En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eau et agriculture : création d'une cellule ministérielle d'expertise sur la gestion de la ressource

Eau  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Ce jeudi 2 novembre, Nicolas Hulot et Stéphane Travert ont lancé une cellule d'expertise sur la gestion de la ressource en eau dans le domaine agricole."Placée sous leur autorité conjointe, elle a pour mission d'examiner les projets en cours, d'identifier les difficultés rencontrées et les solutions susceptiblesd'améliorer le dispositif général, d'améliorer la qualité des projets et d'accélérer leur réalisation", expliquent les ministères chargés de la transition écologique et de l'agriculture. L'objectif affiché est de "résorber durablement les situations de tension hydrique et [d']associer pleinement les territoires à la politique de gestion de l'eau", notamment dans le contexte des changements climatiques. Pour cela, ils entendent promouvoir une approche globale prenant en compte l'ensemble des enjeux.

Une cellule paritaire

Concrètement la cellule comprend un membre du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), un membre du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), une personnalité qualifiée représentant la profession agricole et une personnalité qualifiée représentant les associations de protection de la nature. Elle est pilotée par le préfet Pierre-Etienne Bisch.

La cellule pourra recourir à l'expertise de l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea), de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), de l'Agence française pour la biodiversité (AFB), du Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema), ainsi que sur les services de l'Etat.

Réactions1 réaction à cet article

 

Le préfet BISCH a été préfet du Loiret et donc préfet coordonnateur de bassin Loire-Bretagne. A ce titre, il ne peut ignorer les problèmes de surexploitation de la ressource en Vendée, Poitou-Charentes et Beauce. Mais le problème est politique : tant qu'on soutiendra l'agriculture intensive (la création de "bassines" est subventionnée à 70% minimum), tant qu'on cherchera à "créer de la ressoource" en oubliant que seule la pluviométrie peut le faire, on aura ce gaspillage insensé et ses pollutions induites, mais qui fait tourner l'agro-business à défaut de faire vivre les agriculteurs. La composition de la cellule montre déjà un déséquilibre structurel.

petite bête | 03 novembre 2017 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…