En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Deux ministres demandent à Édouard Philippe de décaler le déploiement de la 5G

Risques  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com

Dans une interview donnée au JDD et publiée le 21 juin, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, a annoncé avoir écrit, avec le ministre de la Santé, Olivier Véran, au Premier ministre, pour lui demander « d'attendre l'évaluation de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement, et du travail) avant le déploiement de la 5G. »

Pour le moment l'ouverture commerciale de la 5G est prévue pour fin 2020, avec des enchères pour attribuer aux opérateurs les fréquences encore disponibles, fin septembre.

« Je me réjouis de cette initiative, a réagi Michèle Rivasi, eurodéputée EELV. Cette lettre de deux ministres confirme que le déploiement de la 5G aurait des conséquences environnementales et sanitaires fortes. »

En janvier 2020, l'Anses pointait un manque de données sur les effets sanitaires liés à l'exposition des ondes de la 5G. Les résultats des travaux d'expertise de l'Agence seront disponibles au premier trimestre 2021, et pourraient conduire à revoir les seuils d'exposition en cas d'« effets particulièrement inquiétants ».

Michèle Rivasi appelle toutefois à « la plus grande prudence », soulignant que « l'Anses ne va procéder qu'à une revue de la littérature scientifique existante » et que « ce travail ne donnera donc qu'un point de vue encore partiel sur les risques sanitaires de la 5G ». Elle préconise « une étude scientifique totalement indépendante des intérêts industriels, en conditions réelles d'utilisation, menée par un pôle public totalement transparent ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Je m'interroge sur le sens des propos de madame Michèle RIVASI que l'article cite abondamment : "Cette lettre de deux ministres confirme que le déploiement de la 5G aurait des conséquences environnementales et sanitaires fortes." Que nenni. On doit se réjouir le principe de précaution, c'est tout et pas de quoi aller brûler des antennes relais de la 5G !!!
Par ailleurs comment techniquement faire une étude grandeur réelle des effets de la 5G quand elle n'est pas déployée ?
Si problème il y a c'est la vente de licence 5G avant que l'ensemble du territoire n'ait accès à la 3G : le rôle de l'Etat devrait être la 3G partout avant tout.

xrlimousin | 25 juin 2020 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

https://www.cartoradio.fr/index.html#/cartographie/all/lonlat/-1.552891/47.238046 ou site antennesmobiles.fr . On se demande bien pourquoi l'ANSES tarde autant pour tester la 5 G, Manque d'antennes pour tester ? quelle rigolade ! Venez à Nantes, Rezé, Vertou .. où le tapis rouge a été déroulé à orange. Plus de 50 antennes actives 5G dans la métropole. Les écologistes viennent de s'en apercevoir.. Un moratoire sur la 5G ? à voir si le débat au conseil métropolitain serait à mi mandat. Si c'est le cas, cela risque d'être uniquement un effet d'annonce.

J Cl M 44 | 25 juin 2020 à 21h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager