En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vers le déploiement de stations de distribution bioGNV en circuits courts

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Installer plus de 150 stations de distribution de gaz naturel pour véhicules issu de la méthanisation (bioGNV) à horizon de quatre ans : c'est l'objectif que se sont fixés Karrgreen, spécialisées dans la distribution de bioGNV sans intermédiaire, Prodeval, spécialisée dans le traitement et la valorisation de biogaz, et le fournisseur de gaz et d'électricité via des circuits courts, E-pango.

Ces acteurs viennent de signer un accord stratégique de déploiement. Les stations seront destinées prioritairement aux poids lourds, cars, bus, et autres transports routiers. Le réseau fonctionnera sur la base de relations directes des producteurs aux consommateurs : les stations Karrgreen seront détenues par des sociétés de territoire (des SAS) qui auront comme actionnaires majoritaires des acteurs des territoires concernés. Elles disposeront également de bornes électriques de recharge de véhicules électriques. « 100% de l'électricité des stations, tant pour l'alimentation des compresseurs que pour l'alimentation des batteries, sera une énergie verte avec certificat d'origine garanti », assurent les partenaires dans un communiqué.

Réactions3 réactions à cet article

 

Et pourquoi ces stations biogaz seraient réservées aux "poids lourds" qui ont besoin d'un moteur puissant, de bon couple , et d'autonomie d'au moins 1000 km Nous prendrait on pour des billes ? La voiture électrique peut se concevoir en ville, trajet court dans la journée en zone peuplée dense, donc voitures d'entreprises, services publics, La poste, balayage, véhicules qu'on peut emprunter librement "marguerite" .. L'impact environnemental de ces voitures électriques est grand vu les éléments constitutifs du moteur électrique, et surtout la batterie d'accumulateurs dont la France est ENTIEREMENT DEPENDANTE. Pays : Chili, Afrique Noire, Chine ou Russie .. qui pourraient en cas de crise mondiale, nous ramener 50 ans en arrière « en moyen de transports particuliers » si on abandonne nos millions véhicules diesels, avec des cylindrées 1,6 L, conso 4,6 L/ 100 km de très bonnes performances couple, puissance, autonomie et même rejets CO2 ; Ce gain supposé que vante l’Etat de "CO2 , NOx, PM évité " en ville et en campagne ne doit pas être compensé par des émanations plus élevées des transports « mazoutés » , d'extractions minerais dans des conditions abominables. L’état veut faire sa taxation sur recharge élec tip 5 –linky- pour compenser les taxes sur carburants! De plus, les gros accus Li.. sont sources d’incendies que les pompiers résolvent par immersion dans 1 Bassine (accus vélo!), mais pour les accus routières c'est une piscine. ET en sous sol en ville ??

J Cl M 44 | 03 février 2020 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et le biogaz, il viendra d'où ? Si c'est du lisier des élevages concentrationnaires, non merci! Ou encore des déchets verts des serres de cultures hors-sol, non plus ! On n'en veut pas.

gaïa94 | 03 février 2020 à 23h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas de solution miracle et sans inconvénients pour obtenir du carburant qui ne soit pas issu du pétrole. Un art. actu : Gaz renouvelable : un démonstrateur allie méthanation et pyrogazéification à Nantes. 03 /2/2020 est une réponse. Procédé déjà opérationnel à l'étranger.
Sud de Nantes " Depuis 2016, NAODEN a installé une centrale IMPERIUM à Vertou (44) sur le site des Côteaux Nantais, un producteur de fruits biologiques. La centrale valorise aujourd’hui des déchets palettes/palox et des noyaux d’abricots. "
Donc, des unités locales de productions permettraient de garder notre indépendance énergétique en carburant et en même temps de garder nos véhicules à moteur thermique ( bien plus performants que les véhicules électriques (hybrides ou pas) me semblent préférable à cette marche forcée vers des véhicules électriques dont les éléments de Batterie d’accumulateurs, et de moteur, viendraient de plusieurs continents, Exporter notre pollution n’est pas admissible
L’acceptation sociale du tarif de la recharge des véhicules sur le tip 5 du linky ne sera probablement pas acquise ! Et pourtant comment l’État pourrait il récupérer l’équivalent des taxes actuelles sur le carburant, sinon à taxer ces recharges électriques domestiques ? ou ces recharges publiques dont les prix du kWh ont d’ailleurs augmenté ! La mise à la casse de tous ces véhicules à moteur thermique pouvant rouler à des conditions acceptables , ex jusqu critair C m'enfin !

J Cl M 44 | 05 février 2020 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager