Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Néonicotinoïdes : de nouvelles dérogations d'utilisation en consultation pour la betterave sucrière

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat

Le ministère de l'Agriculture met en consultation, du 3 au 24 janvier, un projet d'arrêté qui autorise, pour une durée de cent vingt jours, l'emploi de semences de betteraves sucrières traitées avec un produit phytopharmaceutique contenant la substance active imidaclopride ou thiamethoxam. Le projet d'arrêté précise les conditions d'emploi de ces semences et les restrictions associées sur les cultures qui peuvent être implantées les années suivantes.

Pour rappel, depuis le 1er septembre 2018, les produits contenant une ou des substances actives de la famille des néonicotinoïdes, ou présentant des modes d'action identiques, sont interdits d'utilisation. Cependant, la loi du 14 décembre 2020 prévoit la possibilité de dérogations temporaires pour les betteraves sucrières, en raison d'un risque de jaunisse apportée par les pucerons.

« L'abondance des virus est une des composantes du système biologique qui conduit à accroître les risques de viroses sur la betterave. En effet, des réservoirs abondants, combinés à des arrivées précoces de pucerons engendrent une pression très élevée avec des risques de pertes massives de production. Ceci est la situation rencontrée en 2020 », explique l'Inrae. L'institut est donc chargé d'analyser ces deux données pour anticiper les risques.

Selon une première note de l'Inrae, les prévisions de températures pour janvier et février sont très proches des conditions météorologiques de 2022, « laissant augurer un risque du même niveau ». De nouvelles simulations doivent être réalisées afin de « savoir si l'on peut ou non écarter l'hypothèse d'une survenue précoce de pucerons ». Cette actualisation sera soumise au conseil de surveillance qui doit se réunir le 20 janvier prochain. « C'est sur le fondement de cette seconde version, combinée à la note sur les réservoirs viraux et leur état, que les membres du conseil de surveillance seront appelés à émettre un avis sur le projet d'arrêté du gouvernement », indique l'Inrae. La note sur les réservoirs viraux montre, en revanche, qu' « à ce stade, la pression virale de 2022 semble moindre qu'en 2021 et 2020 sur les compartiments échantillonnés sur les trois années ». Cependant, indique l'Inrae, « l'absence de résultats positifs à la date de décembre ne préjuge pas d'une évolution ultérieure défavorable ».

Pour l'association Générations futures, sur la base de ces données, rien ne justifie une dérogation. Elle demande donc au gouvernement de renoncer à la délivrer.

Réactions1 réaction à cet article

 

C'est curieux tout de même, ces problématiques d'infestations par des ravageurs de cultures : tout laisse à penser que ces petites bêtes têtues raffolent des monocultures intensives ! Mais surtout, n'en tirer aucune conclusion qui s'impose et ainsi ne rien changer aux pratiques agro-industrielles directement à la cause du problème et tout miser sur la chimie, si rémunératrice.
Rassurer les gros céréaliers et les copains actionnaires des grosses firmes agrochimiques avant toute autre chose, quitte à continuer à empoisonner lentement mais sûrement ceux qui manipulent les produits et les riverains qui inhalent à pleins poumons les aérosols de phytos.
Il y a donc fort à parier que quel que soit le bilan de cette "consultation" de pure forme du ministère de l'agriculture, la décision de promulguer un nouvel arrêté scélérat autorisant à nouveau l'emploi de ces toxiques soit déjà prise. Où quand les dérogations temporaires sont cousues main pour constituer la règle !

Pégase | 05 janvier 2023 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SELVERT : usages et solutions NON-PHYTO pour les espaces verts des communes Selvert
AQUAFIDES KATADYN Traitement eau potable : Système 1AF300T- 20 m3/h ACS UV Katadyn