En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Environnement perd son ministère

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy avait commencé avec la création d'un superministère de l'Environnement, engagement de campagne. Il va se terminer sans ministère de l'Environnement… La nomination de Nathalie Kosciusko-Morizet au porte-parolat du président-candidat le 18 février va en effet entraîner la disparition de cette entité. Les portefeuilles du ministère de l'Environnement seront bientôt rattachés au Premier ministre, a indiqué le chef de l'Etat. La démission de NKM est l'affaire de "quelques jours" : "J'ai quelques dossiers à finir, notamment la clause de sauvegarde sur les OGM. (…) Après je m'occuperai à plein temps de la campagne", a-t-elle expliqué.

"La disparition du poste de ministre de l'Ecologie illustre jusqu'à la caricature la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy en 2010 : « l'environnement, ça commence à bien faire »", a commenté Philippe Martin, secrétaire national adjoint à l'environnement au Parti socialiste, ajoutant : "Quant à confier le sort de l'écologie au Premier ministre François Fillon, c'est aussi enthousiasmant que de confier la lutte contre le réchauffement climatique à Claude Allègre".

Pour Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'environnement, "il y a des symboles qui en disent parfois autant que les petites phrases du chef de l'Etat qui estimait que « l'environnement, ça commence à bien faire ». La réalité institutionnelle a été mise en adéquation avec l'orientation politique du président-candidat". Stéphen Kerckhove estime qu'il "est grand temps de réinsuffler une dynamique à la politique environnementale française en lui donnant une constance et une orientation qu'elle n'a pas eues durant cinq longues années".

Un portefeuille déjà allégé en 2010

Le ministère de l'Environnement avait déjà été affaibli en novembre 2010, lors de la passation de pouvoir entre Jean-Louis Borloo et NKM. Le ministre d'Etat, numéro 2 du gouvernement, laissait sa place à une "simple" ministre, qui reculait de deux places dans le gouvernement (numéro 4). Le ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat était alors devenu le ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement (MEDDTL), perdant en route le portefeuille de l'Energie (rattaché à l'Economie) et l'Aménagement du territoire (rattaché à l'Agriculture).

Réactions9 réactions à cet article

 

On vous avait prévenu : l'environnement et ses contraintes tatillonnes, ça commençait à bien faire…

Si concrètement, à 3 mois de l'élection cela ne devrait pas changer grand chose (quoi que…), dans la symbolique c'est gravissime ! Je me demande à quoi sont payés les conseillers en communication politique à l'Elysée, dans les cabinets ministériels, voire dans les QG de campagne…

daaaavid | 20 février 2012 à 13h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cet effacement du ministère de l'écologie ne surprendra personne, deux récentes mesures avertissaient : le cadeau fait aux chasseurs et les décrets livrant les sites urbains et ruraux aux afficheurs.
Au moins l'équivoque est levée.

nature | 20 février 2012 à 22h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ceci met bien en relief pour l'environnement l'approche Sarkozo-pendulaire:un coup je m'affiche, un coup je m'en fiche.

BGt | 21 février 2012 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La betise humaine dans toute sa splendeur.
l'environnement, tout le monde politique s'en contrefout, ils sont uniquement interesses par le pouvoir, la retraite et leurs comptes bancaires + avantages en nature.

Qui va payer? Comme d'habitude, les plus pauvres et les classes moyennes que nous allons pressuriser au maximum à travers des taxes en tout genre. Hollande ou Sarkosy, c'est en fait la même chose... blanc bonnet ou bonnet blanc.
La terre s'en moque elle aussi mais c'est l'homme et ses descendants qui vont payer nos betises et notre inaction.

arthur duchemin | 21 février 2012 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dommage, NKM semblait bien lancée. Trop bien peut être pour le petit Nico.
Ce qui est certain, c'est que l'écologie ne fait pas bon ménage avec l'économie de marché. Argent, Argent, il faut que ça en empoche encore et encore sans se soucier de l'avenir des générations futures.
La seule alternative, limiter sa consommation et surtout consommer intelligent. Je rappelle ici la phrase de Coluche :"Il suffit que l'on n'achète plus un produit pour qu'ils ne nous le vendent plus".
Pour cette campagne, un seul slogan : CONSOMMACTEUR.

fab08022 | 21 février 2012 à 21h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

NKM , va bientôt quitter le navire de Sarkozy, elle ne sera pas réélue députée et elle se prépare une retraite dorée à nos frais , la question est : Où cette digne descendante des Borgia sera-t-elle parachutée ,(à moins de 5000 euros par mois pour ces aristocrates c'est la misère noire ...comme disait Copé) En fait ces gens de grandes familles ne cherchent que des places bien rentables ,on va rigoler (jaune) de voir où elle va croquer notre argent sans scrupules aucun

Alain77 | 22 février 2012 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Calmons nous, c'est l'administration de l'environnement qui perd un ministre. Si on est positif et si on raisonne à froid, les questions de cette administration remontent sous l'agide directe du premier ministre.
C'est plutôt une bonne chose, dans le fond. L'environnement n'est pas un tremplin pour politicien(ne)s aux dents acérées. Ce sont tout un tas de sujets très sérieux à traiter et si on retire la charge excessive qu'est devenu ce MEDDTL (ex MEEDDTL, MEEDDAT etc.) en la faisant exploser, cela peut faire que:
1. Le niveau local a une chance d'être pris en compte (décentralisation, sortie de la gestion technocratique de l'énergie, par exemple), et
2. Tous ces sujets remontent d'un cran pour être mis en perspective au plus haut niveau (1er ministre) et connectés au contexte européen puis mondial.
Je ne pleure pas NKM, vous l'aurez compris.

Albatros | 23 février 2012 à 17h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'ACV est complète avec l'écologie sous les banderilles du Premier Ministre (signataire du moratoire du 09 décembre 2010) après la Spécialiste de l'omelette (pas d'omelette sans casser des oeufs). D'accord, c'était quelques mois avant l'annonce du sauvetage de Photowatt par le pompier pyromane.

georges | 28 février 2012 à 11h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

moi vous savez ...un ministre qui détruit notre environnement ceci au nom de l'environnement ...éoliennes induustrielles ...c'est pas une grosse perte !

ducon | 03 mars 2012 à 18h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…