En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Coronavirus : le HCSP ne recommande pas la désinfection des rues

Faute d'arguments scientifiques, le HCSP n'appelle pas à une politique de désinfection spécifique de l'espace public pour lutter contre le Covid-19.

Risques  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com
Coronavirus : le HCSP ne recommande pas la désinfection des rues

Saisi le 2 avril par la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne, le Haut conseil de la Santé publique (HCSP) a rendu, le 4 avril, son avis sur la désinfection des rues. « Devant l'absence d'argument scientifique de l'efficacité des stratégies de nettoyage spécifique et de désinfection de la voirie sur la prévention de la transmission du SARS-CoV-2 dans les pays asiatiques, le HCSP recommande de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie. » Le Haut Conseil précise toutefois « de continuer d'assurer le nettoyage habituel des voiries et du mobilier urbain, avec les équipements de protection habituels des professionnels, et de ne surtout pas employer d'appareils pouvant souffler des poussières des sols de type souffleurs de feuilles ».

L'Homme, principal réservoir du virus

Si des études soulignent une persistance du SARS-CoV-2 sur différentes surfaces, « le réservoir principal du virus est l'Homme et non l'environnement, et les virus ne peuvent pas se reproduire et se multiplier dans l'environnement sans entrer au contact de cellules vivantes hôtes », rappelle l'avis du HCSP. « Ne pas porter sa main au visage et réaliser une hygiène des mains après chaque contact avec du mobilier urbain extérieur et intérieur sont des mesures efficaces contre le risque de contamination croisée manuportée des personnes », poursuit le Haut Conseil.

Depuis quelques semaines, plusieurs municipalités, comme celles de Suresnes et Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Nice et Menton (Alpes-Maritimes) ou Reims (Marne), avaient lancé une désinfection de leurs rues par des produits biocides. Le choix du produit et la quantité de produit à concentrer posent toutefois question. L'hypochlorite de sodium (eau de Javel) est le désinfectant le plus disponible, le moins coûteux et le plus facilement utilisable par les municipalités pour la désinfection en milieu ouvert. Le HCSP précise qu'«un risque environnemental existe », même s'il serait « faible, voire très faible », et qu'il est « difficile d'estimer les risques liés à la dispersion de sous-produits de la chloration ».

« Effet psychologique pour le public »

 
Le réservoir principal du virus est l'Homme et non l'environnement, et les virus ne peuvent pas se reproduire et se multiplier dans l'environnement sans entrer au contact de cellules vivantes hôtes.  
Le HCSP
 
Néanmoins certaines collectivités ont déjà annoncé des mesures de désinfection ciblées. Prenant appui sur une phrase de l'avis du HCSP, « le nettoyage et la désinfection des mobiliers urbains à une fréquence régulière peuvent constituer une mesure complémentaire pour réduire un potentiel inoculum viral », Toulouse Métropole a annoncé poursuivre la désinfection des mobiliers urbains. Les agents d'entretien utiliseront une solution de javel diluée sur des sites identifiés comme à risque : centres de soins Covid-19, commerces de proximité où la fréquentation est importante, pharmacies, bureaux de poste, certaines gares et certains centres de transit. « En moyenne, chaque site sera nettoyé deux fois par semaine. Un temps de séchage de quinze minutes sera nécessaire, une affichette sera donnée aux commerçants, et aux personnels se trouvant sur le site désinfecté », précise un communiqué de Toulouse Métropole.

Si l'efficacité de la désinfection n'est pas reconnue, le HCSP précise en effet un certain nombre d'avantages indirects, reconnus par des études menées dans les pays asiatiques. La désinfection des rues constituerait « un outil de communication majeur montrant que les collectivités locales, les responsables politiques, voire les industriels, sont mobilisés pour protéger la population » et aurait un « effet psychologique pour le public ». Tout cela, à un coût faible.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager