Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un décret précise la procédure de nouveaux appels à projets en matière d'énergies renouvelables

Energie  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Le gouvernement a publié, ce samedi 2 octobre, un nouveau décret au Journal officiel, précisant la procédure de futurs appels à projets consacrés aux « énergies renouvelables innovantes ». Le décret du 1er octobre 2021 s'adresse plus exactement aux installations de production d'électricité ou de biogaz « qui utilisent des énergies renouvelables innovantes et qui souhaitent bénéficier d'un contrat d'expérimentation ». Les lauréats à de tels appels à projets sont amenés à signer un contrat d'achat avec EDF, pour l'électricité produite, ou avec un fournisseur de gaz naturel, pour le biogaz injecté dans le réseau de gaz grâce à leur projet innovant.

La procédure d'appel à projets reste très similaire à la procédure d'appel d'offres actuellement en vigueur en matière d'énergies. La seule grande différence réside dans la définition du niveau de soutien apportée au producteur lauréat. La signature du contrat ne se fait pas lors de sa participation à la procédure, mais dans un second temps. De plus, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) peut modifier le niveau de soutien au cours du contrat. Dans son avis du 1er avril 2021, favorable au projet initial de décret, la CRE recommandait, notamment, à ce que le futur cahier des charges de ces appels à projets précise bien « les modalités de fixation du niveau de soutien et de sa révision (…) pour sécuriser le financement du projet et permettre une instruction rapide ».

« L'utilisation d'appels à projets permettant au gouvernement de sélectionner les modèles d'affaires qui lui paraissent les plus prometteurs, couplée à un soutien établi au cas par cas apparaît alors comme le meilleur moyen de soutenir ces technologies, déclarait la CRE, en avril dernier. En effet, la méconnaissance par les pouvoirs publics et par les porteurs de projets potentiels des coûts ainsi que l'incertitude quant au nombre de projets susceptibles de postuler rendraient inefficaces à la fois un guichet ouvert sous forme d'arrêté tarifaire, mais aussi des appels d'offres. »

Réactions1 réaction à cet article

 

Aux dernières nouvelles, la DGEC n'est pas vraiment décidé à mettre en pratique ce type d'appel à projets avant les élections d'avril 2022.
Comme d'habitude, le politique décide, mais c'est l'administration qui, finalement, commande. Du coup, on ne sait jamais si le pouvoir change en avril 2022, tout peut être rebattu et pour la DGEC, il est urgent de rien faire!

lhommedelabaie | 05 octobre 2021 à 09h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Photovoltaïque : un accompagnement juridique à toutes les étapes du projet LPA-CGR avocats