En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Déploiement des smart grids : les 41 recommandations de la CRE

La Commission de régulation de l'énergie (CRE), dans une délibération rendue publique mercredi 25 juin, présente 41 recommandations pour accompagner le développement des réseaux intelligents.

Energie  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

Propulser les smart grids du stade expérimental au stade opérationnel, les 41 recommandations de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) rejoignent l'objectif de la feuille de route sur les réseaux intelligents, dans une délibération datée du 12 juin et rendue publique mercredi 25 juin.

"Les nouveaux modes de production d'électricité à partir d'énergie de sources renouvelables, les enjeux de la maîtrise de la demande en énergie, les nouveaux usages de consommation imposent de moderniser la gestion des réseaux", assure-t-elle en préambule.

Pour effectuer cette analyse, la CRE s'est appuyé sur une consultation de l'ensemble des acteurs du secteur.

L'enjeu industriel est de taille : la feuille de route sur les réseaux électriques intelligents de la Nouvelle France industrielle table sur un secteur représentant d'ici 2020 plus de 25.000 emplois directs (contre 15.000 aujourd'hui), pour un chiffre d'affaires d'au moins 6 milliards d'euros (contre 3 milliards actuellement).

D'un point de vue financier tout d'abord, la CRE estime que les quatrièmes tarifs d'utilisation des réseaux publics de distribution d'électricité (Turpe 4) "ont introduit un dispositif destiné à donner à RTE et ERDF les moyens pour mener à bien les projets de R&D et d'innovation nécessaires à la construction des réseaux électriques de demain en garantissant notamment l'absence de frein tarifaire pour engager des projets de R&D ou réaliser des investissements innovants".

Concernant les aspects techniques, la Commission insiste sur la nécessité de construire des systèmes ouverts reposant sur des normes et des standards afin que les différents éléments situés ou raccordés sur les réseaux électriques puissent interagir entre eux.

Pour la CRE, avec le développement de la gestion automatique des équipements de l'installation électrique intérieure, il est indispensable que le consommateur puisse garder une possibilité d'adaptation à ses besoins.

Protection des données personnelles

Autre point sensible : comme les Smart grids permettent de collecter un grand nombre de données à caractère personnel, ces dernières nécessitent d'être protégées.

"Les services de la CRE et de la CNIL ont eu de nombreux échanges sur les sujets relatifs aux réseaux électriques intelligents, détaille la commission. De ces rencontres, il est ressorti le constat croisé que la déclaration des fichiers contenant des données à caractère personnel par les opérateurs pouvait être améliorée". Elle préconise aux porteurs de projets de mener des études d'impact conformes au modèle d'analyse d'impact relative à la protection des données pour les réseaux intelligents et les systèmes de relevés intelligents en cours de préparation au niveau européen.

Dans sa délibération, la CRE rappelle également que les gestionnaires de réseaux de distribution sont tenus de communiquer un certain nombre de données aux autorités organisatrices de la distribution de l'électricité notamment les collectivités territoriales. Elle les incite dans ce cadre à étudier la mise en place d'interfaces pour les mettre à disposition dynamiquement.

Une qualification juridique pour la recharge des véhicules électriques

L'activité de recharge de véhicules électriques ne dispose pas de qualification juridique particulière : elle est qualifiée de fourniture d'électricité ou de contrat de prestation de service selon les services associés à la fourniture de l'électricité (dispositif d'alimentation, stationnement, entretien, etc.) et des modalités de paiement (paiement au kilomètre, au temps, au kilowattheure, etc.

"Ainsi, selon la structure contractuelle, l'activité de recharge se trouve soumise ou non à la réglementation relative à l'activité de fourniture d'électricité, pointe la CRE, dans le cas particulier d'une recharge en électricité facturée au kilowattheure, se pose la question de la rétrocession d'électricité, qui est prohibée, sauf accord du gestionnaire de réseaux de distribution, par les cahiers des charges de concession pour le service public du développement et de l'exploitation du réseau de distribution d'électricité et de la fourniture d'électricité aux tarifs réglementés".

Elle préconise donc une qualification juridique de l'activité de recharge mais également que le code de l'énergie précise que cette dernière ne constitue pas une activité de fourniture d'électricité.

Soutenir la recharge dans les bâtiments privés

La CRE note que d'après les premiers retours d'expérience, la recharge du véhicule s'effectue majoritairement sur le lieu de travail ou au domicile de l'utilisateur.

Le locataire ou propriétaire résidant dans l'immeuble collectif bénéficie d'un droit à la prise lui permettant d'installer une infrastructure de recharge pour son véhicule électrique, mais cette dernière est à ses frais. Il devra ensuite installer en aval du disjoncteur de l'immeuble un système de mesure permettant une facturation individuelle des consommations.

La CRE plaide donc en faveur "d'une modification juridique du cadre actuel (article R111-14-2 du code de la construction et de l'habitation et mise en oeuvre de la recommandation n° 8) afin de permettre de répartir, à partir des informations fournies par les infrastructures de recharge, les charges financières associées, d'une part, à l'entretien de l'installation intérieure électrique dédiée aux bornes de recharge et, d'autre part, aux consommations d'électricité liées à leur utilisation".

Selon les études réalisées par ERDF, les coûts supportés par le gestionnaire d'infrastructures de recharge (coûts du branchement et de l'extension du raccordement) et les coûts de renforcement des réseaux supportés par les gestionnaires de réseaux de distribution varient très fortement en fonction de la localisation des bornes de recharge (et le délai de raccordement de bornes de recharge est assujetti aux éventuels besoins de renforcement du réseau).

La Commission préconise donc que les gestionnaires de réseaux de distribution participent aux études amont réalisées par les porteurs de projets de bornes de recharge en concertation avec les collectivités territoriales et les autorités organisatrices de la distribution.

Elle est également favorable à l'expérimentation de l'insertion de bornes de recharge de véhicules électriques sur le réseau d'éclairage public.

Faciliter l'émergence d'un consommateur autoproducteur

Selon la CRE, pour que les producteurs soient incités à augmenter leur taux d'autoproduction, un nouveau cadre économique doit être défini. Et la première étape consiste à modifier les schémas de raccordement des installations afin de mesurer l'autoproduction de l'installation de production-consommation. "Les nouvelles technologies de l'information et de la communication, qui permettent d'informer l'utilisateur sur sa production (prévisionnelle et réelle) et d'automatiser certains équipements de son installation, ainsi que l'utilisation de dispositifs de stockage permettraient d'augmenter le synchronisme entre la production et la consommation", développe la CRE. Comme chaque utilisateur (industriel ou résidentiel) ne dispose pas des mêmes facilités pour y parvenir, elle propose de définir un niveau de synchronisme de base "entre production et consommation au niveau d'un même point de connexion correspondant à la situation généralement constatée".

La valorisation de l'énergie autoproduite doit ensuite tenir compte de l'économie réalisée sur la part variable de la facture d'électricité induite par la réduction des soutirages sur les réseaux.

"Une prime à l'autoproduction devrait être définie en cohérence avec le niveau des tarifs d'obligation d'achat de l'électricité produite, indique la CRE, elle doit, notamment, ne pas conduire à une rémunération excessive des capitaux engagés et ne doit pas inciter l'utilisateur à augmenter artificiellement sa consommation pour bénéficier de la prime à l'autoproduction".

Concernant le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (Turpe), la CRE rappelle qu'il est légitime que l'autoproducteur soit traité comme tout autre utilisateur du réseau.

Elle souhaite également que soit exploitée la possible absorption, par l'installation de production, de la puissance réactive afin de limiter les besoins de renforcement.

La CRE ouvre également la possibilité que les coûts de renforcement à la charge des producteurs soient, dans certains cas, réduits en contrepartie d'engagements de limitation de la puissance active injectée.

Des expérimentations, comme Greenlys, testent la gestion active des consommations et la modulation temporaire de la puissance appelée. "Les gestionnaires de réseaux pourraient, lorsque cela est avantageux pour la collectivité, également proposer à un consommateur, en plus de la solution de raccordement de référence, une solution de raccordement alternative comprenant un engagement à limiter la puissance soutirée", propose la CRE.

Selon elle, une installation de stockage doit bénéficier, pour injecter de l'énergie, de conditions d'accès au réseau similaires à celles dont bénéficie toute installation de production. En revanche, la CRE propose que les prescriptions techniques générales de conception et de fonctionnement soient modifiées pour prendre en compte les caractéristiques de certaines installations susceptibles d'entraîner des problèmes de qualité de l'alimentation et de sécurité du réseau.

Une inertie en baisse ?

"Avec l'évolution du parc de production européen, l'inertie des systèmes électriques européens tend à diminuer, ce qui pourrait accroître le risque d'incident majeur", pointe la CRE.

Elle incite donc les gestionnaires de réseaux de transport à prendre des mesures d'accompagnement et réaliser au niveau européen une évaluation préliminaire du risque d'une baisse progressive d'inertie.

Elle demande également, après adoption du code de réseau européen sur le raccordement des producteurs, d'engager une concertation "afin que soient précisées les perspectives d'évolution des modalités de déclenchement des protections de découplage à moyen et à long terme, à laquelle le gestionnaire du réseau de transport devra être associé".

La CRE est favorable à l'adoption de différents seuils de pénétration des énergies renouvelables. Elle demande toutefois aux gestionnaires de réseaux insulaires Electricité de France – Systèmes Energétiques Insulaires (EDF SEI) et Electricité de Mayotte (EDM) de définir les critères de sûreté et de mettre à jour leur documentation technique de référence. "Dès l'adoption de la recommandation précédente nécessitant une modification de l'arrêté du 23 avril 2008, ces gestionnaires de réseaux pourraient également définir les seuils de pénétration des EnR", précise la CRE.

D'ici le 1er novembre 2014, le gestionnaire du réseau de transport (RTE) et les gestionnaires de réseaux de distribution d'électricité (ERDF) desservant plus de 100.000 clients devront remettre à la Commission de régulation de l'énergie, leur feuille de route de mise en oeuvre des recommandations. Elle comprendra "un calendrier incluant les études techniques et économiques à mener pour évaluer les coûts et les bénéfices de ces évolutions pour la collectivité, les jalons de mise en oeuvre et les points d'avancement avec la CRE envisagés".

Réactions9 réactions à cet article

 

Citation ++ Les réseaux électriques intelligents de la Nouvelle France industrielle tablent sur un secteur représentant d'ici 2020 plus de 25.000 emplois directs avec un chiffre d'affaire de 6 Milliard d'euros.++
Devinette QUI VA PAYER? L'abonné sans doute....
Ces fameux réseaux entraineront des modifications importantes chez les abonnés qui devront donc les payer. Ensuite ils auront leurs appareils qui' s'allumeront et s'éteindront n'importe quand, suivant les automatismes du réseau.
Il y a un étrange paragraphe sur l'autoconsommation: consommer son éléectricité est trés compliqué, il faut un équipement trés spécial et des subventions.
La partie bornes de recharges attire l'attention sur les travaux considérables de renforcement des réseaux: comme ils sont entérrés il faut rouvrir les tranchées partout pour changer les cables. Cela coutera cher, trés cher.
Il semble être question d'employer les batteries de voiture et leur chargeur dans les deux sens: ainsi le stockage de l'électricité pour les besoins du réseau sera supporté par tous les propriétaire de voitures électriques. Le stockage par les installations d'EnR de leur énergie via des batteries entre aussi dans ce schéma favorable à RTE

ami9327 | 26 juin 2014 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Trés pervers ce smart grids ..... le mieux serait de s'interdire toutes les systèmes de production aléatoires et fatales ...type éoliennes !!! ou alors d'en transformer directement la production électrique en hydrognéne ...pour nos voitures par exemple .

trés pervers | 27 juin 2014 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Au vu des commentaires précédents, les gens ne semblent pas comprendre... L’intérêt des smart grids est justement d'éviter de lourds investissements sur le réseau qui de toute façon ne répond plus au contexte énergétique actuel. Ensuite il ne s’agit pas de couper le courant des usagers quand bon leur semble... Seulement d'arriver à une utilisation plus rationnelle de l'électricité pour éviter les pics et les creux de consommations qui nécessite l'allumage/l’arrêt de centrales électriques pour un bilan écologique très lourd. Le but ici est d'encourager l'autoconsommation... la production décentralisé profitera directement au producteur et à ses voisins les plus proches et une meilleure visualisation de ces transferts permettra une meilleure gestion de la production en amont. Les smart grids sont je pense... une évolution nécessaire si l'on veux profiter au mieux des énergies renouvelable décentralisé... Solaire photovoltaïque et thermique, éolien, géothermie, biomasse via la micro cogénération... et éviter ainsi la fabrication de nouvelles centrales nucléaire, à gaz, à charbon, qui ne sont pas des solutions durables.

Spadice | 01 juillet 2014 à 10h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est surtout un moyen de réguler par la sanction . ...ce qui pourrait effectivement favoriser l'autoconsommation et le locale ??? cependant je préfére les encouragements aux sanctions . selon moi, la solution, c'est surtout le stockage qu'il faut développer pour répondre aux pics de consommation et pas l'inverse ...on va pas arrêter les Entreprises et le chauffage quand on se les caille ....c'est les Entreprises et les plus modestes qui vont payer le plus !!! .....et puis dans les faits , concernant les investissements lourds et gaspillage c'est bien l'inverse qui se produit !!!! Lignes à Haute tension dimensionnées aux pics de productions des éoliennes !!! soit pour une trentaine de jours par an !!! ....c'est pour moi un exemple typique de la stupidité écologique et économique de nos intellectuels du green business et politiques .

carl | 01 juillet 2014 à 11h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Spadice citation ++ Ensuite il ne s’agit pas de couper le courant des usagers quand bon leur semble... ++ Si ce n'est pas le cas QUELLE efficacité peut-on IMAGINER alors??
Ne mélangeons au problème le cas de l'autoconsommation. Je suis choqué de lire que l'autoconsommation nécessiterait des subventions et des dispositifs complexes.
En toute logique il faut faire porter les efforts sur les dispositifs de stockage délectricité qui, eux, utiliseraient les fameux smartgrid; C'est un non-sens d'imposer cette usine à gaz a tous les abonnés. On nous fait déjà le coup avec le fameux compteur électrique intelligent (ET CHER!!!)Son gros avantage sera de pouvoir moduler les tarifs suivant le jour de la semaine et sur 10 tranches horaires: alors aprés pour y comprendre quelque chose aux offres commerciales........

ami9327 | 03 juillet 2014 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un préalable à tout cela serait de payer l'électricité à son vrai coût, j'entends incluant le prix du traitement des déchets, du démantèlement des centrales et des provisions réalistes pour un éventuel accident nucléaire (on commence à avoir des idées concrètes). et non de reporter ces coûts sur nos enfants. Cela réduirait déjà le retour sur investissement des installations d'énergie renouvelable et mettrait très rapidement l'autoconsommation au centre des débats. Certes la découverte d'une technologie de stockage efficace (et pas chère, on peut rêver) serait bénie, mais en attendant cela il faut avancer avec ce qui existe (La smart grid en fait partie)tout en investissant dans la R&D. Mais arrêtons de rêver que se soit directement ou par nos impôts, c'est les consommateurs qui paieront après on entre dans la politique...

BDE | 06 juillet 2014 à 14h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Faudrait il aussi augmenter le cout de l'électricité de celui de l'extinction inéluctable du soleil?
Les factures du passé seront à payer quoi qu'il en soit. le fait d'accélérer inutilement la hausse de ces factures en cherchant à mettre en place des systèmes aussi inutiles qu'inefficaces est est non sens.
Avec juste un peu de bon sens, il faut reconnaitre que le système franco français a bien fonctionné et fonctionne encore pas trop mal à quelques détails de réseau près. Une remise a plat du chauffage électrique et de la production d'ECS électrique permettra de bien avancer sur le sujet.
IL vaut mieux consommer directement du gaz pour fabriquer son eau chaude au domicile que d'utiliser le gaz dans une centrale électrique à gaz (relais à 60% du temps aux éoliennes en panne de vent) pour produire de l'électricité qui sera consommée ensuite pour produire l'eau chaude.
Plutôt que des smarts grids électriques, il vaudrait mieux développer d'avantage le réseau de gaz. Parallèlement au lieu d'éolienet PV non maitrisables il faudrait investir dans la production électrique et gazière à partir de matières de stock renouvelables geothermie profonde, méthanisation chaleur renouvelable (boi,s déchets agricoles déchets ménagers...plutôt que dans des éoliennes qui sont à l'origine de tous les problèmes que les smarts grids seraient amenés à résoudre.
On crée artificiellement un problème et on veut dépenser encore beaucoup d'argent pour le résoudre c'est absurde!

ITC78 | 17 juillet 2014 à 23h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ITC78 Effectivement ...plein de bon sens ...j'ai toujours pensé que le Smart grids est en fait un truc pour faire plus d'argent et cacher un des défauts de l'éolien qui est le côté irrégulier de cette technologie .... bien soutenu par le soit disant green business !..je dirais fat gold business ....en ce qui concerne l'éolien en tous les cas .

carl | 18 juillet 2014 à 09h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Arrêtons l’hypocrisie
Raisonner sur la base de l’extinction du soleil est quelque peu futile et je pense que l’on à des millions de fois plus de risque de mourir irradiés. Sérieusement, il faudrait déjà essayer de corriger les erreurs commises, sinon on condamne les générations futures.
Pour déterminer réellement ce qui fonctionne ou pas, il faudrait déjà aller au bout du processus du tout nucléaire. Soit, dans le cas spécifique Français, jusqu’au démantèlement des centrales nucléaires et au chiffrage d’une solution définitive et non ruineuse de traitement des déchets dangereux. La solution pour se débarrasser des déchets dangereux (et de durées de vie supérieures à des centaines ou milliers d’années), n’existant pas encore. Bon courage pour les calculs du prix de revient réel du KWh nucléaire, mais à la louche, je dirais le double du prix actuel…
Quand aux smart grids, le meilleur moyen de responsabiliser les usagers, c’est de les laisser produire et gérer leur propre énergie, même si c’est à un niveau négligeable et symbolique. Sinon cela s’appelle des consommateurs et il faut tout de même se rappeler qu’un consommateur… consomme tant qu’il en a les moyens financiers. A la fin de tout cela, on risque de financer un compteur « intelligent » qui ne compte plus rien.

Cunegonde | 25 juillet 2014 à 16h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager