Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Contrôle technique des deux-roues : l'État devrait demander une dérogation à Bruxelles

Transport  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Après avoir suspendu le décret instaurant un contrôle technique pour les deux-roues motorisés, la France devrait demander une dérogation à la Commission européenne pour éviter sa mise en place. Les pouvoirs publics vont travailler avec les représentants des utilisateurs de deux-roues afin d'élaborer des mesures alternatives « dans une logique de simplification, d'efficacité et d'innovation », a annoncé Jean-Baptiste Djebbari, vendredi 3 septembre, à l'issue d'une réunion avec les fédérations de motards. Le ministre délégué chargé des Transports compte établir « une collaboration forte avec les fédérations et une action collective pour coconstruire un dispositif alternatif ».

L'État envisage une prime à la casse pour les deux-roues

Pour éviter la mise en œuvre du contrôle technique, les pouvoirs publics compte utiliser le régime dérogatoire prévu par la directive européenne de 2014. « Trois pays, l'Irlande, les Pays-Bas et la Finlande, ont formulé une demande de dérogation à la Commission », explique Jean-Baptiste Djebbari. Pour convaincre l'exécutif européen, la France doit mettre en place des mesures alternatives. Celles-ci devraient concerner trois sujets.

Le premier est la lutte contre les nuisances sonores. L'État va lancer une expérimentation de radars sonores pour permettre aux forces de l'ordre de sanctionner les deux-roues équipés de pots d'échappement non homologués ou trafiqués. Un travail est aussi envisagé en vue de renforcer les sanctions en cas de d'utilisation d'équipements illégaux.

Autre sujet au programme : la lutte contre la pollution. Le ministère travaille sur un projet de prime à la conversion pour inciter à l'acquisition de deux-roues motorisés moins polluants.

Enfin, en matière de sécurité routière, le ministère évoque une « étude des modalités de renforcement de la sécurité routière pour les deux-roues par la formation de tous les usagers de la route, la sensibilisation aux nouveaux équipements de sécurité (comme l'airbag), la priorisation des deux-roues dans le cadre des plans départementaux d'actions de sécurité routière et l'amélioration de la voirie ».

Réactions1 réaction à cet article

 

Il faut être objectif et penser le futur bien plus proche qu'on pourrait l'imaginer, prevoyez ce truc pour dans 10 ans, il faut faire feu de toute info qui circule, et la un mot du président de Lamborguini : petite hybridation avec un condensateur (un genre d'accu) dont la puissance est le triple d'un accu classique de ve.
Ca veut quoi? c'est que dans 10 ans si le procédé industriel est au point, le moteur thermique survivra et encore dans les débroussailleuses, finie la cacophonie des deux roues!
Quid des motards ayant testé les premieres motos électriques: fantastique!

pemmore | 07 septembre 2021 à 19h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager