En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déchèteries professionnelles : comment encourager leurs implantations?

Devant l'augmentation du flux de déchets, certaines collectivités souhaiteraient orienter les professionnels vers des déchèteries dédiées. Le Centre national du recyclage vient de publier un guide étayé de retours d'expériences.

Déchets  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Problèmes de gestion de l'espace, d'optimisation du tri en vue du recyclage, de sécurité du site avec l'augmentation du nombre de visites et de flux ou de maîtrise des coûts : l'augmentation des flux collectés en déchèterie pose un certain nombre de problèmes aux collectivités locales.

Sur la totalité des déchets récupérés, ceux des professionnels comptent pour 17% dans les tonnages et représentent des volumes importants. Ils peuvent également peser dans le poids de la facture quand il s'agit de quantités importantes de déchets spécifiques tels que l'amiante ou les solvants.

"La difficulté d'identification entre usager professionnel et ménager rend délicate la répartition des coûts entre ces différents types d'usagers, pointe dans son guide pratique, le cercle national du recyclage, une partie non négligeable des déchets professionnels peut être aujourd'hui financée par les ménages".

Moins de 200 déchèteries professionnelles

Des déchèteries réservées aux professionnelles existent mais restent des exceptions : moins de 200 sont comptabilisées contre plus de 4.500 déchèteries intercommunales. Pourtant certaines collectivités souhaiteraient orienter les professionnels vers des structures dédiées.

Pour les guider dans leurs incitations à la mise en place de déchèteries professionnelles, le Cercle National du Recyclage a collecté les expériences de plusieurs d'entre elles dans son guide "Emergence de déchèteries professionnelles : Recueil de bonnes pratiques".

Pour l'association, l'un des points clefs pour la réussite et pérennité d'un tel projet reste la fermeture des portes des déchèteries ménagères aux professionnels par exemple avec un contrôle de l'entrée grâce à une carte réservée aux résidents, des portiques de hauteur inférieur à 1,90 m, etc.

"La fréquentation des déchèteries publiques démontre qu'un bon nombre de professionnels essayent toujours de venir sur ces installations pour vider leurs déchets gratuitement, constate la Communauté urbaine de Bordeaux, il semble nécessaire de (…) positionner un agent de communication à l'entrée de la déchèterie pour identifier un professionnel et pouvoir ainsi lui faire faire demi-tour et l'orienter vers l'installation adaptée la plus proche".

Autre point essentiel : effectuer un travail de communication en amont pour sensibiliser et informer les professionnels mais également les communes membres afin qu'elles s'approprient la démarche.

"Il est nécessaire de se rapprocher d'autres collectivités ayant mis en place une déchèterie professionnelle ou de prestataires privés ayant l'habitude de gérer ce type de déchets, explique le Sicoval Communauté d'agglomération Sud est toulousain, cela permet à la collectivité instaurant ce type de projet de bénéficier de leur expérience avec ce type de public, de leurs connaissances sur les filières de traitement, sur le fonctionnement de ces déchèteries, sur les tarifs à appliquer, etc.". Le Cercle national du recyclage souligne également l'importance de leur assurer l'absence de concurrence avec les déchèteries municipales.

Pour l'association, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat doit également être intégrée au projet, car elle s'avère un contact clef et privilégié des artisans et commerçants. Elle peut également prendre en charge une partie du projet.

De la même manière, l'implication de Ademe, grâce à son soutien technique et financier, permet de mieux aborder le projet de création.

Coûts de transport et de traitement de certains déchets dangereux, avances pour l'investissement d'équipements dédiés aux déchets dangereux, les Agences de l'eau proposent également des aides financières pour l'élimination de certains déchets.

Location d'un terrain contre la gestion de la déchèterie

Concernant les aides financières ou techniques pour permettre l'émergence de ce type d'activité, les collectivités peuvent notamment lancer un appel à projet pour la création d'une déchèterie professionnelle, proposer la location ou la vente d'un terrain à une entreprise en contrepartie de la gestion à ses frais de la déchèterie destinée aux professionnels, etc.

Elles disposent également d'un potentiel d'appui pour la constitution d'un dossier ICPE pour une déchèterie professionnelle.

La création d'une déchèterie professionnelle nécessite une étude du gisement potentiellement captable. Les collectivités peuvent financer cette dernière sur les déchets professionnels et/ou une étude de faisabilité du projet.

"La quantification des flux est difficile, pour certains projets, les quantités de déchets collectés sont plus faibles que celles escomptées, ce qui pose un problème de rentabilité, pointe le Cercle national du recyclage, de même, pour s'assurer de l'équilibre financier, la tarification instaurée doit être réfléchie de manière à être concurrentielle".

 



RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager