En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La population des baleines à bosse regonfle mais celle des autres cétacés reste critique

Biodiversité  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
La baleine à bosse, dont le nombre avait énormément baissé pour atteindre un niveau très bas en 1970 du fait de la chasse commerciale, a considérablement repris depuis 40 ans. L'Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN) a donc annoncé une révision de son statut sur la Liste Rouge des Espèces menacées. De « vulnérable », l'espèce passe à la classification « préoccupation mineure » même si deux sous-espèces, les baleines à bosse d'Océanie et celle du Golfe Persique sont encore classées comme « en danger ».
C'est une énorme victoire pour les baleines à bosse et tous ceux qui ont oeuvré pendant plus de quarante ans pour les protéger, a déclaré Patrick Ramage, Directeur du Programme global sur les baleines d'IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux. L'arrêt de la chasse commerciale des baleines a été l'une des victoires les plus importantes de la conservation au XXème siècle, a-t-il ajouté. Mais Patrick Ramage craint qu'aujourd'hui cet héritage ne soit remis en question notamment suite à la reprise de la chasse à la baleine par le Japon, l'Islande et la Norvège. C'est au tour de notre génération de maintenir ces créatures magnifiques à l'écart pour toujours de la liste des cibles, estime-t-il.

Si la situation s'arrange pour la baleine à bosse ce n'est pas le cas de nombreux autres cétacés. La baleine bleue de l'Antarctique a montré quelques signes de récupération mais elle est encore si rare qu'elle reste inscrite sur la liste comme étant « en danger critique d'extinction », la plus haute catégorie de menace. Le rorqual commun et le rorqual boréal, qui furent la base de l'industrie baleinière internationale, restent toujours classés « en danger » et n'ont pas montré d'amélioration substantielle. La plupart des pays ont arrêté de chasser le rorqual commun et le rorqual boréal dans les années 70, mais le Japon a repris la chasse au rorqual boréal en 2002 et celle au rorqual commun en 2006.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager