En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Centrale nucléaire de Cruas : l'ASN autorise des rejets dérogatoires dans le Rhône

En raison du niveau ''historiquement bas du Rhône'' dû à la sécheresse, l'ASN autorise EDF à effectuer, pour la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche), des rejets dans le fleuve en deçà de la limite réglementaire.

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
   
Centrale nucléaire de Cruas : l'ASN autorise des rejets dérogatoires dans le Rhône
La centrale nucléaire de Cruas
© Marc CECCHETTI
   

Le 1er juin, EDF a déposé auprès de l'Autorité de sûreté nucléaire une demande de modification temporaire, jusqu'au 31 octobre 2011, du débit minimal du Rhône permettant la réalisation de rejets radioactifs liquides. L'arrêté interministériel du 7 novembre 2003 prévoit que, lorsque le débit du Rhône est inférieur à 500 m3 par seconde, les rejets soient interdits. En raison de la sécheresse exceptionnelle, EDF a demandé une dérogation pour que ce seuil minimal soit abaissé temporairement à 350 m3/s. Après avoir consulté les Conseils départementaux des risques sanitaires et technologiques de la Drôme et de l'Ardèche, l'ASN, constatant que ''les débits du Rhône sont historiquement bas au droit de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse'', a autorisé le 28 juillet EDF à poursuivre les rejets en deçà de 500 m3/s avec un seuil limite de 350 m3/s.

Encadrement de la dérogation

EDF doit cependant ''utiliser autant que possible les capacités d'entreposage de ces effluents présentes sur la centrale nucléaire de Cruas-Meysse afin de reporter les rejets à un moment où le débit du Rhône est supérieur à 500 m3/s''. Le groupe ne peut réaliser ''le rejet d'effluents liquides radioactifs que lorsque la capacité disponible d'entreposage des effluents liquides dans les réservoirs T, pour l'ensemble des réacteurs de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, est devenue inférieure au tiers des capacités totales utiles d'entreposages, calculées sur la base de l'ensemble des réservoirs T de cette centrale nucléaire''. Enfin, ''le rejet d'effluents liquides radioactifs provenant des réservoirs Ex [n'est autorisé] que lorsque la capacité disponible d'entreposage des effluents liquides dans les réservoirs Ex, pour l'ensemble des réacteurs de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, est devenue inférieure au quart des capacités totales utiles d'entreposages des réservoirs Ex, calculées sur la base de l'ensemble des réservoirs Ex de cette centrale nucléaire'', précise l'ASN dans sa décision.

EDF devra présenter à l'ASN avant le 31 mai 2012 ''des parades matérielles, techniques et organisationnelles visant à respecter, y compris en cas de débit du Rhône historiquement bas'', la réglementation.

Suivi de l'incidence environnementale des rejets

EDF devra également suivre, pendant la période dérogatoire (c'est-à-dire jusqu'au 1er novembre 2011), l'incidence environnementale des rejets d'effluents liquides effectués avec un débit du Rhône inférieur à 500 m3/s. En sus des contrôles habituels, le groupe devra réalisé tous les 15 jours une campagne de surveillance de la physico-chimie générale (MES, oxydabilité au permanganate de potassium, NH4+, NO3-, PO43-). Dans deux stations amont et aval, EDF devra en outre mener des campagnes de prélèvement de phytoplancton, de zooplancton et de périphyton. Cette dernière campagne de prélèvement devra être poursuivie à l'automne ou en fin de période dérogatoire.

Enfin, pendant cette période, EDF devra tenir informé chaque semaine le directeur général de l'ASN et le préfet coordonnateur de bassin des débits du Rhône lorsque des rejets d'effluents radioactifs liquides sont réalisés, ainsi que des répercussions éventuellement observées dans le cadre du suivi prescrit.

D'ici le 31 décembre 2011, l'entreprise devra dresser un bilan de la mise en oeuvre de la présente décision ainsi qu'un bilan de la surveillance environnementale réalisée pendant qu'elle était d'application.

Opposition des associations

Après avoir pris connaissance de la demande de dérogation d'EDF, le Réseau sortir du nucléaire Drôme-Ardèche s'était déjà dit opposé à une telle autorisation le 12 juillet dans un communiqué : ''la même quantité de rejet dans des débit d'eau inférieur de près de 50 % à des normes déjà bien souples fait peser sur l'agriculture, le tourisme et les riverains un véritable risque environnemental et donc sanitaire non évalué précisément''. Pour l'Observatoire du nucléaire, ''EDF doit cesser immédiatement ses rejets tant à Cruas qu'au Tricastin (Drôme). (…) Si la centrale peut effectuer ses rejets lorsque le débit est à peine supérieur à 350m3/s, la dilution sera encore plus mauvaise et les pollutions radioactives et chimiques seront encore plus graves. (…) Il ne faut pas oublier que les centrales nucléaires rejettent continuellement dans les rivières d'immenses quantités de produits chimiques (zinc, phosphore, sulfates, sodium, chlorures, morpholine, cuivre, etc). (…) Ces risques sont aggravés l'été du fait du moindre débit des rivières. Et le problème est démultiplié en cas de sécheresse : ces produits chimiques sont rejetés dans des rivières au débit très faible, causant de fait de graves pollutions chimiques''.

Pour les associations, cette dérogation est une solution court termiste. L'Observatoire du nucléaire listait, en mai dernier, les centrales menacées par le manque d'eau et celles susceptibles de ''violer les limites légales de rejets d'eau chaude''. Ainsi, en raison de la sécheresse exceptionnelle du printemps 2011, 22 réacteurs pourraient être menacés par un manque d'eau dans la rivière, selon l'Observatoire du nucléaire : les deux réacteurs de Golfech (Tarn-et-Garonne), les deux réacteurs de Civaux (Vienne), les deux réacteurs de Belleville (Cher), les quatre réacteurs de Dampierre (Loiret), les deux réacteurs de Saint-Laurent (Loi-et-Cher), les quatre réacteurs de Chinon (Indre-et-Loire), les deux réacteurs de Chooz (Ardennes) et les quatre réacteurs de Cattenom (Lorraine).

Enfin, prévenait l'Observatoire, ''certaines centrales ne sont pas menacées par le manque d'eau : il est par exemple improbable de voir le Rhône à sec, contrairement à la Loire. Mais cela ne les protège pas pour autant des problèmes : il existe des limites légales aux rejets d'eau chaude dans les rivières, afin de ne pas détruire irrémédiablement la faune et la flore. Malgré des dérogations fort laxistes accordées par l'Etat à EDF, il est possible que des centrales soient arrêtées car ne pouvant respecter les limites légales, même avec dérogations''. Vingt réacteurs seraient concernés : les deux réacteurs de Saint-Alban (Isère) , les quatre réacteurs de Bugey (Ain), les quatre réacteurs de Cruas (Ardèche), les quatre réacteurs de Tricastin (Drôme), les quatre réacteurs de Blayais (Gironde) et les deux réacteurs de Nogent (Aube).

Réactions18 réactions à cet article

 

Entre le doublement des investissements sécuritaires des centrales, la sous-traitance, la future privatisation, les mesures de protections environnementales, le renforcement des budgets dédiés aux démantellements... Le kWh nucléaire ne pourra faire que grimper en flèche. Elle était belle l'époque où les incidents/accidents nucléaires étaient inexistants et l'électricité propre et bon marché !

Le soucis c'est que je ne l'aurai pas connu, à moi, "jeune". On me parle de hausse mécanique du prix de l'énergie, de records radioactifs à Fukushima, d'une sécheresse où le peu d'eau restante sera gavée de polluants, de stockage de déchets -probablement actifs plus longtemps que l'homme-.
De l'autre côté, l'éolien est interdit partout "parce-que-c-est-pas-beau", le solaire est une bulle spéculative etc...

Ai-je tellement l'air d'une buse ?

Hannicare | 03 août 2011 à 14h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EDF va salir nos fleuves et il s'en tire avec un peu de surveillance à effectuer en plus! GDF construit des éoliennes et des barrages.

triourbe | 03 août 2011 à 14h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On autorise au nuke ce qu'on imagine autoriser aux autres energies.
Attention aux sanctions si vous ne respectez pas les disposition reglementaires en hydro, ou si vous n'etes pas dans les clous en solaire.

Ce gouvernement est vendu au lobby nucleaire.

Steph | 04 août 2011 à 08h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ILLUSION: aprés les ennuis de nos amis japonais nos dirigeants ont affirmés bien fort qu'en France rien ne pouvait arriver, nous avions créer l'ASN. Nos réglementations nous protégaient, mais cet exemple montre bien que ces protections sont illusoires car à coup de dérogations successives nous frisons régulièrement les cotes d'alertes. Bien sur l'ASN essaie de jouer son role et demande de mettre en place une surveillance, cela permettra de savoir un peu plus vite que le rhone est définitivement pollué, et par contre coup la pauvre méditerranée. Mais en lisant les mesures de controles environnementaux ont s'apperceoit que si EDF est malin, il peut calculer de faire ses rejets 15j avant le controle, donc dillution des rejets dans le temps et lissage des effets . En fait tout est prévu pour ne pas trop géner EDF sous couvert de la protection des populations.

Duport Claude | 04 août 2011 à 09h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut rapprocher cette annonce de celle annoncant :"EDF va doubler ses investissements pour renforcer la sécurité de ses centrales nucléaires".
J'aimerais savoir comment EDF va pouvoir augmenter le débit des fleuves et empécher que certains, rechauffement climatique en cours, ne deviennent que de vulgaires ruisseaux en période de sécheresse. EDF va t-il demander l'interdiction de pompage agricole ou de prélévement pour les ressources humaines? Car il y a plusieurs problèmes liés aux besoins en eau des centrales: les rejets de chaleurs et les rejets de poluants, ces problèmes devenants critiques lors d'épisode de sécheresse. Gouverner c'est prévoir, il va falloir que nos descideurs se mettent au travail.

Duport Claude | 04 août 2011 à 09h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On voit bien que le cout final du nucléaire est bien en deça de ce qu'on nous annonce.
Cette technologie ne pourra jamais etre maitrisée car le facteur financier primera toujours sur le risque encouru sur la population.
Si pas d'eau=risque, trop d'eau=risque , si on a un problème on peut toujours déroger , vraiment le nucléaire a trop de liberté !!!!! avec la vie des autres !!!!!!
L'eolien au moins c'est pas beau, ça fait du bruit, mais ça ne tu pas des tas de gens
on nous prend vraiment pour des buses !!

carapaçon | 04 août 2011 à 10h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le monde à l'envers ou la pantalonnade du pouvoir (droite ET gauche) fasse au lobby Nucléaire.
Depuis quand autorise t'on des rejets radioactifs dans les fleuves?. C'est un gouvernement de marionnettes.
Alors que les filières Eoliennes et Solaires sont 100% vertes et libres de tous déchets impactant la vie, on laisse encore tourner ces usines méga dangereuses. Les gens sont totalement fous.

arthur duchemin | 04 août 2011 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans quelques mois, il reviendra à chacun de se prononcer sur ce que tous les citoyens français souhaitent à l'avenir concernant le nucléaire.
Il est indéniable que les gouvernements successifs ont toujours donnés la part belle au nucléaire.
Un sujet comme celui-ci, ayant un impact aussi fort sur notre présent et sur notre futur à très long terme, doit être soumis à l'aval du peuple sans aucune concession.
Ne pouvant attendre du gouvernement actuel une consultation par le biais d'un référendum, il est nécessaire que les futurs candidats se prononcent sur la tenue d'un tel référendum.

