En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La filière européenne du photovoltaïque s'organise pour limiter ses déchets

Le secteur de l'énergie solaire, bien que récent, s'interroge sur la fin de vie de ses produits. Incité par l'UE et la directive sur les DEEE, l'industrie photovoltaïque organise un système volontaire de récupération et de recyclage de ses déchets.

Déchets  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
La filière européenne du photovoltaïque s'organise pour limiter ses déchets
   
Si l'électricité produite par une installation photovoltaïque est sans pollution, la fabrication, l'installation et l'élimination du produit ont un impact sur l'environnement. Plusieurs études ont démontré que l'écobilan des modules photovoltaïques (énergie grise, émission de gaz à effet de serre…) est relativement positif, comparé à d'autres filières de production d'énergie. Néanmoins, l'industrie photovoltaïque peut encore améliorer la performance environnementale de ses produits.

Les industriels ont entrepris des recherches pour améliorer les procédés de fabrication, les rendre moins énergivores et limiter les déchets à la source, mais la question des matériaux déjà existants se pose aujourd'hui, bien que les besoins ne soient pas immédiats : La filière du photovoltaïque est récente et le déchet correspondant n'est pas encore produit. Il le sera dans 15 ou 20 ans, lors de la fin de vie des premières installations, note Etienne Couvreur, directeur de la plateforme Education de l'Institut national de l'énergie solaire (INES). La question se posera d'abord en Allemagne, où le marché du photovoltaïque est très développé, précise encore Eleni Despotou, secrétaire générale de l'Association européenne de l'industrie photovoltaïque (EPIA). Mais avec la nouvelle impulsion européenne, portant à 20 % le taux d'énergies renouvelables dans la production d'énergie d'ici 2020, de nouveaux marchés vont s'ouvrir et se développer rapidement.

Il faut donc que la filière s'organise, et ce, dès aujourd'hui. D'autant que l'Union européenne en a fait la requête : Si aujourd'hui le photovoltaïque n'est pas inclus dans la directive sur les DEEE (déchets d'équipement électrique et électroniques), il pourrait l'être dans le futur. Or, nous souhaitons rester en dehors de cette législation. Notre industrie est jeune et a besoin d'être compétitive. Le moindre coût supplémentaire, la moindre contrainte freinerait le développement de la filière. Nous avons donc travaillé avec l'Union européenne pour ne pas être contraints par les DEEE, explique Eleni Despotou.

La directive européenne portant sur les DEEE impose aux producteurs la mise en place d'une collecte des déchets, d'un système de traitement et de valorisation et le financement des coûts engrangés. Si le secteur de l'énergie solaire parvient à organiser la récupération et le recyclage de ses déchets sur une base volontaire, il ne sera pas soumis à cette directive.

En juillet 2007, l'association PV Cycle est née afin de répondre à ce problème. L'objectif est d'établir un schéma volontaire de récupération des déchets, de « devenir le corps de recyclage de l'Europe ». Le schéma de collecte sera basé sur le principe de la responsabilité sociale des entreprises : « Celui qui pollue paie ».

L'association rassemble aujourd'hui 23 industriels, représentant près de 80 % du marché européen du photovoltaïque. Cette large représentation du secteur est la condition posée par l'Union européenne pour que cette organisation sectorielle soit acceptée, commente Eleni Despotou.

Dans un premier temps, l'association évalue les projets existants de recyclage et de récupération. Déjà, des compagnies recyclent près de 99 % des produits dangereux récupérés. Notre objectif est d'atteindre d'ici 2015, 90 % de déchets collectés et d'arriver à un taux de recyclage minimum de 80 %, précise la secrétaire générale d'Epia.

Un module photovoltaïque est essentiellement composé de verre et de métal, des matériaux recyclables. Là où le problème est le plus délicat, c'est lors de la récupération du silicium. Les industriels ont entamé des recherches à ce sujet, précise Etienne Couvreur.

Il y a une grande marge d'amélioration des performances, résume Eleni Despotou. L'association travaille avec des instituts de recherche et des universités afin de guider les travaux sur la question du recyclage et les procédés de fabrication.

Début 2009, le schéma de collecte volontaire devrait être mis en place. Mais avant cela, une autre échéance attend EPIA : l'Union européenne devrait réviser la DEEE en juin 2008.

Réactions6 réactions à cet article

 
déchets photovoltaïque

Pourquoi ne sont pas pris en compte les déchets issus de la transformation de la silice en silicium de qualité électronique (acides, solvants…) Pourtant, les travaux de Bob Ayres montrent clairement que c'est là que ce situe le pb.

Anonyme | 30 mars 2008 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Finalement le silicium est recyclable ou pas ?

A lire l'article il semble que le silicium est problematique dans le recyclage. Mais est-il problematique du fait de son extraction ou bien des possibilités de recyclage qu'il offre?
Pour ma part je m'etais fait à l'idée qu'il suffisait de le refaire fondre pour le transformer en wafer, et ceci avec moins d'energie que celle necessaire à une production "initiale"! Si quelqu'un connais la réponse ca m'interesse.

quizzzzz | 10 avril 2008 à 23h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Finalement le silicium est recyclable ou pas ?

apparemment il est plus judicieux de séparer le wafer de la structure puis de le nettoyer chimiquement pour retirer les différentes couches on obtient alors un wafer prêt a être retraité pour le transformer en photopile. Le procédé est environs 3 fois moins couteux energetiquement.
Le recyclage est "problématique" du fait que les panneaux ont été construits sans penser à ce qu'on en ferait en fin de vie.

nicolas | 23 octobre 2008 à 14h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
la fabrication est elle polluante et/ou dangereuse

la fabrication des panneaux photovoltaique est elle polluante pour notre environnement et/ou dangereuse pour les personnes travaillants dans ces usines?

riri197 | 14 décembre 2008 à 22h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Quid des batteries usagées?

Les batteries usagées du photovoltaïque sont-elles prises en charge par la filière classique des piles et batteries?

Karine | 24 mars 2009 à 19h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
qui va payer ?

comment va etre reparti le cout du recyclage des panneaux? on me propôse un projet assez important et je m'interroge sur le coût du recyclage des panneaux en fin de vie.....

michel | 26 septembre 2009 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager