En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Grenoble : le CEA satisfait du démantèlement des installations nucléaires

Le CEA a fait un point sur le démantèlement de ses six installations nucléaires grenobloises. Un assainissement du site qui illustre la délicate gestion des déchets radioactifs associés à l'opération.

Aménagement  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Grenoble : le CEA satisfait du démantèlement des installations nucléaires

Mercredi 27 février 2012, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a présenté son bilan de l'assainissement et du démantèlement des installations nucléaires du centre CEA de Grenoble (Isère). "C'est la première grande opération de démantèlement à l'échelle d'un site qui s'achève", s'est félicité Philippe Guiberteau, directeur de l'assainissement et du démantèlement au CEA.

Décidé à la fin des années 1990, le démantèlement des six installations nucléaires de base (INB) grenobloises s'inscrit dans le cadre de la reconversion des activités de recherche installées sur les sites du CEA. L'objectif est de regrouper les activités nucléaires sur trois sites, Cadarache (Bouches-du-Rhône), Marcoule (Gard et Drôme) et Saclay (Essonne). Pour cela, il s'agit donc de "boucler le cycle nucléaire" c'est-à-dire faire la démonstration qu'il est possible de dénucléariser de façon satisfaisante un site afin de le réutiliser pour d'autres activités, explique Didier Bordet, directeur du CEA Grenoble.

Concernant le polygone scientifique de Grenoble, où sont situées les INB démantelées, il a vocation à se spécialiser dans la recherche industrielle publique et privée. Le CEA y a notamment implanté deux centres de recherche avec le laboratoire d'électronique et de technologies de l'information (Leti) et un complexe dédié aux micro et nanotechnologies (Minatech).

Jusqu'où décontaminer ?

Le site comprenait les réacteurs nucléaires de recherche Mélusine (8 mégawatts (MW), en activité de 1958 à 1988), Siloé (35 MW, 1963-1997) et Siloëtte (moins d'un kilowatt (kW), 1964-2002), le laboratoire d'analyse des matériaux actifs (Lama) et les deux INB constituant la station de traitement des effluents et déchets (Sted).

Aujourd'hui le démantèlement des installations est achevé. Ou presque, car il reste encore à démolir les bâtiments ayant accueilli Mélusine et Siloé et à réaliser l'assainissement final du Lama et des Sted. Des opérations qui devraient être achevées mi-2013, selon le Commissariat. Cette situation satisfait le CEA qui clôturera le dossier dans les délais. Le planning initial prévoyait un démantèlement des installations étalé de 2002 à 2015 et en 2004 une révision du planning prévoyait de ramener la fin de chantier à 2012.

Reste néanmoins un point dur : le radier du réacteur Siloé qui présente "de légers marquages radioactifs", indique Fréderic Tournebise, le responsable des opérations de démantèlement. En cause, une fuite d'eau intervenue en 1984 qui a entrainé en certains points une pollution radioactive de l'ordre de 20 becquerels par cm2. Si la fuite était connue, la pollution radioactive constitue une découverte inattendue qui a conduit l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à déclasser le réacteur à l'exception du radier.

Cette situation illustre l'un des dilemmes des démantèlements nucléaires : jusqu'à quel point convient-il de décontaminer les sites ? Un assainissement total évite le maintien de servitudes sur le terrain et permet donc de le réutiliser librement pour d'autres activités. En contrepartie, cela génère une importante production de déchets très faible activité (TFA). L'autre option consiste à maintenir sur le site certains bâtiments présentant une très faible radioactivité de surface. Si cette stratégie permet de réduire sensiblement le volume des déchets, elle limite les options de réutilisation du site.

8.000 tonnes de déchets TFA imprévus

S'agissant des déchets justement, l'ensemble des opérations a généré 8 tonnes de déchets à haute activité (HA), envoyés à Saclay et Cadarache en attendant que le Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) prévu à Bure (Meuse) soit disponible, 30 tonnes de déchets de moyenne activité (MA) et 820 tonnes de déchets de faible activité (FA) envoyés au Centre de stockage de l'Aube à Soulaines-Dhuis, 130 tonnes de déchets FA envoyés au centre nucléaire de traitement et de conditionnement des déchets faiblement radioactifs (Centraco) à Marcoule et 25.000 tonnes de déchets TFA envoyés au centre industriel de regroupement, d'entreposage et de stockage (Cires) de Morvilliers (Aube).

On mesure ici l'impact d'un démantèlement complet puisque les travaux du site grenoblois ont produit a eux seuls quasiment l'équivalent d'un an de capacité d'accueil de déchets TFA sur le site de Morvilliers. En cause, les demandes de l'ASN qui pour valider un déclassement sans servitude a demandé aux CEA des travaux supplémentaires à l'origine d'une production de déchets TFA supérieure de 30% à ce que le CEA avait anticipé, soit quelques 8.000 tonnes.

Le coût total de gestion des déchets est évalué à 22% du budget total de 300 millions d'euros, soit un peu plus de 65 millions.

Réactions5 réactions à cet article

 

Une question me vient au sujet de la décontamination du site :
est-on certain que ce site sera réutilisable ? que la décontamination est entière ? suel, le CEA l'affirme ....

forêt 80 | 04 mars 2013 à 01h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Connaissant Grenoble, les sites en cours de démantellement sont situés en pleine ville. Le CEA ou d'autres organismes indépendants ont-ils fait des mesures sur la radioactivité impactant certainement les habitants ????

pectine | 05 mars 2013 à 07h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne connais aucune entreprise qui ne s'auto-satisfait pas de son propre travail...
Pour la réutilisation du site, il faudra sans aucun doute faire des aménagement spécifiques prenant en compte les radiations résiduelles, impossible (ou à des coûts prohibitifs) de garantir un vrai site "propre" dans un chantier de démantèlement d'installation nucléaire.

Rouxbarbe | 05 mars 2013 à 08h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@forêt 80
Le CEA n'est pas le seul à l'affirmer, il existe en France des organismes de contrôle, et l'ASN veille au grain. Pour travailler dans le secteur je peux affirmer que les objectifs de dépollution exigés par l'ASN sont extrêmement bas (voir parfois trop ?). Nucléaire ne rime pas forcément avec mystère...

zozo | 05 mars 2013 à 09h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@pectine : Les radiations résiduelles sont inférieures à celles des instituts du radium des Curies en banlieues de Paris.

On voit d'ailleurs l'illustration de l'absurdité de considérer que tout ce qui a été touché à quelque niveau que ce soit est irrémédiablement contaminé quel que soit le niveau. Des cendres de charbon beaucoup plus fortement contaminées que tous les chiffres donnés ici sont librement réutilisées en tant que matériaux de construction, et les engrais phosphaté conduisent la majorité des champs en campagne à être plus radioactifs que cela, cf la très belle photo ici de Creys-Malville où c'est de loin les champs cultivés qui sont le plus radioactifs, en montant à plus de 4000 cps :
http://i87.servimg.com/u/f87/12/17/43/12/creys-10.jpg

jmdesp | 06 mars 2013 à 16h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…