Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Avenir énergétique de la France : une concertation nationale très éclairante

Après trois mois d'échanges sur les pistes à explorer pour sortir des énergies fossiles, réduire les émissions de GES et assurer aux citoyens un minimum d'indépendance énergétique, la Commission nationale du débat public publie ses conclusions.

Energie  |    |  N. Gorbatko
Avenir énergétique de la France : une concertation nationale très éclairante

Quels rapports les Français entretiennent-ils avec la notion de consommation d'énergie ? Comment envisagent-ils les concepts de sobriété et d'efficacité énergétique ? Quel mix souhaitent-ils pour l'avenir ? Et avec quelle gouvernance ? Afin d'éclaircir tous ces points, un comité de pilotage formé notamment de membres des cabinets ministériels et de la direction générale de l'Énergie et du Climat (DGEC) a mené une vaste concertation nationale, entre le mois d'octobre 2022 et celui de février 2023, sous le contrôle d'un comité de garantie issu de la Commission nationale du débat public (CNDP).

Cette démarche, baptisée « Notre avenir énergétique se décide maintenant », s'est appuyée sur trois modes de recueils de points de vue très différents : une plateforme participative qui a enregistré plus de 31 000 contributions, un tour de France ouvert à tous en 12 étapes et un forum des jeunesses réunissant, pendant quatre jours, 197 Français âgés de 18 à 35 ans tirés au sort. Les enseignements issus de ces dispositifs et transmis par le comité de garantie de la CNDP, ce vendredi 10 mars, sous la forme d'un rapport (1) , dessinent l'image d'une France très sensibilisée à ces sujets, volontaire pour agir, mais aussi très partagée sur un certain nombre de solutions.

Articuler l'individuel et le collectif

Pour ce qui concerne la notion de sobriété, les rapporteurs notent une forte implication des participants à la concertation. « L'urgence climatique et écologique est désormais intégrée (…) au niveau individuel et le public est prêt à changer ses comportements », soulignent-ils. En particulier en termes de mobilité, de chauffage et de pratiques domestiques. Mais les citoyens savent aussi qu'une addition de comportements individuels vertueux ne suffit pas. Ils insistent donc sur la nécessaire implication de tous les acteurs – État, collectivités locales, administrations, entités productrices… –, en faisant appel au collectif pour revoir nos manières de concevoir le monde, l'aménagement du territoire, les sciences, l'économie ou les règles sociales.

“ L'urgence climatique et écologique est désormais intégrée (…) au niveau individuel et le public est prêt à changer ses comportements ” Comité de pilotage

Des stratégies collectives de réduction de la consommation d'énergie, plus justes et plus soutenables, pourraient ainsi être mises en place dans les secteurs du tourisme, de l'alimentation et du travail, en particulier. Quant à la responsabilité de l'État et des collectivités, elle est prépondérante et indispensable pour les participants : pour l'aménagement du territoire, la réindustrialisation, la construction et la rénovation des bâtiments. À l'inverse, si les Français semblent prêts à accepter une régulation nationale pour actionner le levier de l'efficacité énergétique, dans le domaine de l'isolation thermique par exemple, ils sollicitent une attention particulière aux publics les plus en difficulté face à ces mesures.

Favoriser l'autonomie et le partage de la gouvernance

Leur position sur le prix de l'énergie est à ce titre très éclairant : favorables à un encadrement et à une baisse des tarifs pour les « besoins essentiels », ils envisagent parfaitement un prix « exceptionnel » pour « les surplus ». En matière de production énergétique, ils visent bien une sortie des énergies fossiles, sans consensus toutefois sur la taille et la répartition des projets à mener, sur le degré d'implication de l'État dans ce domaine ou sur l'origine de l'électricité à fournir, nucléaire ou énergies renouvelables. « Une des principales controverses porte sur la question suivante : ces modes de production sont-ils complémentaires ou y a-t-il une concurrence dans leur mise en œuvre de par les investissements qu'ils nécessitent ? », précise le rapport.

Sans trancher entre une association du public à son élaboration et une méthode plus autoritaire, les citoyens s'accordent en revanche sur la nécessité d'une planification claire et précise, ne faisant pas l'impasse sur les besoins réels en électricité du pays. Une majorité, chez les jeunes notamment, manifeste aussi l'envie de tendre vers plus d'autonomie, à l'échelle de la nation et des collectivités comme à l'échelle individuelle, et de devenir actrice de sa production via l'autoconsommation. Les participants semblent également attendre la mise en œuvre de gouvernance et de financements partagés sur les territoires, ainsi qu'un appui à la recherche pour trouver des solutions dans les départements d'outre-mer.

Un engagement démocratique ?

Cette concertation contribuera à alimenter la réflexion sur la future loi de programmation énergie-climat (LPEC). Le Gouvernement et les parlementaires y trouveront l'assurance d'un soutien du public à des mesures urgentes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Mais sans ligne claire sur la méthode à adopter – plus ou moins contraignante –, ni sur le modèle industriel et de consommation à privilégier. Encore moins sur la manière de répartir les infrastructures sur le territoire. « Les citoyens nous attendent au tournant, ils sont exigeants et ont raison de l'être, a commenté Olivier Véran, ministre délégué chargé du Renouveau démocratique. À nous d'être à la hauteur et de revenir vers eux pour dire en transparence comment leurs préconisations seront prises en compte dans le futur projet de loi de programmation énergie et climat. (…) Il ne peut y avoir de transition énergétique et écologique sans transition démocratique ! »

1. Télécharger le bilan de la concertation
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-41331-cndp-bilan-concertation-mix-energetique.pdf

Réactions2 réactions à cet article

Quand on voit comment ce gouvernement et le président de la République traitent le débat démocratique, sur les retraites comme sur la relance forcée du nucléaire, les pesticides agricoles, l'AB, la pêche industrielle, etc., on a plus que quelques doutes sur sa volonté de transition démocratique, de la transition énergétique et écologique. M. VERAN pense-t-il franchement encore abuser quelqu'un avec de tels propos creux ?

Pégase | 13 mars 2023 à 15h48 Signaler un contenu inapproprié

J'ai participé à la plate forme en ligne, j'ai été surpris de constater qu'à aucun moment (à moins que j'ai raté le coche) le public n'a pu clairement exprimer son opinion sur un "non" au nucléaire dans le mix énergétique à venir. Le questionnaire semblait éviter soigneusement la question, avec plutôt des idées du genre "quel genre de technologie nucléaire voudriez vous pour le futur". A la vue des multiples fissures ici et là sur nos réacteurs, j'aurais aimé que ce débat puisse mettre aussi cette question au centre.

MatthieuA | 05 avril 2023 à 13h02 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Déstratificateurs pour un chauffage optimal des bâtiments de grande hauteur Hellio
SPE - pour le pompage d'eau brute en puits de forage - 290m3/h - 60 bar GRUNDFOS