En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dauphins tués : les scientifiques préconisent une fermeture temporaire de la pêche

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Dans un avis publié le 26 mai et rendu à la demande de l'Union européenne, le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) recommande l'adoption de mesures d'urgence pour empêcher les prises accessoires de dauphins et de marsouins lors des opérations de pêche.

Pour le dauphin commun dans le golfe de Gascogne, les scientifiques du CIEM recommandent une combinaison de fermeture temporaire des pêches préoccupantes pendant les pics de mortalité (décembre à mars, juillet et août) et l'utilisation de pingers (répulsifs acoustiques) sur les chalutiers à paire en dehors des périodes de fermeture. Ils préconisent des mesures du même ordre pour le marsouin commun dans la Baltique.

Avec cet avis, l'organisme de recherche sur l'environnement marin dans l'Atlantique Nord-Est donne raison aux 26 ONG qui, en juillet 2019, avaient réclamé des mesures d'urgence à la Commission européenne. « Nous saluons cet avis du CIEM, qui met en avant l'inaction des États membres », réagit Élodie Martinie-Cousty de France Nature Environnement (FNE). « La France ne doit pas attendre un rappel à l'ordre de la Commission européenne et doit maintenant montrer l'exemple en mettant rapidement en œuvre les fermetures des pêches concernées, dès l'hiver prochain, de décembre à fin avril, tout en renforçant les contrôles dans les zones à risque », ajoute la pilote du réseau Océan de l'ONG.

En 2019, 11 300 dauphins sont morts dans les filets de pêche, et des centaines se sont échoués sur nos plages, rappelle la fédération d'associations de protection de l'environnement. « Cette saison, malgré le confinement, ce sont déjà 1 160 dauphins qui se sont échoués, ce qui signifie que plus de 10 000 dauphins sont morts, pris au piège dans les filets… », estime FNE.

En mars 2019, le ministre de la Transition écologique avait annoncé un plan d'action pour la protection des cétacés, mais il consistait essentiellement à améliorer les connaissances sur cette mortalité. En décembre dernier, le ministère de l'Agriculture a publié un arrêté rendant obligatoire l'équipement en répulsifs acoustiques des navires de plus de 12 mètres utilisant des chaluts pélagiques dans le golfe de Gascogne. Des mesures qui restent manifestement très insuffisantes.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager