En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les députés suppriment une niche fiscale favorable à l'huile de palme

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

La commission des finances de l'Assemblée nationale a adopté, mercredi 10 octobre, un amendement de la députée LREM Laurianne Rossi qui supprime une niche fiscale qui bénéficiait à l'huile de palme. Ce vote a eu lieu dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances pour 2019 (PLF 2019).

"L'extension des plantations de palmiers à huile constitue une cause majeure de déforestation, et de dégradation des écosystèmes, dans les pays du Sud, explique la députée. Depuis plusieurs années, la consommation d'huile de palme est en hausse croissante dans les carburants. Les systèmes de certification actuels sont reconnus comme insuffisants et surtout ne permettent pas d'éliminer les changements d'affectation des sols indirects (CASI) causés par l'augmentation de cette pression foncière. Si l'effet CASI était pris en compte de façon effective dans le bilan gaz à effet de serre, les biocarburants à base d'huile de palme seraient les plus nocifs pour le climat".

Cette évolution de la législation est opérée par une modification de l'article 266 quindecies du code des douanes. Cet article, rappelle la commission du développement durable, impose un prélèvement supplémentaire de taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) aux personnes qui mettent à la consommation certains carburants en France. Le taux de ce prélèvement est fixé à 7,5% dans la filière essence et à 7,7% dans la filière gazole. Cependant, il est diminué "en proportion de la quantité d'énergie renouvelable des biocarburants contenus dans les carburants concernés, sous réserve que ces biocarburants respectent des critères de durabilité". La liste des biocarburants éligibles à cette minoration de taux est définie par arrêté ministériel. L'amendement adopté prévoit d'exclure l'huile de palme de cette liste.

Reste à voir si les députés maintiennent cette disposition lors de la discussion en séance publique du projet de loi. Celle-ci doit débuter le 15 octobre prochain.

Réactions1 réaction à cet article

 

Si je comprends bien, les députés n'ont encore rien adopté et encore moins le Parlement. Les lobbyistes de chez Total (sans doute aussi de chez Dassault car j'ai cru comprendre que la vente de quelques chasseurs Rafale pouvait être conditionnée à la perméabilité française à l'huile de palme indonésienne) sont donc très certainement déjà à pied d'oeuvre pour faire entendre raison financière aux collègues de Mme ROSSI. Sa proposition est pourtant frappée au coin du bon sens écologique et son explication rapportée dans l'article parfaitement lucide.
Le cheminement législatif de cet amendement sera donc fort instructive. A suivre via Actu environnement j'espère.

Pégase | 11 octobre 2018 à 09h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…