En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Crédit d'impôt : avis mitigé de l'AFPAC

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
La loi de finances rectificative publiée le 31 décembre 2009 fixe à 40 % le taux de crédit d'impôt pour l'installation d'une pompe à chaleur géothermique et étend le crédit d'impôt à ''la pose de l'échangeur de chaleur souterrain''. Le taux de crédit d'impôt pour les pompes à chaleur aérothermiques passe, lui, à 25 % en 2010. 


Si dans un communiqué, l'AFPAC (Association Française pour les Pompes A Chaleur) s'est réjouie le 25 janvier ''de l'éligibilité de l'ECS (eau chaude sanitaire) thermodynamique dans le crédit d'impôt'', elle a également salué, le nouveau dispositif concernant la géothermie ''qui permet la prise en compte de l'ouvrage souterrain et maintient le taux de 40 %''. ''Cette modalité est bien sûr positive pour cette technologie dont le coût est supérieur au système thermodynamique sur air puisqu'il représente en moyenne 15 % du coût d'une installation de ce type - particulièrement performante en terme environnemental, rappelons le, mais dont l'investissement est donc plus élevé'', a expliqué l'association.

L'AFPAC a cependant déploré que malgré ses demandes depuis deux ans ''pour que la trop brutale dégressivité du taux du crédit d'impôt (de 40 % à 25 %) soit revue, cette demande ''d'atterrissage en douceur'' n'a pas été retenue, alors même que le marché est actuellement très difficile''.

Enfin, l'AFPAC constate ''que les différences de taux appliqués aux différents systèmes de pompe à chaleur ne donnent pas une bonne visibilité au marché, certains adhérents de l'association indiquant même de sérieux risques de distorsion de la concurrence'', a -t-elle dénoncé.

De son côté, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) s'est félicité le 26 janvier de la nouvelle définition du crédit d'impôt qui ''favorise les pompes à chaleur géothermiques, plus performantes mais aussi plus coûteuses à l'installation que les pompes à chaleur aérothermiques''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager