En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

« Le développement durable est au cœur de la stratégie de la Banque des Territoires »

Les ODD sont utilisés comme pilier du pilotage de la stratégie menée par la Banque des Territoires. Les enjeux extra-financiers sont désormais pris en compte dans sa politique d'intervention et dans ses processus de décision. Détails par Claire Visentini.

Interview  |  Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
   
« Le développement durable est au cœur de la stratégie de la Banque des Territoires »
Claire Visentini
Responsable du pôle Stratégie durable et évaluation de la Banque des Territoires
   

Actu-Environnement : Comment se décline la stratégie de développement durable opérée par la Banque des Territoires, créée en 2018 par la Caisse des Dépôts ?

Claire Visentini : Le développement durable (DD) fait partie intégrante des priorités stratégiques de la Banque des Territoires, en tant qu'accompagnatrice des projets des collectivités locales sur le long terme. Depuis mi-2018, la Banque des Territoires a lancé toute une série d'actions pour promouvoir le DD et rendre les territoires plus durables. Nous cherchons à mettre en place un « cercle vertueux » afin d'optimiser les impacts sociaux et environnementaux des projets territoriaux que nous soutenons.
Par exemple, depuis ce début d'année 2020, un volet extra-financier a été intégré à l'analyse des nouveaux projets d'investissement instruits par la Banque des Territoires. Tout projet d'investissement territorial devra désormais faire l'objet d'une analyse E, S, G (environnemental, social, gouvernance) par l'investisseur en charge du projet. Nous avons ainsi ajouté à l'analyse traditionnelle des projets d'investissement de la Banque des Territoires, qui est axée sur la rentabilité financière, une analyse sur leurs impacts extra-financiers. Il s'agit de critères objectifs et, si possible, chiffrés sur les impacts positifs et négatifs des projets accompagnés, du point de vue environnemental et social. Par ailleurs, nous avons également mis en place un plan d'engagements extra-financiers à cinq ans. C'est grâce à toutes ces actions que la Banque des Territoires inscrit progressivement son action dans le cadre des Objectifs de développement durable (ODD) promus par les Nations Unies.

AE : Quels sont les principaux ODD suivis par la Banque des Territoires pour mener ses actions ?

CV : Dans le cadre des travaux engagés par le groupe Caisse des Dépôts en 2019, la Banque des Territoires a défini des ODD prioritaires et des ODD significatifs parmi les 17 fixés par l'ONU, à atteindre à l'horizon 2030. Six ODD prioritaires sont nos cœurs de cible.
Il s'agit de l'ODD n°7 relatif à l'énergie propre et à un coût abordable. À la fin 2019, la Banque des Territoires avait ainsi déjà soutenu l'installation de 7 300 mégawatts d'énergies renouvelables.
Nous suivons également l'ODD n°9 qui concerne les innovations et les infrastructures. La Banque des Territoires finance la rénovation des infrastructures et le verdissement des motorisations et des flottes de matériels roulants, et le déploiement de la fibre optique. Ainsi, nous avons jusqu'ici soutenu le financement de 350 km d'infrastructures vertes et le raccordement de 2,5 millions de locaux (logements résidentiels et locaux professionnels) en fibre optique (réseau FTTH), couvrant ainsi 15 % de la totalité des zones RIP (réseaux d'initiative publique).
De même, l'ODD n°10 (inégalités réduites), l'ODD n°11 (villes et communautés durables) et l'ODD n°13 (lutte contre les changements climatiques) font partie de nos priorités stratégiques. Nous aidons les collectivités à s'adapter au changement climatique ou à renforcer l'accès aux services publics, notamment via le programme « Action cœur de ville ». Nous traitons aussi bien des problématiques environnementales que sociales, afin d'accompagner au mieux une transition juste des territoires, ce qui s'est, par exemple, traduit, sur l'année 2019, par le financement de la construction de plus de 100 000 logements sociaux et de la rénovation thermique de près de 57 000 logements sociaux.
L'ODD n°17 fait également partie de nos priorités. La Banque des Territoires a, par exemple, renforcé son partenariat avec l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) dans les domaines de la transition écologique et de l'économie circulaire.

AE : Quels sont les autres ODD significatifs ?

CV : Assurer une gestion durable des ressources en eau, au regard de l'ODD n°6, qui fait partie des ODD significatifs pris en compte. Nous avons lancé, en 2019, l'offre « Aqua Prêt ». Ce soutien vise à répondre aux besoins de modernisation et d'entretien des réseaux d'eau et d'assainissement, gérés par les collectivités locales. À ce jour, nous avons pu soutenir environ 150 programmes « eau et assainissement ».

Les autres ODD significatifs sur lesquels nous cherchons à avoir une contribution particulière sont la promotion d'une croissance économique soutenue, partagée et durable (ODD n°8), la préservation et la restauration des écosystèmes terrestres (ODD n°15), la santé et le bien-être de tous (ODD n°3), la promotion d'une éducation de qualité (ODD n°4) et des modes de consommation et de production durables (ODD n°12).

AE : Développez-vous d'autres outils au service du développement durable ?

CV : La Banque des Territoires a aussi lancé, en 2019, un plan d'actions « développement durable » articulé autour de trois piliers : la cohésion sociale et territoriale, l'environnement et le climat, et les grandes transformations. Ce plan comprend une vingtaine d'actions à mettre en œuvre à court ou moyen terme. La préservation de la biodiversité fait notamment partie des priorités de ce plan. La Banque des Territoires a ainsi mis en place une « mini task force » pour réfléchir à de nouveaux principes d'intervention (investissements, prêts, ingénierie) dédiés aux projets en faveur de la biodiversité.

AE : Quels sont les différents modes d'intervention de la Banque des Territoires en faveur du DD ?

CV : Le groupe Caisse des Dépôts, incluant la Banque des Territoires, a augmenté ses financements verts, sur la période 2018-2020. Ils sont passés de 16 à 18 milliards d'euros pour soutenir des projets à faible impact carbone menés à l'échelon territorial. Nous nous sommes engagés à aligner nos portefeuilles sur une trajectoire de réchauffement de 1,5°C, comme prévu par l'Accord de Paris sur le climat. Plusieurs offres de prêts sur fonds d'épargne ont aussi été lancées par la Banque des Territoires. Il s'agit de l'« Aqua prêt », comme déjà mentionné, mais aussi du « Mobi prêt » relatif aux projets de modernisation d'infrastructures de transport et de mobilités innovantes, et de l'« Édu prêt » consacré aux projets de construction, de rénovation et de transformation des bâtiments éducatifs. La Banque des Territoires met en outre à disposition de ses clients une enveloppe de 2 milliards d'euros d'ici 2022, pour soutenir la rénovation énergétique des bâtiments publics, via le prêt « GPI AmbRE - Ambition Rénovation Energétique ». Sur nos autres métiers, comme l'ingénierie et l'investissement, nous cherchons à générer un effet de levier sociétal, à jouer un rôle moteur, pour pousser nos clients et nos partenaires à « être plus DD » dans les projets qu'ils initient. L'ambition de la Banque des Territoires est d'accompagner les territoires dans une transition plus juste et inclusive, tout en conservant un équilibre entre la protection de l'environnement, la justice sociale et la prospérité économique.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager