Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Désinformation climatique : trois ONG notent la faiblesse des actions de cinq réseaux sociaux

Gouvernance  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Dans son dernier rapport, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a qualifié la désinformation climatique de « menace majeure » pour la planète. La Coalition contre la désinformation climatique, constituée par Greenpeace USA, les Amis de la Terre International et Avaaz, l'ONG spécialisée dans le cybermilitantisme, a souhaité évaluer cette menace au regard des actions prises par cinq réseaux sociaux à son encontre : Facebook (de la société Meta), Twitter, YouTube (de Google), Pinterest et TikTok (de ByteDance).

   
Notes des cinq réseaux sociaux en matière de lutte contre la désinformation climatique, données par Greenpace USA, les Amis de la Terre International et Avaaz. © Greenpeace USA / Friends of Earth International / Avaaz
 
   
Les trois associations leur ont délivré une note sur 27, en fonction d'un certain nombre de prérequis : l'affichage d'une politique de lutte contre la désinformation climatique, des preuves de sanctions envers plusieurs contrevenants répétés à cette consigne, l'instauration d'interdiction à la diffusion d'information ou d'image promouvant une forme de désinformation climatique, etc.

Les deux plateformes les mieux notées en la matière sont YouTube et Pinterest, avec une note de 14/27. Aucun des cinq réseaux n'a publié de chiffres ou de consignes et sanctions claires attachés à la désinformation climatique. Cependant, début avril, la plateforme de partage d'images a annoncé bannir tout contenu original ou publicitaire, manipulant ou reniant des faits scientifiques mettant en évidence la crise climatique. Le réseau social au petit oiseau bleu, quant à lui, a reçu le bonnet d'âne.

« Ce manque de transparence empêche les experts, chercheurs et militants du climat d'évaluer la sévérité du problème et de le déraciner alors que notre temps est compté pour agir contre le réchauffement climatique, soulignent les trois ONG. De ce fait, des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter ont permis à des propagandistes modernes de saboter les efforts des scientifiques et spécialistes pour sauver la planète. » La coalition invite les dirigeants des cinq plateformes ciblées – déjà interpellées à cet égard, dans une tribune signée par plus de 400 organisations et experts en novembre dernier – à suivre l'exemple prometteur de Pinterest.

Réactions4 réactions à cet article

 

Des cybermilitants combattant des propagandistes... Il faut arrêter de dire aux gens comment ils doivent penser, ça ne les fera pas changer d'avis et au contraire ça peut les radicaliser.
Stop au totalitarisme bienveillant des gens qui pensent bien comme il faut.

Adun | 26 avril 2022 à 11h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah, bravo, cher Adun! Permettez moi d'ajouter à votre sage conseil, ce trait D'Alfred Sauvy (un des pionniers de l'analyse conjoncturelle dans les années 1930): "L'opinion éprouve, de façon générale, une aversion instinctive à l'égard de toute prévision scientifique, et une secrète faiblesse pour la prophétie irrationnelle".

Par "prévision scientifique", Sauvy entendait un pronostic suffisamment fondé et validé par les sciences, et par "prophétie irrationnelle", un pronostic fondé sur des idéaux de tous horizons
et des idées reçues comme irrécusables.

Il ne s'agit donc, pour les propagandistes et militants de touts bords, que de tirer à soi l'opinion comme on tire à soi la couverture, par tous moyens.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 26 avril 2022 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réseau social... tssss.... quand on parle de pollution, voici l'exemple par excellence de l'appauvrissement intellectuel, celui qui se fait une opinion sur une accroche d'article , sans prendre le temps de lire l'article en lui même....
D'ailleurs, on parle de moins en moins de journalistes mais plutôt de polémistes.... de la même façon qu'est né le terme d'influenceur, pour ces-dits réseaux.... heureusement qu'on peut compter sur les bons influenceurs pour nous informer qui sont les mauvais influenceurs!
Allez, débranchez moi tout çà....

nimb | 27 avril 2022 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on voit les conneries faites au nom du sauvetage de la planète, il est vital que les gens soient encouragés à exercer leur esprit critique face à nombre d'opportunistes et des "experts, chercheurs et militants du climat" (quel curieux amalgame !) qui pensent à leur place.
Cela fait froid dans le dos de voir apparaître une nouvelle sainte inquisition utilisant "La Science" pour faire taire toute voix discordante et punir tout haussement de sourcil devant les imbécillités proférées au nom de la nouvelle doctrine écologiste.

Albatros | 10 mai 2022 à 18h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats