroalkylées (PFAS) dans la gravité de la maladie. Plusieurs études antérieures avaient, quant à elles, établi des liens entre la pollution de l'air et l'exposition à la maladie, ou à la létalité associée.

Réactions4 réactions à cet article

 

on soigne les gens avec des respirateurs et de l'oxygène ... ce qui fragilise le plus la santé des citadins (le covid affecte moins les campagnes) c'est l'air vicié : Un air vicié contient 4 à 5 % de plus de dioxyde de carbone (CO2) qu’un air pur et donc, comme le dioxyde de carbone a pris la place de l’oxygène dans sa composition, l’air vicié contient 4 à 5 % de moins d’oxygène (O2) que l’air pur.

laurent | 26 novembre 2020 à 13h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que pensent de cette études les très utiles "vedettes" du camp des non niais à l'esprit critique suffisamment développé Raoult, Perronne, Toussaint, Toubiana, Henrion-Caude et quelques autres encore ?T

Sagecol | 26 novembre 2020 à 14h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les femmes qui prennent la pilule seraient donc particulièrement en danger?

gilook | 26 novembre 2020 à 15h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Franchement les pfas des trucs à te foutre la trouille, dont on ne voit pas très bien la raison dans d'usages aussi courants, heureusement le fast food pour moi 1 fois tout les 6 mois, avec la covid zéro fois.
On préfère peindre un carton que d'en utiliser de plus haut de gamme naturellement étanche.
Donc une agression continuelle sur nos défenses immunitaires d'ou l'absence de réponse ou lenteur de réponse aux virus.
On attend quoi pour les interdire, allons-nous voir nos descendants vivre 20 ans de moins que nous?

pemmore | 26 novembre 2020 à 19h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Désamiantage : maîtrise d’œuvre et accompagnement HPC Envirotec