Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Développement des EnR : la crise financière peut-elle constituer un frein ?

Si pour Jean-Louis Borloo, la réponse est non, les acteurs des énergies renouvelables craignent quant à eux un ralentissement des investissements. Néanmoins, pour tous, cette tendance ne devrait pas avoir d'effets à long terme. Réflexions.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
Développement des EnR : la crise financière peut-elle constituer un frein ?
© Domen Colja
   
Gel des crédits, ralentissement de l'activité économique mais aussi forte baisse du prix du pétrole… La conjoncture actuelle a de quoi inquiéter les professionnels des EnR. La crise freinera-t-elle le développement du secteur ? La semaine des énergies renouvelables, qui se déroulait du 17 au 21 novembre à Paris La Défense et réunissait un grand nombre d'acteurs du secteur, a été l'occasion d'échanger autour de cette question.

Baisse des investissements à court terme

Si Jean-Louis Borloo, interrogé à ce sujet, s'est montré optimiste, tous ne partagent pas ce point de vue avec autant de ferveur. Selon Michèle Pappalardo, déléguée interministérielle au développement durable, il ne faut pas se voiler la face. Comme c'est le cas aujourd'hui pour tous les investissements, un certain nombre de projets d'efficacité énergétique et d'énergies renouvelables vont avoir du mal à trouver les financements.
André Antolini, président du Syndicat des énergies renouvelables, est du même avis : la crise financière devrait avoir un impact à court terme sur le secteur, notamment au niveau des investissements.Pourtant, je partage néanmoins le point de vue du ministre d'Etat : si dans l'immédiat la crise aura des répercutions, on devrait assister à long terme à un développement massif des énergies renouvelables.
Pour Elie Cohen, économiste et directeur de recherche au CNRS, l'effondrement du prix des énergies fossiles ces derniers mois constitue un facteur supplémentaire d'inquiétude. Aujourd'hui on anticipe encore une baisse du prix du pétrole, ce qui affaiblit les investissements dans les EnR. On le constate déjà : le financement de projets a baissé d'un quart au cours du troisième trimestre de l'année. Pour les deux années à venir, nous connaîtrons des passages difficiles qui vont remettre en cause de grands projets.
Selon l'économiste, il reste néanmoins quelques raisons de rester optimiste quant au développement futur des énergies renouvelables : nous entendons aujourd'hui parler d'un new deal vert, notamment aux Etats-Unis. Certains proches d'Obama l'encourageraient dans ce sens. Rappelons que c'est après la crise de 1929 que de grands projets d'infrastructures ont été lancés.

Donner de la visibilité aux industriels pour favoriser les investissements

La conjoncture actuelle pousse de nombreux secteurs industriels à opérer un repli quant à leurs politiques environnementales. Aujourd'hui, les objectifs européens du 3 x 20 sont remis en cause par un certain nombre de secteurs industriels, analyse Elie Cohen. Un front semble se constituer autour de l'Italie, la Pologne et de certains industriels allemands plaidant pour une baisse des objectifs. Il y a l'idée, chez certains, qu'on ne va pas s'affliger de nouvelles mesures punitives.
D'autres au contraire plaident pour un véritable Green deal, à l'image d'Arthouros Zervos, président de l'European renewable energy council (EREC) : il faut permettre à ces ambitieux engagements environnementaux de prospérer en chances économiques pour le monde entier.
La croissance verte, solution à la crise financière ? Pour Jean-Louis Borloo, la bataille du développement économique se joue effectivement sur l'énergie et devrait créer 400 à 500.000 emplois dans les 8 à 10 années à venir. La mobilisation industrielle est capitale.
Beau discours répondent les industriels, mais ceux-ci demandent davantage de garanties aux gouvernements et à l'Union européenne.
L'exemple allemand de développement massif de l'industrie solaire est souvent cité. Réglementations favorables, incitations financières, l'Etat a mis en œuvre tout un arsenal de mesures pour appuyer le développement du secteur. Résultat ? Le pays se positionne aujourd'hui comme un leader de l'industrie solaire dans le monde. Pour Michèle Pappalardo, il faut apprendre des Allemands leurs pratiques et leurs politiques industrielles.
Du côté des industriels français, la mise en place d'une véritable politique industrielle des énergies renouvelables est plébiscitée : Nous attendons du Grenelle un cadre clair pour que nous puissions avoir une visibilité à long terme, explique Bertrand Durrande, directeur de l'unité Energies renouvelables chez Areva. L'objectif de 23 % d'énergies renouvelables dans la consommation énergétique nationale inscrit dans le texte du Grenelle I et la plan en 50 mesures présenté par Jean-Louis Borloo le 17 novembre dernier devraient permettre aux professionnels une projection à moyen terme. Jugées plutôt positives par les industriels, ces mesures paraissent néanmoins à leurs yeux insuffisantes. Quelques zones d'ombres subsistent, concernant notamment les éoliennes et l'avenir du tarif d'achat de l'électricité après 2010.

Réactions4 réactions à cet article

 
et mer...

"aujourd'hui on anticipe une baisse des couts du pétrole ce qui freine l'investissement dans les enr"!!!!.Ce qui veut dire que si par un malheureux hasard le pétrole devenait bon marché (1976)on n'investirait plus dans les enr!!!.Quand je vois les polonais(et d'autres)les constructeurs automobiles (et d'autres) faire pression sur les gouvernements (déjà pas trés en avance écologiquement parlant),et pendant ce temps le co2 augmenter,je me dis que j'ai du rater un épisode ,il doit y avoir une erreur quelque part.Allo la terre il y a quelqu'un?

lionel gaulier | 25 novembre 2008 à 18h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est une histoire de coût !!

Pour éviter de repartir sur une consommation soutenue d'énergie fossile, il devient nécessaire de mettre en place une taxe "carbone", qui enverrait un signal fort aux consommateurs que nous sommes.

Sans cela nos efforts de réduction d'émissions de GES risquent d'être fortement ralentis. C'est une évidence que n'importe quel économiste de base saura vous démontrer.

Fragued | 27 novembre 2008 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Photovoltaique pour les entreprises

Le photovoltaique apparait au coeur des 50 mesures de M. Borloo. Mais pourquoi dans la même phrase dire inciter le développement auprès du tissu industriel et baisser le tarif de rachat de 0,55 à 0,45 €/kWh pour ces derniers ? DAns ces conditions les 23% d'ENR pour 2020 paraissent en effet très ambitieux ...

PL | 27 novembre 2008 à 17h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Photovoltaique pour les entreprises

Subventionner le solaire photovoltaique (moins de Un dix millieme de notre electgricite) est une perversion. C'est du gaspillage d'argent public, cela ne profitent qu'a ceux qui ont les moyens d'installer ces couteux ensembles. Les sommes ainsi gaspillées devraient etre affectées a la recherche fondamedntale sur les energies renouvelable

Les 23% d'energies renouvelables ne seront jamais atteint dans la realité car on a oublié le stockage. Le solaire photovoltaique quia un facteur de marche d'environ 15% est la plus mauvaise solution les eoliennes font un peu mieux 23% et la geothermie 90%. Si on veut reellement developper les energies renouvelables il faut entreprendre des etudes fondamentales sur le stockage etre regarder ailleurs ; eolien offshore - energie des mers et oceans et surtout geothermie.

JM | 04 décembre 2008 à 17h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Solaire : développez vos projets au sol ou sur toiture industrielle
 VDN GROUP