En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fessenheim fin prête pour dix ans de plus

En 2011, l'ASN a conditionné le fonctionnement de Fessenheim 1 pour dix ans de plus au respect de quarante prescriptions. Après avoir suivi les travaux et mené des inspections, l'ASN considère que le dossier est maintenant quasiment clos.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Fessenheim fin prête pour dix ans de plus

"Aujourd'hui, le dossier de la visite décennale du réacteur 1 de la centrale de Fessenheim est globalement clos", déclare à Actu-environnement Florien Kraft, chef de la division de Strasbourg de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Le représentant du régulateur explique que "la quasi totalité des prescriptions que l'ASN avait formulées en 2011 sont respectées". De son côté, EDF confirme l'information et déclare être "en ligne" avec les propos de l'ASN.

En juillet 2011, l'ASN autorisait la prolongation de dix ans du fonctionnement du réacteur 1 de la doyenne des centrales françaises à condition que l'exploitant respecte quarante prescriptions. La moitié de ses prescriptions visaient une amélioration des procédures de fonctionnement. L'autre moitié consistait en une série de travaux, les deux plus importants étant l'ajout d'une source d'eau froide supplémentaire et le renforcement du radier pour le rendre plus résistant à un écoulement de corium. En avril 2013, des prescriptions similaires ont été formulées pour le prolongement de dix ans du second réacteur de la centrale alsacienne.

Globalement, l'ASN a laissé un à deux ans à EDF pour réaliser les travaux demandés pour le réacteur 1 et un délai plus court pour le réacteur 2, compte tenu du fait que les études préalables réalisées pour le premier réacteur s'appliquent aussi au second.

Contrôle continu

Pour s'assurer de la conformité aux prescriptions formulées à l'issue de la visite décennale, l'ASN a réalisé une série de visites d'inspection thématiques. Il s'agit du processus habituel de contrôle de la conformité des installations par rapport aux divers textes et décisions qui encadrent les autorisations de fonctionnement des installations nucléaires. En d'autre terme la validation des travaux réalisés par EDF s'inscrit dans le cadre du contrôle continu exercé par l'ASN.

"Avec la visite décennale, l'ASN a fixé de nouvelles conditions de fonctionnement et un délai de mise en conformité", explique Florien Kraft, ajoutant que "ces dispositions ont la même valeur permanente que celles fixées dans les documents encadrant le fonctionnement de l'installation depuis sa mise en service. Dès lors que l'exploitant les respecte, le réacteur peut fonctionner". La validation des travaux ne fera donc pas l'objet d'une décision officielle prise par la plus haute instance de l'autorité, le collège de l'ASN qui regroupe les cinq commissaires irrévocables, dont le président de l'ASN, nommés pour six ans par le président de la République et les présidents de chaque assemblée parlementaire.

En l'occurrence, l'ASN a réalisé des visites de contrôle et considère que le réacteur 1 respecte la quasi totalité des prescriptions. Seule une des demandes doit encore faire l'objet de dernières vérifications, mais le délai fixé court jusqu'au 31 décembre 2013 et les travaux ont été réalisés cet été. Une situation qui fait dire à l'ASN que le dossier de la visite décennale est quasiment clos et que le premier réacteur de la centrale est maintenant apte à fonctionner une décennie de plus, tout au moins du point de vue de la sûreté.

   
Travaux réalisés sur le radier de Fessenheim 1 © ASN
 
   
Radier renforcé cet été

Parmi les prescriptions de l'ASN, le renforcement de la résistance du radier se démarquait sensiblement de l'ensemble des prescriptions puisque l'opération n'avait jamais été réalisée auparavant. L'Autorité demandait à ce qu'il soit "renforcé afin d'augmenter très fortement sa résistance", laissant à EDF le choix technique permettant d'y arriver. En décembre 2012, un accord de l'ASN est venu valider la méthode retenue par l'opérateur.

Concrètement, EDF a choisi une solution permettant d'augmenter l'épaisseur et la surface de la zone d'étalement du corium en cas d'accident grave avec percement de la cuve (voir encart image). L'ASN, s'appuyant sur l'expertise de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire juge que les travaux proposés permettent d'"augmenter très fortement" la résistance du radier, conformément à la prescription. Ces travaux ont été achevés en juin 2013.

Lors des travaux, l'ASN a réalisé trois inspections du chantier. La lettre de suite publiée à l'issue de la dernière inspection datant du 13 mai relate que "l'impression générale laissée par cette inspection a été positive tant au niveau de l'organisation que dans la mise en œuvre. La surveillance effectuée par l'exploitant sur ce chantier a également été jugée performante par les inspecteurs". Chose relativement rare, elle mentionne une simple demande de transmission des résultats des tests réalisés par EDF sur le béton, mais aucune demande d'action corrective ou observation. Autant dire un sans faute, aux yeux de l'ASN.

Réactions18 réactions à cet article

 

tout ça pour fermer dans 4 ans...!!!?!

maumau | 19 octobre 2013 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Soit on juge les professionnels du nucléaire pour crime contre l'humanité, soit on arrête ce dénigrement perpétuel du nucléaire.
Le charbon tue réellement chaque jour. Combien de morts pour le nucléaire civil ?
Toujours jouer sur la peur, c'est lassant.Ça ne marche plus.

Merci aux scientifiques, virons les écologistes politiques.

noyau | 19 octobre 2013 à 19h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans une autre vie, j'ai travaillé pour le pétrole.
Une des chose qui m'avait interloquée était le fait que le job à plein temps de certains consistait à militer dans les mouvements anti nucléaire.
Le niveau de certains étaient élevés (pour donner de la crédibilité comme ils disaient).
On trouvait les mêmes dans le charbon.

La politique était: détournons l'attention du pékin moyen sur un autre sujet pour qu'on puisse faire ce qu'on veut.

Le prestidigitateur ne fait pas autrement.

zaravis | 21 octobre 2013 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A "Zaravis" :

Lorsque vous dites si bien : "La politique était: détournons l'attention du pékin moyen sur un autre sujet pour qu'on puisse faire ce qu'on veut.", je pense que c'est exactement ce que vous êtes en train de faire !
Quant aux affirmations de "noyau", il y a comme un pépin : bien sûr que le charbon tue, de même que la voiture ou toute autre activité liée à l'industrie et même aux loisirs. Le nucléaire "civil", comme vous dîtes, tue aussi, ne vous déplaise. Que je sache, les décès de liquidateurs de Tchernobyl, de Fukushima et de certains ouvriers du nucléaire sont bien réels eux aussi. Le problème, c'est que les chiffres sont beaucoup plus difficiles à obtenir étant donné que les maladies peuvent se déclencher des années après la contamination et qu'il est bien difficile d'en faire la preuve, d'autant plus que l'omerta règne dans cette industrie.
Le nucléaire est une industrie bien trop sale et dangereuse et en cas d'accident le nombre de décès s'y rapportant devient vite énorme et touche des millions de personnes, sans parler des problèmes de pollution liés à la radioactivité qui vont perdurer pendant des milliers d'années.

Modifions donc nos modes de vie et favorisons la transition énergétique ! Tout le monde en sera bénéficiaire !

Agathe | 21 octobre 2013 à 13h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tant d'efforts pour une technologie soi-disant propre. Ou comment ne pas avouer que le démantèlement de ces centrales est le point noir que les industries nucléaires n'avaient pas évalué! A combien estime-on leur coût déjà? Sans parler des déchets bien sûr.

C'est tout juste détestable de voir à quel point une minorité d'ingénieurs détient le pouvoir de réduire à néant la vie et la santé de bon nombre de citoyens. Dixit Tokyo et les retombées de Fukushima. Des décisions comme celles-ci sont justes indécentes vis-à-vis des réfugiés et des irradiés nucléaires.

Encore combien de contre exemples vous faut-il de "défaillance des systèmes de sécurité"?

Bob | 21 octobre 2013 à 14h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut, on peut, on doit fermer Fessenheim au plus vite

Tous les Alsaciens ne sont pas bornés

Tous les Français non plus.

A propos vous avec achetez votre lampe de poche qui se recharge à l'huile de coude ?

Et vos deux ou trois lampes dites de camping qui marche aussi à l'huile de coude en cas de coupure de courant ?

"Faites comme je dis et comme je fais" ;-)

On est plus crédible

Brigitte | 22 octobre 2013 à 06h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@noyau,

pour ce qui est de crime contre l'humanité, on pourrait commencer par du massif: le bombardement nucléaire de populations civiles, Hiroshima, Nagasaki...un beau début, prometteur!
comment se fait-il qu'il ne s'est trouvé, jusqu'ici, aucun tribunal pour rendre justice? tout simplement par ce qu'il est un pilier du système et donc se veut hors tout questionnement quitte à nier la réalité.

maumau | 22 octobre 2013 à 08h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est de l'argent PUBLIC bien placé : faire des "travaux" sur un bâti qui doit être déconstruit ! ! l'homme marche sur la tête et son cerveau est plat comme une crêpe. Allons plutôt chercher TOUS les brevets des inventeurs géniaux de l'énergie LIBRE et non polluante qui sont enfermés dans les Ministères. Ah les monopoles et les lobbies, ils vont TOUS nous faire crever. (pétrole, chimie, pharmacie, énergie, nucléaire, "agriculture", éducation...) Les prochaines élections vont montrer que le premier parti de France est l'abstention. La France est aux mains de Bruxelles et du FMI, changeons cela ou notre avenir sera derrière nous ! Fessenheim, encore une bombe à retardement, quand elle nous pètera à la figure, QUI SERA LE RESPONSABLE DE CETTE CATASTROPHE ?

remifasol57 | 22 octobre 2013 à 09h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« Les prochaines élections vont montrer que le premier parti de France est l'abstention ».

Pour être crédible il faut être clair

Le chiffre des abstentions est malheureusement faussé
- il y a des personnes âgées n’ayant pas/plus toute leur tête qui s’abstiennent
- il y a des personnes âgées n’ayant pas/plus toutes leur « jambes » qui s’abstiennent
- il y a des gens qui s’abstiennent involontairement
- il y a des abstentions de menfoutistes égoïstes
- il y a « enfin » des abstentionnistes volontaires, altruiste autour d’eux qui aimeraient que le vote blanc soit comptabilisés comme exprimés et réduisent donc les pourcentages des candidats pour qui certains ne votent que contraints par/pour le parti qui leur déplait le moins malgré que le candidat leur déplait beaucoup

Il n’est pas honnête de « mobiliser » toutes les abstentions pour sa cause ou son point de vue .

On ne sait pas actuellement si le parti des abstentionnistes volontaires et réfléchis est le premier parti de France.

Jean-Marie | 22 octobre 2013 à 11h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@remifasol57 : effectivement, cela a de quoi laisser perplexe d'engager de si lourds travaux alors qu'il est officiellement annoncé que la centrale devrait prochainement fermer et être démantelée. Parallèlement, nous apprenons que M.Rol-Tanguy a été "remplacé". Peut-être pour calmer un peu les discours trop virulents (cf article d'ActuEnv du 25 septembre) qui auraient presque pu laisser croire que le gouvernement avait vraiment l'intention d'aller au bout de sa promesse de fermeture. Mais au final, je doute sincèrement que tout cela ne se concrétise ! Le nucléaire et ses lobbies tirent les ficelles à ce petit jeu, et nul doute qu'ils ont encore de beaux jours devant eux. On en reparle lorsque la loi sur la transition énergétique sera votée, c'est-à-dire d'ici on ne sait pas quand (vu qu'on a tendance à reporter tous les quatre matins ce projet d'une importance tellement relative... relisez l'article du 19 septembre 2012, ça laisse rêveur).

Freretoc | 22 octobre 2013 à 14h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour Noyaux
Donc, Tchernobyl, Fukushima. Déjà les morts due aux explosions.
Ensuite la mort des liquidateurs (ce nom fût vraiment bien choisi (sic)) , la mort des habitants aux alentours direct, trop contaminé pour être soigné.
Puis la mort plus insidieuses, l'augmentation des cancers jusqu'en France, les malformations et la mort prématurée des nouvelles générations.
La contamination par nourriture interposées.
J'ai pas le chiffre en tête mais ça fait déjà quelques millions je pense.
Le nucléaire TUE ! Mais comme il tue principalement à long terme et par la maladie du XXI eme siècle (le cancer) il est peu évident d'en tirer des chiffres complets, et sûr. Je connais un ancien employé de la Cogema. ... cancer des poumons et de la thyroïde. Pas de cause à effet parait-il.
Et enfin, on peut aussi ajouter les morts (peu médiatisés) des mines d'exploitation d'uranium. Non, les Nigérians, tous le monde s'en balance !
Le nucléaire TUE à toute les étapes de sa vie. C'est ça la réalité.
L'autre réalité ? ... EDF sait pertinemment que son influence au gouvernement sera suffisante pour éviter la fermeture de l'usine.
Elle ne sera pas fermée. C'est certain.
Et on repoussera un peu plus le démantèlement. 22 md pour la cours des comptes, 750 pour énergie 2050 ... La réalité sera autour des 230 md d'€. Comme j'vous'l'dis.

Les écologistes sont utiles, et ont permis la production plus propre. Vous ne me croyez pas ? Allez donc voir en Chine.

Terra | 22 octobre 2013 à 15h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EDF est prêt a tous faire pour ne pas devoir fermer et commencer un démantèlement qu'elle ne maitrise pas...et qui va se révéler tellement couteux qu'il pourrait finir par dissuader des clients !

ecojulo | 22 octobre 2013 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Fessenheim, c'est un rendement de 500 millions d'euros payés chaque année par l'Allemagne et la Suisse, qui nous achètent la quasi-totalité de sa production. C'est aussi par conséquent quelques centrales charbon et lignites qui ne tournent pas en Allemagne. Quelle énergie veut-on en Europe ?

dmg | 22 octobre 2013 à 20h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On voit beaucoup d'avis de gens qui ignorent totalement la législatio française et les clauses de fonctionnement de fessenheim.
Dans un premier, un arrêt définitif de centrale demande la dépose d'un dossier de demande de mise à l'arrêt définitif.
seule l'ASN peut imposer un arrêt forcé et imposer le dépot d'un tel dossier.
Ensuite, et je ne l'ai pas vu dans tous ces commentaires, cela va coûter à la France quelque milliards vers l'Allemagne et la Belgique.

Ce qui risque de se passer. On baisse les barres d'arrêt au 31 décembre et en attendant de préparer les dossiers, on aura un nouveau président en 2017 qui dira le contraire.

zaravis | 23 octobre 2013 à 16h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce qui arrange les pronucléaires, c'est que la pollution aux éléments radioactifs est inodore et invisible, ce n'est pas comme le nuage de pollution actuellement en Chine ou les incendies en Nouvelle Zélande ...Le nucléaire, n'inquiète personne pas même les Japonais ... qui ont pourtant reçu malheureusement 2 bombes nucléaires des USA ... Les maladies liées au nucléaire, vous avez le temps de mourir avant que votre état ne soit reconnu lié au nucléaire ... Je préfère largement le charbon, au moins ça se voit et c'est localisé comme pollution. C'est vrai, le nuage de 1986 de Tchernobyl s'est arrêté gentillement à la frontière, il n'avait pas la priorité ! la pollution nucléaire liée à Fukushima fera ou a déjà fait le tour de la terre, aussi bien dans les airs que dans la mer. Voilà ce que laisse le nucléaire : une planète inhabitable pour des milliers d'années. Dire que le nucléaire, ça ne sert qu'à faire bouillir de l'eau. Et je ne parle pas des déchets radioactifs, dangereux pour une éternité dont personne ne sait que faire ... QUI SERA RESPONSABLE EN CAS DE CATASTROPHE NUCLÉAIRE EN FRANCE ? Que ferez vous en cas de catastrophe nucléaire ? Pour laisser encore 10 ans de "fonctionnement" à ces installations nucléaires, il faut bien être irresponsable, je rappelle juste qu'elle étaient prévues pour 30 ans !Faut que vous sachiez qu'il y a des éléments d'une centrale qui ne sont pas CONTRÔLABLES après leur mise en route....

remifasol57 | 23 octobre 2013 à 17h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@dmg

y a pas que le charbon et/ou le nucléaire! on peut, d'ailleurs, moins consommer...on voudrait une énergie qui ne rende pas notre planète inhabitable...

maumau | 24 octobre 2013 à 09h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Je préfère largement le charbon, au moins ça se voit et c'est localisé comme pollution."
remifasol57 | 23 octobre 2013 à 17h28

Quand je lis cela, je me demande comment vous pouvez prétendre à une quelconque crédibilité.

Oui, le niveau de CO2 en France est bien inférieur à celui au dessus de la Chine car la France émet moins de CO2.
On peut continuer: il va falloir réaliser des écluses pour aller en haute mer car sur le pourtour de la France le niveau de l'Atlantique n'aura pas augmenté, c'est local.
C'est triste.

zaravis | 24 octobre 2013 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@zaravis le réchauffement climatique, c'est juste pour faire peur, pour consommer encore plus ... C'est vrai, le nucléaire n'émet pas de CO2. L'uranium pousse sur des arbres à 10 mètres des centrales nucléaires. Afin de pouvoir l'utiliser dans une centrale nucléaire, son "enrichissement" n'émet pas de CO2. D'ailleurs, une centrale nucléaire n'est pas en béton car pour fabriquer le béton, il faut du CO2 ... ... ... les déchets nucléaires, c'est excellent pour la santé puisque pas dangereux.
Je ne cherche pas à être crédible, je dis simplement que le charbon, c'est MOINS dangereux que le nucléaire.
"Oui, le niveau de CO2 en France est bien inférieur à celui au dessus de la Chine car la France émet moins de CO2." alors, toute la planète doit arrêter de consommer chinois et consommer local ou mieux, ne consommer que le nécessaire.
" il va falloir réaliser des écluses pour aller en haute mer car sur le pourtour de la France le niveau de l'Atlantique n'aura pas augmenté, c'est local." Croyez tous ces savants du GIEC, ils n'ont AUCUNE preuve de ce qu'ils avancent, ils racontent ce qu'ils veulent, c'est votre droit de les croire.
Le nucléaire, inventé par l'homme, est le seul "système" qui ne soit pas naturel, une pure folie. A Fukushima, la situation est hors de contrôle pour des milliers d'années, voilà où nous mène le nucléaire. Et démanteler, PERSONNE ne sait faire ! ! La centrale nucléaire de Brennelis (29), ça fait 25 ans qu'ils essaient.

Rémifasol57 | 24 octobre 2013 à 13h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…