En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les citoyens ont prêté 11,5 millions d'euros aux énergies renouvelables en 2016

Le financement participatif des projets d'énergies renouvelables (EnR) progresse en France. En 2016, 11,5 millions d'euros ont été collectés sous forme de dette et ont contribué à financer 66 projets d'EnR.

Energie  |    |  Mathilde BouchardonActu-Environnement.com

Le baromètre du crowdfunding EnR, créé par GreenUnivers, avec le soutien de l'association Financement Participatif France, a été publié début mai. Le constat est sans appel : le financement participatif des projets d'EnR gagne du terrain en France. En 2016, 11,5 millions d'euros ont été collectés sous forme de dette, 66 projets d'énergies renouvelables ont été financés grâce aux 13 plateformes de financement participatif recensées.

Sur ces 66 projets, 62 projets sont implantés en France métropolitaine. Les quatre projets restant se situent en Afrique et ont été financés par la plateforme Lendosphere. L'éolien a représenté 50% des montants empruntés sur les différentes plateformes contre 37% pour le photovoltaïque.

Le financement participatif des projets d'énergies renouvelables peut intervenir sous forme de dette (prêt, obligation, minbon) mais aussi en prise de participation au capital et en dons. A noter que ce baromètre prend uniquement en compte les montants collectés sous forme de dette par l'intermédiaire des plateformes. Les opérations réalisées par le fonds d'investissement participatif Energie Partagée, dont le fonctionnement diffère des plateformes de crowdfunding, n'y figurent pas.

Le financement participatif est un enjeu décisif de la transition énergétique en France

Le financement participatif permet de mobiliser l'épargne privée et de la flécher vers des projets locaux d'EnR. Il a ainsi le mérite de mettre le citoyen au cœur de l'action, d'améliorer l'acceptation sociale des projets, de réduire les risques de recours juridiques et de partager les bénéfices des ressources du territoire.

Il ne permettra pas à lui seul d'assurer le financement de la transition énergétique mais constitue un mode de financement innovant, promu également par l'Union européenne. La plateforme Citizenergy, mise en place par l'UE regroupe onze partenaires et plateformes de financement participatif provenant de onze pays européens.

Les outils favorisant le financement participatif portent leurs fruits

Les pouvoirs publics ont largement aidé au développement du financement participatif. La création de plates-formes de crowdfunding a été facilitée par une ordonnance de mai 2014. La loi relative à la transition énergétique a expressément autorisé la participation financière des citoyens et des collectivités locales. Les derniers appels d'offres lancés sur le solaire ou l'éolien comportent des primes si le porteur de projet fait appel à des investissements participatifs. Le label en faveur des projets de financement participatif vient d'être lancé.

Certes, le financement participatif de la transition énergétique n'est pas aussi développé en France qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni mais les dispositifs publics semblent porter leurs fruits. Les plateformes se multiplient. Lendopolis ou Wiseed devraient prochainement faire une pleine concurrence aux spécialistes que sont Lendosphere, Enerfip ou Lumo. De nouveaux acteurs émergent, à l'image du développeur de projets renouvelables, Akuo Energy, qui a lancé sa propre plateforme, baptisée AkuoCoop début 2017. A noter la disparition de la plateforme GreenChannel dont la continuité des prêts est assurée par Enerfip.

Certains obstacles au financement participatif sont toujours bien présents

Sur les treize plateformes de financement participatif recensées fin 2016, seules sept ont effectivement proposé un projet EnR en 2016, ce qui démontre les difficultés dans le montage de ce type de projet.

Le financement participatif aura du mal à monter en puissance pour l'éolien par exemple. Les montants globaux des projets atteignent plusieurs dizaines de millions d'euros alors que la loi limite à 1 M€ par projet le montant levé en dette et 2,5 M€ en capital.

Le financement participatif reste parfois vu par certains acteurs comme un subterfuge pour berner les riverains et faciliter l'implantation de parcs, éoliens notamment, et non comme l'aboutissement d'une démarche de concertation.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour ;
Ah ! cet éolien ....un massacre de la nature en plus ! l'horeeure de voir ces pépinières de pylônes joncher des sites naturels merveilleux !
et pire encore une pollution à court terme .
durée de vie d'une éolienne : 25 ans ! de plus , cela coûte encore plus cher de les détruire donc un résidus poluant pour les yeux et là, c'est le moindre mal !
asters

asters9160 | 17 mai 2017 à 21h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le financement participatif pour celles, et ceux qui ont la chance de pouvoir le faire est une excellente chose

Mais encore faut-il avoir le souci de s'informer contradictoirement sur l'éco-défendabilité des projets qu'on soutient

Un exemple : pas de fromage de chèvre, sans "sacrifice" de pauvres chevreaux. Une solution : la méthode Jean Pain pour avoir du lait sans maternité.

Sagecol | 18 mai 2017 à 06h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Mathilde Bouchardon

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…