Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La décarbonation du secteur aérien devra intégrer un plafonnement du trafic, selon l'Ademe

Dans une nouvelle étude, l'Ademe identifie le rôle de différents leviers de décarbonation du secteur de l'aviation. Le plafonnement du trafic serait une mesure rapide et efficace, en attendant les avancées technologiques sur les avions et les carburants.

Transport  |    |  Florence Roussel
La décarbonation du secteur aérien devra intégrer un plafonnement du trafic, selon l'Ademe
Actu-Environnement Le Mensuel N°429 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°429
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

« Il faut être aussi raisonnable que possible dans ses comportements pour la période de transition qui va durer à peu près vingt ou trente ans », estimait, il y a peu, Augustin de Romanet. Afin de ne pas être accusé de pousser à la consommation de voyages en avion, le patron d'Aéroport de Paris a expliqué son point de vue sur BFM business, ajoutant que « si demain matin le trafic devait décroître, ça ne serait pas une tragédie existentielle pour nous ». Aujourd'hui, une nouvelle étude de l'Ademe lui fait écho en montrant que la décarbonation du secteur aérien ne pourra pas se faire sans un plafonnement du trafic. « La décarbonation du secteur à hauteur de 75 % est possible d'ici à 2050, mais seulement si tous les leviers sont activés : efficacité énergétique des avions, décarbonation des carburants et modération du trafic », résume Baptiste Périssin-Fabert, directeur général de l'Ademe par intérim.

Avec des prévisions de croissance en hausse d'ici à 2050, le trafic aérien pourrait encore augmenter son empreinte carbone de 50 % si rien n'est fait. Un rythme incompatible avec l'objectif français de neutralité carbone, qui repose sur une division par six des émissions, tous secteurs confondus. À l'heure où la France s'apprête à élaborer ses nouveaux budgets carbone, l'étude de l'Ademe vient éclairer les possibilités.

Trois scénarios prospectifs

C'est à un exercice de prospective désormais bien connu auquel l'Ademe s'est attelée pendant près de deux ans : concevoir plusieurs scénarios de décarbonation. En travaillant sur le périmètre des vols commerciaux de voyageurs et de fret, en France et à destination de la France, elle a étudié cinq catégories de leviers de décarbonation : l'augmentation du remplissage des avions, l'amélioration de l'efficacité énergétique, la baisse de l'intensité carbone de l'énergie consommée, le report modal et la réduction du niveau de trafic. Et les a mobilisés dans trois scénarios : un scénario A dans lequel les technologies sont très développées partout, un scénario B basé sur la modération du trafic et un scénario C dans le cadre duquel tous les leviers sont actionnés.

 
Le plafonnement pourrait être un outil efficace à court terme, le temps que les technologies de décarbonation se généralisent  
Marc Cottignies, Ademe
 
À travers ses scénarios, l'Ademe révèle que les émissions de CO2 des vols au départ de la France peuvent être réduites d'environ 75 % entre 2019 et 2050 en mobilisant trois leviers majeurs : l'amélioration de l'efficacité énergétique des avions ; le recours aux carburants durables et la réduction du trafic de 23 % par rapport à 2019. Alors que les deux premiers ne produiront des effets sensibles qu'à moyen et long terme, le dernier pourrait être efficace plus vite. Il pourrait prendre la forme d'un plafonnement du nombre de vols, comme viennent de le décider les autorités néerlandaises pour l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol. À compter de novembre 2023, le trafic y sera limité à 400 000 vols par an, au lieu de 500 000 avant la crise du Covid. L'aéroport parisien d'Orly connait déjà un plafonnement du nombre de vols à 250 000 par an pour limiter ses nuisances sonores. Alors pourquoi ne pas étendre une telle obligation à tous les aéroports français ?

Cette mesure soulève de nombreuses inquiétudes, comme a pu le constater l'Ademe lors de ces échanges avec la filière. « Ce fut des échanges agités sur cette question, mais notre étude a aussi permis d'en parler de manière plus posée et factuelle », témoigne Baptiste Périssin-Fabert. Rappelons par ailleurs que l'aviation joue un rôle clef pour la cohésion du territoire national et qu'elle génère de nombreux emplois : 1,1 million en 2019, dont 342 000 directs. L'Ademe propose donc d'approfondir la question en évaluant, dans une seconde étude, les impact sociaux-économiques qu'aurait une stabilisation du nombre de vols, et non la croissance attendue dans les décennies à venir.

La disponibilité des carburants décarbonés sera limitée

Reste que « le plafonnement pourrait être un outil efficace à court terme, le temps que les technologies de décarbonation se généralisent », estime Marc Cottignies, expert de l'Ademe, auteur de l'étude. Car, en effet, il ne faut pas s'attendre à des réductions rapides des émissions si l'on se fie uniquement aux développements des agrocarburants (e-fuel) ou à l'avion à hydrogène. Ce dernier serait prêt à compter de 2035, date la plus optimisme d'Airbus. Il s'adresserait surtout aux vols courts-courriers, soit au plus 7 % des parcours en 2050, quel que soit le scénario de l'Ademe.

Du côté des carburants d'aviation durable (CAD) à base de biocarburants ou d'électrocarburants, les effets pourraient être directs et massifs, car l'utilisation du kérosène est la principale source de CO2 du secteur. Les biocarburants produits à partir d'esters et d'acides gras hydrotraités (huiles de cuisson usagées ou résidus de graisses animales) seront les seuls disponibles d'ici à 2030. Ils émettent environ 65 % de CO2 en moins que le kérosène.

À partir de 2030, viendront les biocarburants de seconde génération fabriqués à partir de résidus de cultures et de déchets (- 88 % de CO2), s'il y en a suffisamment pour l'aviation. La production d'électrocarburants à partir d'électricité décarbonée et de CO2 capturé à la sortie d'installations industrielles commencera tout juste. Mais leur pouvoir de décarbonation dépendra du mix électrique du pays dans lequel ils sont produits, c'est-à-dire celui d'où les avions décollent. « Aujourd'hui, différentes études nous permettent d'anticiper l'évolution du mix électrique des pays du monde. Elles révèlent que les électrocarburants constitueront un vrai levier de décarbonation uniquement pour les vols au départ de l'Union européenne, du reste de l'Europe (dès 2040) et de l'Amérique centrale et du Sud », détaille Marc Cottignies.

Finalement, la production de carburants durables se base sur des ressources déjà convoitées par ailleurs. « Par conséquent, choisir d'approvisionner massivement le secteur aérien en biocarburants, en électrocarburants et en hydrogène est le résultat d'un choix de politique publique, qui implique d'arbitrer un ordre de priorité entre les différents secteurs (transport aérien, transport routier, bâtiment, industrie, bioéconomie...) », prévient l'Ademe dans son étude. « Quelle que soit la famille, il y aura un problème de disponibilité de la ressource, l'électricité bas carbone va devenir une ressource rare, ajoute Baptiste Périssin-Fabert. Notre rôle, à l'Ademe, n'est pas de choisir le scénario, mais ces exercices de pensée peuvent aider à construire les politiques publiques », conclut-il.

Cette étude va, en effet, enrichir les réflexions du gouvernement et du secteur de l'aviation en vue de l'élaboration de la prochaine Stratégie française énergie-climat et celle des budgets carbone à partager entre tous les secteurs d'activité.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager