En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des solutions pour réduire les nuisances des chantiers

Pour diminuer les nuisances des chantiers, diverses pratiques et technologies peuvent être mises en place avant et pendant les travaux. Tour d'horizon de certaines d'entre elles.

Aménagement  |    |  Fanny RoussetActu-Environnement.com

Bruit, poussières, problèmes de circulation, vibrations… les chantiers sont souvent synonymes de nuisances. Du fait de la faiblesse de la règlementation, c'est aux maîtres d'ouvrage et maîtres d'œuvre de s'emparer du problème. D'autant plus que les gênes provoquées par les chantiers coûteraient 4 milliards d'euros par an en assurance à une entreprise, soit 10 à 12% de son chiffre d'affaires, estime Julian Bilal, responsable des bureaux d'études et projets chez Colas.

L'implication de tous les acteurs gagnent du terrain. "L'évolution des mentalités a déjà bien commencé mais il faut la poursuivre", a observé Vincent Lecendre, ingénieur en chef TP à la métropole de Lille, lors d'une journée technique organisée par le Centre d'information sur le Bruit (CidB) le 21 juin. "Les nuisances tendent à être mieux prises en compte mais il faut encore développer les études en amont, mieux prendre en compte les riverains, impliquer davantage les parties prenantes et innover techniquement et règlementairement", a constaté lui aussi Frédéric Delafosse, directeur du bureau d'études acoustique Sixense Environnement.

Anticiper ne coûte que 1% des travaux

Pour ses chantiers du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris (SGP) a mené une réflexion en amont. Cela s'est traduit par la réalisation d'un diagnostic initial de la sensibilité des sites aux nuisances ainsi qu'une étude d'impact prévisionnelle. "Celle-ci doit être menée le plus en amont possible", a prévenu Denis Bozzetto, président du Groupement de l'ingénierie acoustique (Giac). Pour le Grand Paris Express, l'étude a été réalisée trois à quatre ans avant le début des travaux.

SGP a également mis en place un "dossier bruit" qui analyse l'impact des chantiers et stipule les seuils d'alerte et les mesures correctives. Enfin, pour une meilleure coordination des acteurs, un contrat fixe le niveau d'exigences avec les entreprises. Pour Sébastien Berçot, responsable règlementation et acoustique chez Bouygues, "les coûts d'anticipation s'élèvent en général à 1% du montant total des travaux". Un bon investissement donc par rapport aux coûts d'assurances.

Bientôt un livre blanc de bonnes pratiques

Pendant les travaux, des solutions techniques permettent aussi de réduire les gênes. Palissades et capotage sont à privilégier contre le bruit. Les palissades ou murs anti-bruit agissent comme des remparts. Le capotage acoustique consiste, quant à lui, à confiner le bruit en enfermant sa source. Pour la démolition, l'utilisation de croqueuses est préférée aux marteaux-piqueurs. Quant au recépage des fondations profondes, d'origine très bruyant, il peut être effectué avec la technique du pré-recépage. Ce procédé consiste à pré-découper la tête du pieu afin d'éliminer le béton pollué sans bruit, sans choc et sans vibrations. Enfin, effectuer un suivi du bruit en temps réel permet d'ajuster les paramètres sur le chantier.

Les techniques de brumisation et d'arrosage sont quant à elles utilisées pour réduire la poussière. Et pour limiter le transport et faciliter le trafic, il est possible d'installer des machines sur place, comme des centrales à béton, et d'instaurer des "zones d'attente chantier". Ces zones permettent aux camions d'y stationner avant de se rendre sur le chantier, évitant ainsi l'encombrement des voies de circulation.

Un livre blanc "Silence Chantier" est en cours d'élaboration par l'Ecole nationale supérieure de création industrielle (Ensci). Il proposera, d'ici septembre, un panel de solutions. Parmi les plus innovantes, l'utilisation d'engins électriques et la création d'un label pour les chantiers les moins bruyants.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…