En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Compétitivité et croissance verte figurent au menu des États généraux de l'industrie

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Annoncés le 3 septembre par Nicolas Sarkozy, les États généraux de l'industrie ont été officiellement lancés jeudi 15 octobre par le secrétaire d'État à l'Industrie Christian Estrosi. ''C'est grâce à l'industrie que nous allons faire redémarrer notre économie et sortir enfin de la crise en étant beaucoup plus forts que nous y sommes entrés,'' a affirmé le ministre. Le maire de Nice a estimé que l'industrie était appelée à relever trois défis : l'augmentation de la part des produits innovants dans nos productions industrielles, le renforcement de notre effort dans le domaine de la R&D et enfin la mutation vers un modèle qui privilégie le développement durable. ''Aujourd'hui, les nouvelles technologies de l'énergie et les écotechnologies représentent un extraordinaire potentiel de croissance et d'activité'', a-t-il rappelé. Selon ces prévisions, les éco-industries peuvent représenter à l'horizon de 2020 une augmentation de l'activité directe en France d'environ 50 milliards d'euros par an et 280.000 nouveaux emplois.

Concrètement, les états généraux se dérouleront de novembre à février, avec la mise en place d'un comité national des états généraux de l'industrie (CNEGI). ''Il associera de grands groupes industriels et PMI innovantes couvrant l'ensemble des secteurs industriels, les partenaires sociaux nationaux, des fédérations industrielles, des organismes de recherche publics et privés, des investisseurs, des parlementaires, le Conseil économique et social, des personnalités qualifiées, […] des économistes, des consultants, des sociologues, des architectes'', a précisé Christian Estrosi.

Pour orienter et organiser les travaux, 10 groupes de travail seront constitués : cinq thèmes transverses et cinq thèmes sectoriels. Le thème « compétitivité et croissance verte » constitue l'un des cinq « groupes de travail transverses ».

Au niveau régional, à la mi-novembre, les préfets de région organiseront des ateliers de travail en collaboration avec les services déconcentrés et les Chambres de commerce et d'industrie. Un point d'étape est prévu mi-décembre et au début du mois de février 2010, une Convention nationale conclura les états généraux. ''Elle réunira l'ensemble des acteurs qui ont bien voulu s'y associer et permettra de faire la synthèse des propositions des ateliers régionaux, du comité national et de celles recueillies par Internet'', a prévenu le ministre.

Christian Estrosi a proposé plusieurs pistes pour aider le secteur industriel français et notamment la création d' ''un modèle d'entreprise coopérative dans lequel les salariés auraient la majorité du capital '' pour les entreprises de moins de 100 salariés, et l'ouverture '' de prêts verts bonifiés au profit de l'investissement dans les processus industriels les plus respectueux de l'environnement ''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager