En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cuve de l'EPR de Flamanville : l'autorisation de mise en service en consultation

Risques  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Cuve de l'EPR de Flamanville : l'autorisation de mise en service en consultation

Ce lundi 3 septembre, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) soumet à la consultation du public un projet de décision autorisant la mise en service et l'utilisation de la cuve du réacteur EPR de Flamanville (Manche). "L'utilisation du couvercle actuel de cette cuve n'est toutefois pas autorisée au-delà du 31 décembre 2024", précise le projet de décision. Celui prévoit aussi qu'EDF mette en œuvre un programme d'essais de suivi du vieillissement thermique et des contrôles en service capables de détecter certains défauts.

Cette autorisation de mise en service de la cuve est placée sous le régime dérogatoire de l'arrêté du 31 décembre 2015 (article 9). La consultation est ouverte jusqu'au 24 septembre.

En juin 2017, l'ASN avait déjà annoncé que les défauts constatés sur la cuve de l'EPR n'étaient pas de nature à remettre en cause la mise en service du réacteur. Un avis sur l'anomalie de la composition chimique de l'acier du couvercle et du fond de la cuve, rendu en octobre 2017, avait officialisé cette position. En novembre, la même année, quatre associations, dont le réseau Sortir du nucléaire et Greenpeace, avaient attaqué cet avis devant le Conseil d'Etat.

Propriétés de ténacité suffisantes

Le projet de décision rappelle que "les calottes du fond et du couvercle de la cuve du réacteur EPR de Flamanville (…) n'ont pas les caractéristiques requises" car "une zone de ségrégation majeure positive résiduelle du carbone (…) n'a pas été suffisamment éliminée" lors de la fabrication. Toutefois, les tests effectués par Framatome sur la cuve "n'ont pas mis en évidence de défaut de taille supérieure à la limite de détection". Ceux effectués sur des pièces sacrificielles représentatives ont démontré que "les propriétés de ténacité sont suffisantes pour prévenir (…) le risque de rupture brutale du fond et du couvercle de la cuve". En conséquence, l'ASN juge que "les risques sont suffisamment prévenus et limités" et propose d'autoriser la mise en service de la cuve de l'EPR et de son couvercle.

Réactions2 réactions à cet article

 

Espérons que l'ASN ne fera pas l'objet de pressions.

Quand on a un ex-salarié d'AREVA, et pas en tant que balayeur, comme premier sinistre ....

Sagecol | 04 septembre 2018 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai été voir le site de l'ASN : à mourir de rire, ou à pleurer, c'est selon... C'est le défoulement total de myriades de gens qui n'ont pas la moindre compétence en métallurgie, ni en politique de l'énergie, qui n'ont que des bribes d'info biaisées (fake news dirait-on aujourd'hui) propagées par les dogmatiques anti-nucléaires. Effarant, pathétique... Le résultat d'années de manipulations de l'opinion par des médias manipulés eux-mêmes par le lobby pétrolier en particulier... J'espère que l'ASN saura garder sa réserve, malgré les postures plus que douteuses de PF Chevet.
Remarque à celui qui a comparé l'EPR au Titanic : il montre absolument son incompétence en métallurgie. La bonne comparaison, c'eût été les Liberty Ships, pour ceux qui savent ce que ça signifie...

dmg | 04 septembre 2018 à 22h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…