Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Gestion des déchets : un essor difficile pour la filière CSR

Alors que plusieurs projets de chaudière CSR sont en préparation, une seule installation tourne aujourd'hui. Les coûts élevés de fonctionnement de ces usines grèvent leur développement. Reportage dans cette chaufferie d'un nouveau genre en Mayenne.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°412 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°412
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

C'est sur la commune de Changé, en Mayenne, que se situe l'unique chaufferie du genre en France gérée par l'entreprise Séché Environnement. Une chaufferie qui utilise des déchets comme combustible ou combustible solide de récupération (CSR). Des déchets triés. Et c'est là, la grande différence par rapport à un incinérateur.

Certains déchets, comme le plastique, ont un fort potentiel calorifique. Toutefois, il s'agit de plastique résiduel, qui n'a pas pu être recyclé. Des mousses, du polystyrène, des fragments de bois - tout un ensemble de matières sont particulièrement intéressantes pour produire de la chaleur. Ces fractions de déchets proviennent de deux filières de recyclage : les déchets d'ameublement (DEA) et les emballages ménagers. Les déchets résiduels qui ne sont pas recyclables sont récupérés, triés, broyés, mélangés, pour donner au final « un bon CSR », comme le montre dans le reportage vidéo Alain Rospars, directeur du site.

Sur ce même site est intégré le procédé de fabrication du CSR et la chaufferie, ce qui permet de baisser les coûts liés au transport du combustible et d'optimiser le process. Le four de la chaufferie d'une puissance de 15 mégawatts est capable de brûler 3 tonnes/heure, soit 24.000 tonnes par an. Autant de déchets qui ne seront pas enfouis - raison pour laquelle l'Ademe a soutenu le projet. La chaufferie fournit une coopérative agricole qui a besoin de chaleur essentiellement en période estivale et aussi le réseau de chauffage de la ville de Laval dont la demande est plutôt en période hivernale. Ceci permet à l'usine de rentabiliser au maximum l'énergie produite sur toute l'année. Néanmoins, entre le procédé de fabrication du CSR et les normes environnementales à respecter, notamment concernant le traitement des fumées, les coûts freinent le développement de ce type de chaufferie. Le CSR, qui est connu depuis plusieurs années, est à ce jour essentiellement consommé dans les fours des cimenteries qui l'utilisent en substitution aux énergies fossiles.

Réactions3 réactions à cet article

 

Ca doit être quelque chose de filtrer les fumées.

pemmore | 19 mars 2021 à 14h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comment gérez-vous les polluants émis dans l'atmosphère et notamment les dioxines chlorées et dioxines bromées ( puisqu'on voit qu'il y a des déchets d'ameublement qui contiennent des retardateurs de flamme, source de dioxines bromées).

anne | 19 mars 2021 à 14h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Il me semble que l'installation de Blue Paper (Strasbourg) fonctionne- également aux CSR.

JBearelle | 22 mars 2021 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Pronar MPB : cribles à tambour mobiles pour le recyclage multi-matériaux PRONAR