Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Transition énergétique : la méthodologie incertaine du débat réactive les dissensions

Après plus de 150 heures de discussions, l'heure est à la conclusion pour les membres du conseil national du débat sur la transition énergétique. Un exercice délicat que le comité de pilotage a bien du mal à encadrer.

Energie  |    |  Florence Roussel
Transition énergétique : la méthodologie incertaine du débat réactive les dissensions

A l'occasion de la huitième séance plénière du comité national du débat sur la transition énergétique, la question de la méthodologie appliquée a été le cœur des discussions. Après plusieurs mois de travaux, le débat entre en effet dans une phase critique : celle de synthétiser les quelque 200 propositions – plus ou moins consensuelles – issues des sept groupes de travail et d'en tirer les principales recommandations à fournir au gouvernement. Il ne s'agit plus de proposer mais bien de débattre afin de coucher sur le papier les éléments visant à éclairer les choix politiques qui devront se traduire dans la future loi sur la transition énergétique. Et à ce jeu là, tous les acteurs du débat n'ont pas les mêmes ambitions.

La difficile construction du consensus

En préparation de cette huitième séance, le comité de pilotage a demandé aux membres du conseil national de hiérarchiser par ordre de priorité les mesures présentées par les groupes de travail. Un document de synthèse a donc été établi. Il fait ressortir plusieurs tendances et précise le nombre de membres ayant mis en avant chaque mesure. On y apprend que la rénovation du parc de bâtiments existants, la création d'une contribution climat-énergie et la réduction de l'impact des transports font parti des trois priorités qualifiées de "thèmes clefs prioritaires". Des conclusions et une méthodologie qui ne sont pas du goût du Medef qui a fait pression pour que ce document ne soit pas étudié en séance plénière au risque de mettre fin à sa participation au débat. Selon Les Echos, qui s'est procuré un document explicatif interne au syndicat, le Medef a estimé que "le secrétariat général du débat remet ainsi en cause les règles élémentaires de représentativité et le principe de la gouvernance par collège".

Le comité de pilotage a donc été contraint de présenter un autre document qualifié de "plan B" par l'animatrice du débat Laurence Tubiana. Présentant les grands principes consensuels, ce "plan B" a lui aussi provoqué l'ire de certains membres qui l'accuse de ne pas faire ressortir les dissensus exprimés sur certaines mesures. Les éléments de cadrage du débat - respect des engagements européens, mix électrique avec 50% de nucléaire en 2025, et respect du facteur 4 en 2050 - ont même été remis en cause par les syndicats. Ce qui n'a pas manqué de provoquer colère et résignation dans les rangs des ONG : "le cadrage du débat était connu de tous, certaines ONG qui ne le partageaient pas ont d'ailleurs refusé de participer, le remettre en question aujourd'hui c'est démontrer que l'écoute n'est pas au rendez-vous et l'envie de changer non plus", a déclaré Stéphen Kerckhove d'Agir pour l'environnement. "Nous sommes au même point qu'au début du débat", constate Matthieu Orphelin de la Fondation Nicolas Hulot.

Pour apaiser les tensions, Laurence Tubiana a rappelé que "les mesures consensuelles des groupes de travail constituent le minimum comme l'avait précisé la ministre de l'Ecologie au lancement du débat. Je ne désespère pas que l'on puisse faire un pas de plus." L'animatrice a ainsi appelé les membres du conseil national à mettre en place une nouvelle méthode de sélection et de présentation des mesures. Cette méthode devrait être adoptée le 8 juillet prochain et l'ont devrait connaître les recommandations finales du conseil national le 18 juillet.

Les ONG ont toutefois annoncé qu'elles ne souhaitaient pas "enterrer le document de synthèse" et demandent à la ministre de l'Ecologie "son analyse de cet épisode affligeant au regard du débat démocratique en cours". Plus particulièrement, elles demandent à ce que "les priorités listées dans ce document soient dûment prises en considération dans la future synthèse des recommandations du débat". Les ONG "tireront de la réponse de la ministre les conclusions qui s'imposent pour la suite du débat."

Réactions3 réactions à cet article

 

On espère qu'il en ressortira des objectifs ambitieux, en pointe, dans l'intérêt des particuliers et entreprises et de l'environnement et que les arguments scientifiques et techniques indépendants primeront sur les intérêts marchands et corporatistes de court terme ! On se souvient trop du Grenelle de l'Environnement qui est loin d'avoir été la grande réussite qu'il aurait pu être.

Scientifique | 23 juin 2013 à 01h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'avoue que je m'y perd un peu.
Si l'on parle de transition, c'est qu'on part de quelque part pour aller ailleurs. Un changement d'état.
En matière d'énergie, on sait la situation actuelle : pour l'essentiel, la consommation d'énergie par l'humanité, se ramène à la consommation de ressources fossiles (charbon, pétrole, nucléaire). Ce qui est, improprement appelé "énergie renouvelable" qui mélange plusieurs ressources non comparables, représente une part encore mineure du total.
Mais, où va-t-on ? Quel est l'objectif ? J'ai l'impression qu'on en est encore au point où l'on fait tout un tas de choses dans le désordre en espérant qu'il va en sortir quelque chose de robuste et clair susceptible d'indiquer une voie politiquement négociable.
Est-ce que je me trompe ?

Jean-Claude HERRENSCHMIDT | 25 juin 2013 à 08h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je rejoins les posts de Herrenschmidt et de scientifique. On est dans le corporatisme des années trente version modrnisée ; au détour, le doriotisme ; la preuve ce débat, et parallèlement, pas de class action en matière d'environnement ; (à cause de l'amiante ou des nitrates ou pesticides et tant d'autres choses, liées aussi aux options énergétiques ? On blablate sans volonté stratégique affirmée, médiocrement, alors que bien au delà de la non maîtrise des risques nucléaires (déchets et survenance accident) ou attentat (ou attaque militaire sur une centrale en cas de conflit chaud "classique") il y a des questions de m o b i l i s a t i o n s des ressources organiques humaines et financières pour assurer le p l u s vite p o s s i b l e le desserrement de la contrainte énergétique qui est globale, européenne, nationale pour chaque entité publique ou privée ; y inclus et en premier lieu ménages (voir expériences mises en ouevre de tiers investisseurs, mais qui se limitent aux collectivités) ; cette contrainte est géopolitique, géoconomique et structure notre balance des paiements, aussi bien que le compte des ménages (qui suivant où ils vivent n'ont pas les mêmes réponses à combiner), la dépendance aux approvisionnements, l'endettement public ou privé, et le solde net du dispoible hors dépenses énergétiques ; voilà sur quoi une présidence pourrait parler - comme sur des questions de démocratie et de société qui ne coûtent rien, telle class action générale - mais ne dit rien.

TH | 25 juin 2013 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]