Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Déchets nucléaires : la Commission européenne propose d'encadrer l'enfouissement en profondeur

Constatant qu'aucun site de stockage définitif n'existe actuellement, la Commission Européenne a présenté, le 3 novembre, un projet de directive sur la gestion des déchets nucléaires basé sur le stockage en profondeur.

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
   
Déchets nucléaires : la Commission européenne propose d'encadrer l'enfouissement en profondeur
   

Chaque année, environ 7.000 mètres cubes de combustible usé sont retirés des 143 centrales nucléaires présentes dans 14 des 27 Etats membres de l'Union européenne. Il n'y a actuellement aucun site de stockage définitif et la majorité de ces déchets est stockée dans des installations provisoires. Ces entrepôts "ne constituent pas une solution de long terme car ils doivent faire l'objet d'un entretien et d'une surveillance permanente", note la Commission européenne, précisant que "du fait de leur implantation habituellement proche de la surface, ils sont en outre exposés à un risque d'accidents, notamment les chutes d'avion, les incendies ou les tremblements de terre."

Afin de remédier à ce problème, le projet de directive sur la gestion des déchets nucléaires présenté par la Commission européenne retient la solution du stockage géologique en profondeur et propose de l'encadrer au niveau européen. "Il existe un consensus scientifique et technique, sur le fait que le stockage en formation géologique profonde constitue la solution la plus sûre et durable pour les déchets nucléaires de haute activité", justifie la Commission.

Rendre les normes de l'AIEA juridiquement contraignantes

Concrètement, le projet de directive prévoit de donner un caractère contraignant aux normes élaborées par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Publiées en 2007, les Normes de sûreté de l'Agence visent à réduire les risques environnementaux et sanitaires pour toutes les étapes de la gestion du combustible et des déchets radioactifs jusqu'à leur stockage définitif. La Commission souhaite que des autorités indépendantes veillent à l'application de ces règles de sûreté, délivre les permis de construire et contrôle les sites.

Ainsi, le projet de directive présenté par la Commission européenne, s'il est adopté en l'état, imposerait aux Etats membres d'établir des programmes nationaux planifiant la mise en oeuvre des centres de stockage définitif.

Ces programmes devraient présenter les projets de construction et de gestion des centres, en indiquant un calendrier concret des différentes étapes des travaux, la description de toutes les activités nécessaires à la mise en œuvre des solutions retenues, les coûts et les mécanismes de financement.

Le délai accordé aux Etats membre pour établir leur programme national serait de quatre ans à compter de l'adoption de la directive prévue pour 2011. Ils devraient être notifiés à la Commission qui pourra demander des modifications.

Satisfaction de l'Andra et critique des anti-nucléaires

Par ailleurs, le projet de directive précise que des Etats membres peuvent s'associer pour utiliser un centre de stockage commun situé sur un des territoires. Cette option concerne principalement les pays ayant un petit nombre de centrale nucléaire et souhaitant mutualiser la gestion des déchets. L'exportation des déchets vers un pays tiers pour les y stocker définitivement reste interdite.

Enfin, la Commission estime que la population doit être informée et devrait être associée aux décisions relatives à la gestion des déchets nucléaires.

Pour Gérald Ouzounian, directeur aux affaires internationales de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), le projet est "très satisfaisant et complètement en cohérence avec la loi française." La seule nuance entre le projet de directive et la législation française concerne la notion de "combustible usé" utilisée par le projet de directive. En France, le combustible usé est d'abord retraité et seul le solde est considéré comme un déchet qu'il est prévu d'enfouir à partir de 2025. "Néanmoins, l'article 4 du projet de directive laisse la possibilité de retraiter le combustible usé avant de le stocker en profondeur" explique Gérald Ouzounian, estimant que "l'option française est compatible avec le projet de directive."

Le Réseau sortir du nucléaire, juge pour sa part que le projet de directive "passe outre les doutes déjà exprimés sur les risques de fuites radioactives dans l’environnement" et "omet soigneusement de prendre en compte l’avis des populations, qui n’ont quasiment jamais été consultées sur les projets d’enfouissement." Le Réseau rassemblant 876 associations opposées au nucléaire dénonce donc "une orientation dangereuse et profondément antidémocratique." "La seule option raisonnable est d’arrêter de produire des déchets nucléaires", conclut le Réseau.

Réactions6 réactions à cet article

 

Afin de remédier à ce problème, le projet sur la gestion des déchets nucléaires présenté par la Commission européenne retient la solution du stockage géologique en profondeur. Plutôt que de l'aient enterrer il serait temps de chercher des solutions pour les éliminer car depuis le temps saurait déjà du être fait NON ?
Profits à tous va mais Rien Côté sécurité, ni dé-pollution, ni traitement des déchets la preuve!

haha???? | 04 novembre 2010 à 20h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quoi qu'il soit entrepris, le réseau ne donne jamais de solution immédiate. Pourquoi arrêter le Nucléaire lorsque l'on a en France le plus grand nombre de centrale en Europe. La solution serait peut-etre de diminuer progressivement la production nucléaire en allant vers des solutions "vertes", mais même dans ce cas, il faut bien s'occuper des déchets des centrales en service. Alors bravo pour cette prise de conscience europpéenne et donnons toutes les chances de réussites à ce nouveau projet.

Uranus235 | 04 novembre 2010 à 20h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"la Commission estime que la population doit être informée et devrait être associée aux décisions relatives à la gestion des déchets nucléaires"

"Le Réseau sortir du nucléaire, juge pour sa part que le projet de directive omet soigneusement de prendre en compte l’avis des populations"

Cherchez l'erreur...

235U | 04 novembre 2010 à 21h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Puisque l'Andra vient de s'ouvrir à l'information sur son site. il serait peut-être bon d'aller y chercher les connaissances nécessaires avant d'exprimer un commentaire et de prendre pour argent comptant les affirmations de Sortir du Nucléaire.

André | 05 novembre 2010 à 21h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Stocker les déchets en profondeur ,bien sûr ce serait le moyen de les
laisser en souvenir pour nos générations futures ,en attendant de trouver
une solution à long terme ,quand la radioactivité aura diminué mais
jamais disparue. On a stocker des déchets ultimes dans une mine arrêtée
mais non radioactifs et pourtant l'incendie a tout arrêté! Tous les
scénarios de risques ont été prévus ,sauf l'auto-combustion d'un
lot peut-être mal contrôlés? Une mine de sel bouge ,attention!

arthur | 07 novembre 2010 à 19h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En complément d'Arthur, la mine est celle de Stocamine dans le Haut-Rhin et qui a fait l'objet d'un reportage dans le dernier numéro du magazine Terra Eco.

Voir aussi cet article:
https://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-destockage-stocamine-dechets-ultimes-11023.php4

Romain | 18 novembre 2010 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Audit Déchets avant démolition d'un bâtiment HPC Envirotec