En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Projet de Cigéo : le débat public se termine dans l'incertitude

Le débat public sur le projet de Centre industriel de stockage géologique de déchets nucléaires est terminé. Cependant, une conférence citoyenne sur le sujet démarre. De quoi interroger la reconnaissance de la participation du public.

Risques  |    |  Camille Saïsset Actu-Environnement.com

Aux derniers coups de minuit ce dimanche 15 décembre 2013, le débat public sur le projet de Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) de déchets nucléaires de haute et moyenne activité à vie longue s'est clôt. "Les réunions publiques n'ont pas pu se tenir compte-tenu de l'obstruction de 60 à 150 personnes", a rappelé Christian Leyrit, président de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP). Il rendra son bilan le 15 février prochain, annonçant d'ores et déjà des résultats chiffrés : un total de 7.500 connexions Internet en direct des neuf débats contradictoires retransmis sur le site du débat, plus de mille questions et avis postés et plus de 80 cahiers d'acteurs publiés. Après le loupé au démarrage, ce débat public s'est en effet déplacé sur la toile. Cela reste conforme au Code de l'Environnement mais interroge la notion de participation du public, comme en témoigne l'usage de pseudonymes et l'inégalité d'accès à Internet et à ses nouvelles pratiques de communication.

Après le débat virtuel, une conférence de citoyens

Ce même dimanche se terminait le premier week-end de formation de la vingtaine de citoyens recrutés par l'institut Ipsos pour plancher sur le sujet. Les conclusions de cette "conférence de citoyens" devraient s'adjoindre au bilan de la CNDP. "Ça s'est très bien passé, les formateurs sont excellents et les citoyens très contents", a déclaré Marie-Angèle Hermitte, docteur en droit et directrice de recherche au CNRS. Chargée d'en présider le Comité de pilotage, elle a précisé que ce week-end portait, entre autres, sur le processus de décision autour des déchets nucléaires, avec "un chercheur et un parlementaire, pour avancer sur le malentendu que les conclusions du débat public s'imposent au législateur".

Rare volontaire pour cet exercice le député de la circonscription concernée par le projet de Cigéo Bertrand Pancher a été débouté après avoir révélé le lieu de la rencontre contrairement aux consignes de discrétion des organisateurs. Il entendait dire "comment les recommandations faites pourront orienter la prochaine loi sur les conditions de stockage de déchets nucléaires". Il lui était demandé d'évoquer "comment le législateur réagit au principe de participation", sachant que la solution d'entreposage pérennisé, qui a émergé lors du débat public sur la gestion des déchets radioactifs avec les faveurs du public, n'avait pas été évoquée lors des discussions parlementaires préalables à l'adoption de la loi du 28 juin 2006 actant la solution du stockage géologique profond.

Cette non considération de la participation du public est un argument avancé par les empêcheurs des réunions publiques du débat sur le projet de Cigéo. L'identification de liens directs et indirects entre l'Agence de gestion des déchets radioactifs (Andra), maître d'ouvrage, et certains membres du comité de pilotage et du comité d'évaluations de cette conférence de citoyens rallonge la liste.

Un Cigéo dont le coût reste inconnu…

Dans sa décision du 6 février 2013, la CNDP approuvait les modalités d'organisation du débat public "sous réserve que soient explicitées à l'occasion du débat les questions financières et l'adaptabilité du projet aux évolutions de la politique nucléaire". Cependant, le débat contradictoire virtuel organisé le 13 novembre dernier sur le thème des coûts et financements du projet de Cigéo n'a pas permis d'expliquer le constat d'écart considérable entre l'évaluation faite par l'Andra en 2005 (actualisée aujourd'hui à 16 Mds€) et le chiffre avancé par la Cour des Comptes (36 Mds€ en 2009). "La question me semble particulièrement importante parce que les citoyens ont besoin de savoir sur quoi ils s'engagent pour un projet qui va durer une centaine d'années et qui va les débarrasser, peut-être, de déchets pendant 100.000 ans, ce qui n'est pas rien", déclarait à cette occasion l'ingénieur et économiste Benjamin Dessus, président de Global Chance, avant de quitter la séance faute de dossier à contredire.

Dans le calendrier d'origine du débat, Claude Bernet, président de la Commission particulière du débat public (CPDP) sur le projet de Cigéo, avait choisi d'en débattre en bout de course, afin de laisser au maître d'ouvrage le temps de constituer un dossier sur les éléments financiers. "Je serai forcé de constater [dans le compte-rendu du débat] que, malgré la demande express de la CNDP, nous n'avons pas eu d'éléments financiers", a-t-il affirmé.

… et le financement anticipé

Vendredi 13 décembre, dans le cadre du projet de loi de Finances rectificative pour 2013 (LFR 2013), la Commission de Finances du Sénat a acté l'article 25 qui instaure une contribution au profit de l'Andra jusqu'à la date d'autorisation de création du centre de stockage en couche géologique profonde, jusqu'au 31 décembre 2021 au plus tard. Cette contribution vise à alimenter un fonds dédié non seulement aux études mais aussi aux "opérations et travaux préalables au démarrage de la phase de construction de ces installations". Elle tient compte de "la quantité estimée et de la toxicité des colis de déchets radioactifs dont la solution de gestion à long terme est le stockage en couche géologique profonde". L'adoption de la Loi de programmation sur la transition énergétique lèvera peut être l'incertitude sur les volumes de déchets concernés par le projet de Cigéo.

Réactions5 réactions à cet article

 

Il y a un gros souci de méthode sur les débats publics. Pourquoi ne pas avoir tenu compte des méthodes et outils utilisés sur les débats qui ont permis de faire bouger les lignes ? par exemple l'un des tous premiers pour la ligne THT Boutre Carros ?

pablo | 17 décembre 2013 à 08h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Se débarrasser, peut-être, des déchets pour 100 000 ans ? ... " (tout est dans le "peut-être")
Non. Les enterrer pour 100 000 ans. Et encore. Qui sait comment se passeront ces années.
C'est certainement la meilleur solution actuellement pour les déchets hautement radioactif. Après tout, l'uranium était bien tranquille sous terre avant qu'on ne vienne la chatouiller.

Mais bon, une contribution pour payer tout ça. Les citoyens ont raison de vouloir connaître le coût. 16 ou 36 mds ce n'est tout de même pas pareil. Et je gage ici que cela sera nettement plus (à l'usage).

Depuis le temps qu'on le dit. Oui le nucléaire permet de produire beaucoup d'énergie. C'est une énergie "efficiente". Certes. Mais ce n'est pas une énergie sans risque. Ce n'est pas une énergie bon marché. On commence à s'en apercevoir maintenant qu'on traite "correctement" les déchets.
Ce n'est qu'un début. La facture électrique va continuer d'augmenter encore.
Vous ne pourrez dire que c'est la faute des ENR.

Terra | 17 décembre 2013 à 09h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Imaginons que le débat ait eu lieu et que le projet fut abandonné...
Que pouvait-il se passer APRES? Trouver un nouveau site argileux dans une zone la moins peuplée possible sur le territoire métropolitain?Quelles solutions restent-ils une fois qu'on renonce a enterrer dans l'argile imperméable ces colis BLINDES? (le plomb des blindages peut résister des siècles: on a bien trouvé en mer de épaves romaines avec leur cargaison de lingots de plomb intactes...)
Il reste, par exemple, le stockage en surface: mais QUI peut trouver satisfaisante cette solution pour un stockage qui s'étendra sur plusieurs siècles? Surtout quand on voit ce que l'érosion fait.

ami9327 | 17 décembre 2013 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comment a t'on pu cautionner une énergie qui produit des déchets mortels pendant 100 000 ans, la question est là

lio | 17 décembre 2013 à 12h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et encore. 100 000 ans vous êtes loin de la vérité. ... C'est mortel beaucoup plus longtemps que ça pour certains déchets.

Et c'est là tout le problème. Gérer une installation ce n'est déjà pas facile.
Gérer sur 100 ans c'est presque nouveau (les décharges OM ne le sont pas)
Gérer sur 1 000 ans ça serait incroyable.
Gérer sur 10 000 est de l'ordre de la science fiction. Les "affaires de l'humanité" c'est géré depuis quoi 5 000 ans ? (une trace, un suivi, une préoccupation certaine...)
Gérer sur 100 000 c'est tout au plus un fantasme.

Alors sur plus longtemps ...

Terra | 17 décembre 2013 à 13h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager