Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un quart des crustacés d'eau douce sont menacés en métropole, signe de la mauvaise qualité des eaux

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Vingt huit pour cent des crustacés d'eau douce seraient menacés en France métropolitaine, indiquent le comité français de l'UICN et le muséum national d'histoire naturelle (MNHN), après trois ans d'inventaire. Sur les 576 espèces recensées, un quart de ces espèces sont endémiques, c'est-à-dire qu'on ne les trouve nulle part ailleurs dans le monde. Très sensibles aux pollutions et aux dégradations des écosystèmes, les crustacés constituent de véritables indicateurs de la qualité des eaux et des milieux.

Trois espèces d'écrevisses sont particulièrement menacées. Ces populations ont "vu leurs effectifs s'effondrer suite à la dégradation des rivières par les aménagements et la propagation d'une maladie mortelle, la peste des écrevisses. Elles doivent également faire face à la progression rapide d'écrevisses américaines introduites, qui répandent cette maladie et entrent en compétition avec elles". Ainsi, dans la liste rouge métropolitaine de l'UICN, l'écrevisse à pattes blanches est classée "vulnérable", l'écrevisse à pattes rouges "en danger" et l'écrevisse des torrents "en danger critique". "Pour sauvegarder les trois écrevisses de métropole, des mesures ont été prises pour protéger leurs milieux de vie et réglementer leur pêche. Des actions sont également menées pour sensibiliser le public au danger que représentent l'élevage, le transport et l'introduction d'écrevisses américaines".

Un maillon essentiel des écosystèmes

Les crustacés constituent un maillon important dans la chaîne alimentaire et des écosystèmes d'eau douce. "Les crustacés regroupent également des centaines d'espèces méconnues, souvent microscopiques, présentes dans tous les milieux d'eau douce (mares, lacs, rivières, eaux souterraines…). Copépodes, ostracodes, amphipodes, branchiopodes… ces animaux jouent un rôle fondamental, car ils constituent une source d'alimentation importante pour les poissons et beaucoup d'entre eux contribuent à filtrer l'eau et à contrôler la prolifération des algues".

Réactions1 réaction à cet article

 

c'est très intéressant je veux savoir si y'a des copépodes qui sont bio indicateurs de qualité des eaux douces

faiza alliouche | 03 juillet 2012 à 16h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI