En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nucléaire : un décret autorise le démantèlement d'un ancien atelier de la centrale de Chinon

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Nucléaire : un décret autorise le démantèlement d'un ancien atelier de la centrale de Chinon

Un décret, publié au Journal officiel du 2 mai, autorise le démantèlement de l'atelier des matériaux irradiés (AMI) situé sur le site de la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire). EDF a jusqu'à décembre 2033 pour procéder au démantèlement de l'installation composée de sites d'entreposage de déchets et de trois zones, définies selon l'activité radioactive des éléments qui y étaient étudiés.

Le texte précise qu'à l'issue des opérations, l'ancienne installation et son terrain « ne [devront comporter] aucune zone réglementée au titre de la radioprotection ni de zone à production possible de déchets nucléaires ». « Leur état, ainsi que celui des sols, [devra être] compatible avec une utilisation à des fins industrielles ou scientifiques », précise le décret. Pour atteindre ce résultat, les pouvoirs publics imposent notamment le démantèlement de « l'ensemble des bâtiments jusqu'à un mètre sous le niveau du sol ».

Le texte prévoit trois étapes. La première comprend la fin des opérations préalables au démantèlement. La deuxième correspond au démantèlement à proprement parler : il s'agit d'éliminer les risques radiologique et chimique, notamment en assainissant la zone haute activité et en démontant les équipements et matériels électromécaniques. EDF devra aussi évacuer les déchets « historiques », c'est-à-dire les déchets dont les conditions d'entreposage ne répondent plus aux critères actuels ou sont mal connues. Enfin, la troisième étape concerne la démolition des bâtiments et l'aménagement final du site.

Réactions1 réaction à cet article

 

Pourquoi faire toute une histoire de ce qui n'est jamais que la destinée normale d'un site industriel ? Pourquoi pas autant de battage autour du démantèlement des sites chimiques, trop souvent autrement plus sales et moins contrôlés que les sites nucléaires ???

dmg | 07 mai 2020 à 10h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager