En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Défrichement : une circulaire précise la réglementation applicable

La refonte du code forestier, de même que la réforme de l'étude d'impact et de l'enquête publique ont impacté les procédures applicables en matière de défrichement. Une circulaire fait le point.

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Une circulaire du ministre de l'Agriculture en date du 28 mai 2013 précise de façon détaillée les règles applicables en matière de défrichement suite à la refonte du code forestier, d'une part, et à la réforme de l'étude d'impact et de l'enquête publique, d'autre part. Elle annule et remplace la circulaire du 11 décembre 2003 jusque-là applicable.

Sont soumis à la réglementation du défrichement les bois et forêts des particuliers, des collectivités territoriales et autres personnes morales hors Etat, rappelle la circulaire. En revanche, cette réglementation ne s'applique pas aux forêts domaniales de l'Etat qui sont régies par des règles propres relevant du code général de la propriété des personnes publiques.

Le défrichement est défini comme étant "la destruction de l'état boisé d'un terrain et la suppression de sa destination forestière". Les deux conditions doivent être vérifiées simultanément, précise la circulaire.

L'autorisation comme règle générale

Quatre opérations sont explicitement exclues du périmètre du défrichement par le code forestier. Il s'agit tout d'abord des opérations ayant pour but de remettre en valeur d'anciens terrains de culture ou de pacage envahis par une végétation spontanée ou les terres occupées par des formations telles que garrigues, landes et maquis. Ne constituent pas non plus des défrichements les opérations portant sur les noyeraies à fruit, oliveraies, plantations de chênes truffiers et vergers à châtaignes. Sont également exclues "les opérations portant sur les taillis à courte rotation normalement entretenus et exploités, implantés sur d'anciens sols agricoles depuis moins de trente ans", de même que les déboisements ayant pour but de créer à l'intérieur des forêts les équipements indispensables à leur mise en valeur et à leur protection.

Par ailleurs, quatre types d'opérations sont exemptées de demande d'autorisation bien que constituant des défrichements. Il s'agit des bois et forêts de superficie inférieure à un seuil compris entre 0,5 et 4 hectares, ce seuil étant fixé par le préfet dans chaque département. La deuxième exemption concerne les parcs ou jardins clos et attenants à une habitation principale, lorsque l'étendue close est inférieure à 10 hectares. Une autre dispense concerne les zones définies par les conseils généraux dans le cadre de la réglementation des boisements au titre des articles L. 126-1 ou L. 123-21 du code rural. Enfin, les opérations dans les bois de moins de 20 ans échappent également à la procédure d'autorisation.

"En dehors de ces quatre cas, le défrichement ne peut être exercé sans autorisation", rappelle le ministre de l'Agriculture. La circulaire traite toutefois de cas particuliers pour lesquels le régime applicable mérite d'être précisé. Il s'agit de l'implantation en forêt d'un ouvrage déclaré d'utilité publique, des activités d'"accrobranches", du défrichement de peupleraies, de pâturages en forêts, d'élevages de gibier et de destruction de plantations de sapins de Noël.

Doit-on réaliser une étude d'impact ?

"Depuis le 1er juin 2012, la notice d'impact est supprimé", rappelle la circulaire. Les défrichements d'une superficie totale, même morcelée, égale ou supérieure à 25 hectares, sont soumis à étude d'impact. En dessous de ce seuil, l'étude d'impact est requise au cas par cas sur décision du préfet de région, qui exerce la fonction d'autorité environnementale au niveau de la région. Pour rappel, un projet de décret, visant à instaurer un seuil de 0,5 hectares en-dessous duquel les projets de défrichement seraient dispensés d'examen au cas par cas, a été soumis à la consultation du public en mars dernier.

Les demandes d'autorisation de défrichement doivent comporter, par ailleurs, une évaluation d'incidence au titre de la procédure Natura 2000 dans les cas prévus par le code de l'environnement.

En ce qui concerne l'information du public, l'enquête publique est systématique dans le cas d'un défrichement supérieur à 25 hectares. Elle est également obligatoire pour les défrichements compris entre 10 et 25 hectares dès lors qu'une étude d'impact est requise. Il n'y a en revanche pas d'enquête publique pour un défrichement portant sur une superficie inférieure à 10 hectares, même si l'opération est soumise à étude d'impact. Dans ce dernier cas, une mise à disposition du public des informations relatives à l'opération doit être effectuée en application de l'article L. 122-11 du code de l'environnement.

Le défrichement illicite, un délit

La circulaire fait également le point sur les sanctions applicables. Tout défrichement de plus de 10 m2 sans l'autorisation requise est un délit puni d'une amende de 150 €/m2 défriché dès 10 m2. Le défrichement illicite d'une réserve boisée est également un délit puni d'une amende forfaitaire de 3.750 € en-dessous de 10 m2 et d'une amende de 450 €/m2 à partir de 10 m2. Dans les forêts de protection, les défrichements inférieurs à 10 m2 sont punis d'une amende de 1.500 €, du double au-delà de cette superficie.

Sont également précisés les cas dans lesquels peut être ordonné l'arrêt immédiat des travaux, la consignation des matériaux et du matériel de chantier, voire le rétablissement des terrains par l'Administration aux frais du propriétaire.

Réactions4 réactions à cet article

 

Je suis à BOOS dans les Landes, une commune de 400 h dont la surface totale est inférieure à 16 km2. La tempête Klaus de 2009 et les scolytes ont détruit 75% de la forêt. La municipalité, après avoir autorisé le défrichement de 53ha pour l'implantation de 2 centrales photovoltaïques (environ 65.000 panneaux), soutient un projet de lotissement, dans le même secteur, à 2 kms du bourg. Cette opération immobilière d'environ 25 maisons va nécessiter le défrichement de 3 à 4 ha de forêt constituée actuellement de pins parfaitement sains. J'ajoute que les terrains des riverains se sont avérés inondables et que la commune ne dispose pas d'assainissement collectif. Nous avons entrepris une mobilisation contre ce projet en sensibilisant le Préfet des Landes sur cette situation et en saisissant l'ensemble des élus départementaux et régionaux ainsi que les différents leaders des mouvements écologiques. Nous avons besoin d'un maximum d'appuis pour empêcher que cette ligne rouge soit franchie dans notre commune. D'avance merci.
BONILLA Bernard, Président de l'association Le Trait d'Union Boosséen

Bernard | 19 septembre 2013 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin des gens plein de bon sens face a un Maire petrit de nepotisme et coutumier de clientèlisme . les Chasseurs les Pecheurs les Ecologistes et la Tradition doivent se mobiliser pour que notre village retrouve un peu de sa vie d'antan . a force de favoriser certains administrés le principe de précaution typiquement français n'est plus respecté et c'est la l'ecueil on favorise la spéculation au détriment du developpement raisonné .

saint hubert de boos | 26 septembre 2013 à 20h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un grand merci à vous, saint hubert de boos, pour votre réaction à mon commentaire et vos encouragements. Il est important que nous soyons nombreux à nous mobiliser pour défendre notre environnement et préserver la ruralité de la commune de Boos. Notre intervention sur le site de actu-environnement sera prochainement portée à la connaissance de l'ensemble des boosséens.
Contact: Bernard BONILLA , Président du Trait d'Union Boosséen

Bernard | 27 septembre 2013 à 11h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Moi je dis TRÈS BIEN!

angel | 02 novembre 2013 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager