En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dette publique : la dégradation des écosystèmes nationaux, grande oubliée des agences de notation financière

Les agences de notation ne tiennent pas compte des risques financiers liés à la surexploitation des ressources naturelles, déplore le Pnue. La capacité de remboursement de certains Etats, dont la France, pourrait pourtant en souffrir.

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Dette publique : la dégradation des écosystèmes nationaux, grande oubliée des agences de notation financière

"Les risques liés à la surexploitation des ressources naturelles impactent les dettes souveraines et méritent plus d'attention", alerte le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) dans un rapport le 19 novembre. Un rapport d'actualité, alors que Moody's a dégradé le même jour la note de la dette française.

Intitulé "E-Risc, un nouvel angle pour le risque de crédit souverain", le document suggère que la prise en compte de la gestion des actifs naturels dans la note attribuée aux emprunts d'Etat par les agences de notation améliorerait la transparence et encouragerait les pays à gérer de façon plus durable leurs ressources naturelles pour attirer les investisseurs.

Un risque laissé de côté

Selon le Pnue, la dégradation des sols, des forêts et des ressources halieutiques ainsi que la hausse des prix des ressources naturelles devraient devenir des éléments essentiels pour la santé économique des Etats et impacter leur capacité de remboursement de leur dette souveraine. En se basant sur l'étude de cinq pays (Brésil, France, Inde, Japon et Turquie) le Pnue met en lumière "le fossé grandissant entre la consommation croissante d'eau, de forêts, de sols, de prairies et autres ressources naturelles, et la capacité des écosystèmes domestiques à fournir des biens et services de manière durable".

L'étude illustre l'importance des indicateurs liés aux ressources naturelles en pointant certains impacts économiques associés à leur détérioration. Une variation de 10% des cours des matières premières peut entrainer une variation de la balance commerciale de l'ordre de 0,2 à 0,5% du PIB, indique le Pnue précisant qu'il s'agit là d'un risque de court terme. De même, le maintient de la consommation nationale associée à une baisse de 10% des capacités de régénération des ressources biologiques renouvelables se traduit par une dégradation de la balance commerciale comprise entre 1 et 4% du PIB.

Le Pnue, qui a travaillé avec huit gestionnaires d'actifs détenant de la dette publique, déplore que "de tels risques environnementaux restent largement absents des modèles traditionnels déterminant les notes accordées aux emprunts [d'Etat]". Le programme onusien n'hésite pas à rappeler leur importance pour le financement des déficits publics, rappelant les dégradations des celles attribuées à l'Espagne, l'Italie et la Grèce.

La France n'est pas résiliente

S'agissant de la France, le Pnue pointe trois risques. Tout d'abord, le pays consomme 1,4 fois plus de ressources écologiques que ce dont elle dispose. Un écart qui augmente de 1% par an depuis dix ans, alerte le Programme. Ensuite, si la France est moins sensible aux variations des cours des commodités que certains des autres pays étudiés, elle "est exposé à un risque de rupture d'approvisionnement en énergie fossile". Enfin, "la France à le plus faible niveau de résilience face aux risques associés aux ressources naturelles du fait de niveaux élevés atteints par la dette publique et le déficit budgétaire".

On retiendra par ailleurs que le talon d'Achille de l'Inde est l'empreinte environnementale de sa consommation qui représente 1,8 fois les ressources dont elle dispose et progresse au rythme de 4,5% par an depuis une décennie.

Le Japon ne produit que 35% des ressources renouvelables qu'il consomme, contre 73% en 1961. Sans surprise, "une dépendance accrue à l'égard des importations des produits de la pêche, du carburant, des produits alimentaires et des produits agricoles, expose le Japon à des risques de rupture d'approvisionnement". L'impact pourrait être d'autant plus fort que le gouvernement nippon ne dispose pas des marges de manœuvre nécessaires pour tempérer la hausse des cours mondiaux…

Le Brésil voit lui aussi son empreinte environnementale se dégrader. Cependant, contrairement aux autres pays étudiés, le géant sud-américain consomme moins de ressources naturelles que n'en produit son riche écosystème. A moins que les changements climatiques ne s'en mêlent et "n'affecte la distribution des pluies et n'augmente les sécheresses".

Enfin, la Turquie consomme 1,5 fois les ressources naturelles dont elle dispose et la progression de son empreinte écologique est de 6% par an depuis dix ans.

Réactions2 réactions à cet article

 

Le rôle majeur d'une économie qui doit occuper la CONSCIENCE des politiques environnementales, une INCONSIDERATION camouflée par du déficit budgétaire...

Pour exemple: Dans le cadre d'un dédoublement d’autoroute, alors que ne sont pas comptabilisées les destructions d'infrastructures fonctionnelles, les pertes d'exploitations agricoles irréversibles, le coût des conséquences d'une imperméabilisation d'un épandage bitumeux, outre la dévalorisation du patrimoine de milliers des riverains, plus grave et contre-productif serait d'envisager la coupe de bois classé, la stérilisation de biotopes, l'arrachage de centaines d'hectares de vignobles rares d’une région qui assure 45% de la production nationale.

En "brûlant les vaisseaux", les acteurs de cette économie antédiluvienne pourraient se priver de toute possibilité de retraite en se lançant dans une entreprise périlleuse surtout dans une région en déficit d'emplois industriels.

En lui infligeant une blessure environnementale, économique et sociale qui n'intègre pas tous ces paramètres, ces acteurs se focaliseraient sur une DUP envisagée il y a deux décennies alors que le monde DOIT instaurer le Grenelle d'une économie durable et sociale.

En optimisant les infrastructures existantes associées à la production d’énergies renouvelables sans emprise foncière, sans fonds publics, avec un tarif en parité réseau et en visant l'autonomie énergétique du territoire, on peut directement influer sur l'économie du territoire.

ESPACE EUROPEEN MONTPELLIER | 21 novembre 2012 à 12h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste!"
Kenneth Boulding

DunbarHN | 22 novembre 2012 à 14h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager