En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Centre d'analyse stratégique remplacé par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présenté le 17 avril, en conseil des ministres, le décret créant le nouveau Commissariat général à la stratégie et à la prospective qui "se substitue au Centre d'analyse stratégique".

La création de cette instance, "dans l'esprit" de l'ex-commissariat général au plan, avait été préconisée dans un rapport mandaté par M. Ayrault et rendu public le 4 décembre dernier. Le Premier ministre en avait fait la proposition, lors de la clôture de la Grande conférence sociale de juillet 2012.

Ce Commissariat vise à être "un lieu de dialogue et d'expertise, ouvert à l'ensemble des acteurs sociaux", a expliqué M. Ayrault, chargé de réfléchir aux politiques publiques et aura une mission prospective dans une série de domaines. Il "se substitue" au Centre d'analyse stratégique (CAS). Rattaché au Premier ministre, "qui arrêtera son programme de travail annuel, il apportera son concours à la détermination des grandes orientations pour l'avenir de la nation et des objectifs à moyen et long terme de son développement économique, social, culturel et environnemental, ainsi qu'à la préparation des réformes", a souligné M. Ayrault.

Le Commissariat général reprend également "les missions du Conseil de l'emploi, des revenus et de la cohésion sociale, qui a joué par le passé un rôle essentiel", estime M. Ayrault et dont il poursuivra les travaux. Le Conseil d'analyse de la société, dont ''l'utilité n'était pas établie, est supprimé'', ajoute le Premier ministre.

L'instance travaillera en réseau avec les conseils spécialisés et établira un rapport annuel. "Ses rapports et avis seront rendus publics et des publications sur internet permettront de suivre l'évolution de ses travaux en commission. Il pourra également organiser des consultations publiques sur internet".

Selon L'Express, l'économiste Jean Pisani-Ferry, dont la candidature à la direction de Sciences Po n'a pas été retenue, pourrait être nommé commissaire général.

Réactions1 réaction à cet article

 

Et hop ! Un « machin » en remplace en autre.

Fera-t-on des économies ?

Wackes Seppi | 18 avril 2013 à 22h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager