En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Consultation sur le projet du 2e EPR : un (nouveau) débat public pour rien ?

Le 24 juillet prochain prendra fin le débat public sur le projet de deuxième réacteur nucléaire EPR sur le site de Penly. Après quatre mois de débat, les positions restent tranchées. EDF a trois mois pour prendre en compte ou non les observations.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Consultation sur le projet du 2e EPR : un (nouveau) débat public pour rien ?
   
Après quatre mois de réunions, le débat public sur le projet de réacteur nucléaire EPR à Penly (Seine-Maritime) va prendre fin le 24 juillet prochain. La dernière réunion publique a eu lieu le 12 juillet à Saint Martin en Campagne mais chacun peut encore poser des questions ou émettre des avis via le site Internet jusqu'au 24 juillet, date officiel de clôture du débat.

Si Joseph Dupuis, directeur du projet Penly 3 chez EDF, a qualifié ce débat de ''vrai moment d'échanges et de dialogues qui a permis de tisser des liens entre les parties prenantes'', Didier Houi, président de la Commission particulière du débat public, constate que ''Monsieur et Madame tout le monde n'ont pas été beaucoup attirés par le débat et souligne que contrairement à un projet de route, sur des projets tels que Penly 3, il y a peu de marges de manœuvre sur les parties techniques et industrielles. Cela cultive un débat manichéen, et l'expression de postures pour ou contre'', explique-t-il dans un communiqué.

La CPDP note également que le scepticisme vis-à-vis de l'utilité de ce débat est un thème récurrent dans les opinions qui se sont exprimées. L'association Agir pour l'environnement notamment regrette que le débat public ait été organisé un an et demi après la décision du Chef de l'Etat de construire cette nouvelle unité de production électrique. ''Une fois encore, et malgré les déconvenues, retards et surcoûts du chantier de l'EPR à Flamanville, la France semble opter pour une démocratie irradiée où le débat public cautionne, a posteriori, une décision unilatérale et irraisonnée'', estime l'association.
Cette position a été sans doute exacerbée par la publication du rapport Roussely sur l'avenir de la filière du nucléaire civil le 11 mai dernier, en plein débat public. Un rapport classé ''secret défense''.

L'association France Nature Environnement a quant à elle souhaité élargir le débat sur l'utilité ou non d'un tel réacteur. Elle a pour cela demandé la réalisation d'une expertise complémentaire sur les politiques énergétiques alternatives à l'EPR. Présentée à l'occasion du débat public, cette étude conclut que le fait de construire l'EPR de Penly revient à prévoir que les objectifs du Grenelle de l'environnement en matière de maîtrise de la consommation et de développement des énergies renouvelables ne seront pas respectés. ''L'objectif retenu par la Programmation Pluriannuel des Investissements (PPI) correspondant à celui formulé par le COMOP 10 [ndlr : du Grenelle de l'environnement] à l'horizon 2020 permet à lui seul de répondre aux besoins en 2030 engendrés par les scenarii les plus alarmistes'', peut-on lire dans les conclusions de l'étude. Ses auteurs estiment par conséquent qu'il n'est pas utile de se prononcer dès maintenant sur la construction ou non d'un nouvel EPR. Compte tenu de ces résultats, FNE a demandé un moratoire sur la construction de l'EPR de Penly 3 en attendant que Flamanville soit terminé et que les premiers retours d'expérience soient connus.

EDF a trois mois pour prendre en compte ou non les remarques

Alors que le premier EPR est en construction à Flamanville depuis 2007, celle du deuxième EPR français pourrait débuter en 2012 pour un couplage au réseau en 2017. D'un coût estimé à quatre milliards d'euros, le projet de réacteur nucléaire de 3ème génération, d'une capacité de 1.650 MW, aura comme actionnaire majoritaire EDF mais aussi Total et GDF-Suez.

À partir de la date de clôture du débat, soit le 24 juillet, la Commission particulière et la Commission nationale disposent de deux mois pour rédiger le compte rendu et le bilan du débat en intégrant les différentes positions exprimées. La CNDP transmettra au maître d'ouvrage ses principaux éléments et suggestions. EDF aura trois mois pour indiquer les suites qu'il entend leur donner.

Réactions3 réactions à cet article

 
Débat public et Convention d'Aarhus

La France a ratifié la Convention d'Aarhus, mais elle ne la respecte pas. En effet cette convention dit que les citoyens doivent être informés et consultés pour tout projet impactant l'environnement et le santé humaine (cas de ce projet) avant que les décisions définitives ne soient prises et que leur avis doit être pris en compte. Ce débat public, ayant lieu longtemps aprés une annonce du Chef de l'Etat, n'est en fait qu'un alibi malgré les efforts de la commission pour essayer de le mener. Il en est de même pour les enquêtes publiques sur les installations classées, elle sont faites, la plupart du temps, alors que le projet est déja ficelé et que des investissement trops importants pour faire marche arrière ont été fait.

Duport Claude | 22 juillet 2010 à 13h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
EPR de Flammanville

Bonjour,
Professeur d'économie, je souhaiterais expliquer à une classe de terminale hôtelière, les différentes sources d'énergie actuelles et à venir. Où pourrais-je trouver une documentation sur l'avenir de la filière nucléaire ? Une documentation visuelle pour construire un exposé : on ne peut énoncer que ce que l'on conçoit bien !" Les services de l'ébergie nucléaire das le domaine de l'hôtellerie...

Merci pour vos informations et votre collaboration.

MARIJO

MARIJO | 23 juillet 2010 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les important travaux sur epr

edf prendras sa désision en tant voulu et examinera
cette acccord. en ce qui concerne aréva doit se mettre en accord avec edf pour les contrat de chantier.fait une réunion d' entreprise pour ça.

volfiede sur élicoptere | 29 juillet 2010 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…