Siglo | 04 août 2011 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aucune dérogation ne devrait être délivrée lorsqu'il s'agit de la protection de l'environnement (Il en va de la santé et de la survie de chacun et donc du droit à respirer de l'air sain, à boire de l'eau pure, à vivre décemment). La législation devrait être bien plus stricte vis à vis des pollueurs qui n'ont qu'une ligne de conduite faussement respectueuse afin de se dédouaner de leurs responsabilités. Quand un gouvernement sera-t'-il enfin capable de faire en sorte que les droits vitaux les plus élémentaires soient respectés ?

Agathe | 05 août 2011 à 14h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@tous ceux qui disent que EDF+AREVA est un lobby (sous entendu privé) et donc malfaisant. Il faut rappeler que 85% d'EDF est encore public ! Et que le peu qui a été vendu aux privés n'est pas majoritaire.
@Hannicare
Si si, l'énergie n'est toujours pas chère et vous êtes vivant et avez visiblement un ordinateur. En revanche, apprenez que l'électricité ne représente que 22% du mix énergétique français. le reste c'est du pétrole du gaz et du charbon. Si nous devions payer des esclaves au smic pour faire ce que les fossiles nous permettent de faire avec la technique, le KWh serait effectivement execivement cher !
@Claude
Oui nos fleuves sont pollué, mais certainement pas majoritairement par le nucléaire. Regardez plutôt du coté des intrants agricoles (non bio dégradable) et des engrais. je doute que les rejets contiennent des produits radioactifs...Sinon a quoi cela servirait des faire trois circuits pour éviter les rejets ? Et quels sont les effets des éléments cités dans l'article sur la faune et la flore ? Quelles sont les dilution en cause ? Si c'est comme les ch de l'homéo...je penses surtout a l'effet communication.
@carapaçon
Lisez l'étude du professeur finlandais TARJANNE sur le doublement des couts de l'EPR en construction : la conclusion est que malgré çà le réacteur sera rentable. en plus il le sera pendant 60 ans ! Si vous voulez comparer en énergie il faut les comparer aujourd'hui. Et les 3000Mw d'éoliennes ne dureront pas 60 ans.

Moise44 | 06 août 2011 à 00h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@arthur
"les filières Éoliennes et Solaires sont 100% vertes et libres de tous déchets impactant la vie"
Et qu'est-ce que vous en savez ? Et le silicium c'est ultra écologique a fabriquer ? et les pâles des éoliennes elles sont en quoi ? en fibres qui sont faites avec quoi ? du pétrole ! Et la durée de vie ?et le pylône en acier ?L'acier viens d'un haut fourneaux je vous rappelle !Et le; lithium des batteries des installations photovoltaïques, il sort d'où ?
Si vous deviez apprendre quelque chose c'est bien qu'aucune énergie n'est 100% verte et certainement pas plus les nouvelles ENRs ...Sachez par exemples que lorsque le vent ne souffle plus en Espagne, le réseau est équilibré avec du gaz (CCG) ! Et avec du charbon-lignite en Allemagne...
@Siglo
Si vous expliquez aux peuples qui doivent voter qu'ils devront payer 50 fois le prix actuel du KWh vous aurez peu de chance d'être élu. Vous ne saurez donc jamais la vérité si vous ne la cherchez pas vous même. Je veux dire qu'il faut prendre les chiffres par vous même et pas forcément écouté les pseudos journaleux ! Par ailleurs, un référendum, moins de 6 mois après ce qui s'est passé au japon serait gouverner sur 'émotionnel. Ils le font déjà assez en faisant des lois après des faits divers diffusés au 20h !Mais surtout ce n'est pas dans leur intérêt de nous faire payer plus cher car vous risquez de ne pas voter pour celui qui aura fait en sorte que ce soit le cas. Prenez l'exemple de la taxe carbone !

Moise44 | 06 août 2011 à 00h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@agathe
Tout est affaire de doses. Les ordres de grandeurs sont a prendre en compte dés que l'on traite de la chimie. Donc l'air sain, l'eau pure n'est qu'une affaire de seuil. parlez en avec votre pharmacien. Il vous répondra que c'est la dose qui fait le poison, et personne mieux qu'eux savent çà. Eh oui, les "médicaments", (très souvent)ce sont des poisons bien dosés !
Le volume de déchets dans bcp d'autres domaines que l'énergie est tel que les rejets nucléaires peuvent passer pour insignifiant !Toutefois, comme je l'expliquais, c'est la dose qui fait le poison, alors il faut surveiller les doses...Vous vous y connaissez vous en seuils de "(MES, oxydabilité au permanganate de potassium, NH4+, NO3-, PO43-)"dans un fleuve a 350 métres cubes par seconde ? Et en seuils de "(zinc, phosphore, sulfates, sodium, chlorures, morpholine, cuivre, etc)" pour lesquels les associations disent être inquiètes ?
J'ai travaillé dans un site qui est sensé surveiller ces taux de polluants sur la Loire. Un gars du personnel m'a expliqué que lorsque les Habitants de la ville en amont tiraient leur chasse les soirs de match de foot, les détecteurs s'affolait et déclenchait des alarmes alors même que l'installation industrielle était a l'arrêt !
Voyez vous, il est facile de critiquer ce qui se voit plutôt que ce qui ne se voit pas. Comme les GES émis par les centrales a gaz et a charbon. Et notamment le souffre et les NOx ...qui retombent en pluie acides dans les forêts ou les NOx respirés !

Moise44 | 06 août 2011 à 00h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sécheresse en France, inondations aux USA (2 centrales nucléaires avec les "pieds" dans l'eau ... Fort Calhun et Cooper au Nébraska ... ... ...depuis JUIN 2011 ! ! !) le nucléaire est SUR, c'est SUR que ça va péter, les "ingénieurs" sont sûr de leur coup, d'ailleurs, il ne s'est rien passé à Fukushima le 11 mars 2011, tout est terminé puisque les médias n'en parlent plus !En fait, le corium à 2500 °C est entrain de percer les 8 mètres de béton, et après, ça va être l'apocalypse, merci à Aréva pour son MOX qui va exploser quand il va entrer en contact avec l'eau ... un Tchernobyl puissance 500, voilà ce qui nous attend, et contre cela, aucun remède, alors EDF peut bien avoir toutes les dérogations qu'il souhaite, ça ne changera rien au problème, il est trop tard, le moment est arrivé, profitez bien de vos derniers instants avant l'irradiation inéluctable qui nous rendra TOUS malades. Et dire que c'était juste pour faire bouillir de l'eau, ces centrales nucléaires, à moins que ce ne soit que pour du nucléaire MILITAIRE. Alors qu'il existe de l'énergie LIBRE, exemple TESLA, qui fonctionne mais qui forcément n'a plus besoin d'EDF ... CQFD. L'homme n'a plus besoin de ses pieds pour marcher, il marche depuis longtemps sur la tête, c'est pour cela que le monde va si bien, entre la finance et le nucléaire, la coupe est PLEINE, la rentrée va être chaude, partout sur la planète, je n'aimerai pas être aujourd'hui un "homme de pouvoir". Profitez bien de ces quelques jours de vacances.

remifasol57 | 06 août 2011 à 23h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Question innocente : Quels sont les "rejets radioactifs liquides" autorisés quand le débit du fleuve semble suffisant ?
On nous dit, et on nous le répète, le nucléaire c'est "zéro rejets, à part de l'eau chaude (pour le refroidissement) ou de la vapeur d'eau sortant des tour aéroréfrigérantes.

ça fait froid dans le dos

Bourbonico | 09 août 2011 à 15h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Moise,
certes, en quelques générations notre civilisaion a fait plus de dégats à la planète que les milliers de générations précédentes mais je pense qu'il y a de grandes nuances entre les différentes pollutions. Le hic avec le nucléaire est la durée de vie de ses déchets. Si l'homme arrive à traiter beaucoup de déchets (et il va falloir qu'il se penche sérieusement sur le problème), il ne sait pas traiter les déchets radioactifs, donc la solution:" passer la patate chaude aux générations futures". Nous pouvons continuer à nous voiler la face, mais si nous pouvions dire que Therno. était du à des insuffisances technique et des aproximations dans la sécurité, ce n'est pas le cas avec Fukushima ou tout était prévu, sauf le pire. Mais sur notre terre le pire peu arriver, avec une centrale au gaz cela fait des dégats importants mais maitrisable, avec des éoliennes le ciel peut vous tomber sur la tête, avec le nucléaire !!!!!!!!!

Duport Claude | 10 août 2011 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

qu'on soit pour ou contre le nucléaire, on peut surtout se demander à quoi ça sert de mettre en place des réglementations qui sautent par dérogation dès que l'opérateur en a besoin...
Il y avait eu le même tour de passe-passe en 2003 avec la température de l'eau en aval des centrales nucléaires.

L'arrêté en question date de 2003, après la canicule. Pour la première fois que la situation se présente, on fait une dérogation...

Le pire, c'est que si on lit entre les lignes, on voit que le processus est le suivant : on ne respecte plus la réglementation, donc on demande une dérogation pour pouvoir continuer à le faire (la demande d'EDf date de début juin, la dérogation du 28/07 autorise "à poursuivre les rejets").

Pour le reste, j'en ai marre des discours partisans, pleins d'erreurs, d'approximation et de mauvaise foi (ou d'innocence ahurie) des pro-nucléaires et des pro-EnR. Arrêtez de jouer les spécialistes, c'est chiant.

brazz | 16 août 2011 à 17h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Claude Dupont
C'est sur que si on ne cherche pas, on ne trouveras pas.
Vous dites que les dégâts avec le gaz sont maitrisable. Mais vous voudrez bien m'expliquer comment maitriser le réchauffement climatique du aux rejets de NOx et de CO2 dans l'atmosphère qui ne se voient pas et qui sont incontrôlables ?
Vous écrivez encore que l'homme ne sait pas traiter les déchets radioactifs, c'est vrai en partie mais faux aussi. Les produits de fission (donc après réaction de fission hein !) peuvent aussi être ré-utilisés et notamment le plutonium 239 dans le MOX.
Dans un réacteur de génération 4, nous pouvons aussi utiliser une partie des produits de fission. Et ces réacteurs existent et ont fonctionné. Ce sont les politiques qui ont décidé de les arrêter, et uniquement pour des décisions politiciennes. Pas pour des raisons de sécurité ou de pb de faisabilité. Les réacteurs phénix et superphénix étaient construit et fonctionnaient avant de décider de les arrêter.
Plus profond que çà, le vrai pb est bel et bien notre boulimie énergétique, que personne n'est prêt a s'entendre dire :nous avons tous au moins 40 a 50 esclaves énergétiques a notre service au quotidien. L'énergie est de moins en moins cher grâce aux progrès de l'ingénierie mais personne ne veut le savoir et personne ne veut s'entendre dire que son pouvoir d'achat va diminuer a cause de la crise énergétique. Il faut choisir. Et ce ne sont pas les Nouvelles ENRs qui résoudront le pb tant elles sont dépendantes des fossiles...

Moise44 | 17 août 2011 à 00h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF11347

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=NATnon11325

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF11346

L'énergie est une question complexe. Des ressources variées, des besoins différents selon la situation ou l'usage. Je regrette que le discours des politiques ne soit pas plus détaillé. On parle aujourd'hui en terme de bouquet énergétique et il est temps d'aborder ce sujet avec réalisme et transparence. J'espère que la campagne présidentielle sera l'occasion d'un grand débat et non l'utilisation de thèmes réducteurs à des fins purement politiciennes.

Sowl | 28 août 2011 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…