En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les diagnostics des sols dans les lieux accueillant des enfants vont débuter

Une première liste d'établissements concernés par les analyses de sols des lieux accueillant du public a été publiée. Au total, plus de 2.000 sites seront échantillonnés au cours des cinq prochaines années pour un budget de 50 millions d'euros.

Aménagement  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Les diagnostics des sols dans les lieux accueillant des enfants vont débuter
   
Dans le cadre du deuxième plan national santé environnement et du Grenelle de l'environnement, les ministères de la santé, de l'éducation nationale et du développement durable ont préparé un programme de diagnostic visant à vérifier le niveau de pollution des sols sous certains établissements sensibles. Une série d'analyses va être réalisée sur plusieurs anciens sites industriels qui accueillent désormais des crèches, des écoles, des collèges ou encore des aires de jeux. La liste des établissements concernés a été rendue publique récemment.

Le ministère du développement durable se veut rassurant : ''ce programme est en préparation depuis plusieurs années, il n'y a aucun signal sanitaire, ce n'est pas un problème de pollution des sols'', explique Laurent Michel, directeur général de la prévention des risques. ''Il s'agit juste de vérifier, car à l'époque la dépollution n'a peut-être pas été faite comme il fallait'', ajoute-t-il. L'objectif est de s'assurer que les pollutions éventuellement présentes dans les sols ne dégradent pas l'air intérieur des locaux, les aires de jeu et le réseau d'eau potable.

Pour la première vague d'analyse 1.200 établissements répartis sur 70 départements sont concernés. 1.000 autres seront analysés à partir de début 2012. Le choix de ces établissements s'est appuyé sur la base de données des anciens sites industriels, l'analyse des archives et de l'histoire industrielle de la région et la densité de population.

La méthodologie à mettre en œuvre a été mise au point suite à une série de tests effectués sur sept établissements. Les analyses seront effectuées en période scolaire sur les sols, les gaz qu'ils contiennent et sur l'air intérieur des bâtiments. Les polluants recherchés dépendront des anciennes activités du site industriel. S'il s'agit d'un ancien garage automobile par exemple, il faudra recherche les concentrations en hydrocarbures, en solvant de dégraissage et en métaux lourds. Pour chaque établissement, une durée d'environ 25 semaines est à prévoir entre la première visite et la fin des diagnostics. La première vague de diagnostics débutera mi-juillet et devrait durer 2 à 3 ans environ.

''Si une pollution est retrouvée, on recherchera l'entreprise responsable'', explique Laurent Michel. Les travaux éventuels devront donc être effectués par les maîtres d'ouvrage. Dans le cas des sites orphelins, l'ADEME interviendra. Les travaux consisteront à recouvrir les terres polluées ou si cela est possible de les enlever pour les remplacer. Pour l'air intérieur, il s'agira de mettre en place une aération régulière ou une ventilation permanente des locaux. Mais les ministères sont confiants : ''sur les diagnostics tests, il n'y a pas eu de problème majeur'', précise Laurent Michel. ''Dans un cas, nous avons retrouvé de l'huile usagée provenant du garage à proximité mais nous n'avons pas relevé d'impact pour les élèves dans les classes'', ajoute-t-il.

L'ensemble du programme devrait coûter 50 millions d'euros. Il sera financé par les ressources allouées au Grenelle.

Réactions2 réactions à cet article

 
Qui fait quoi

Et peut on savoir quels sont les organismes en charges de ces diagnostiques ?

akapelis | 24 juin 2010 à 09h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pas le seul facteur.............

Examiner le sol pourquoi pas mais il faudrait considérer aussi l'air que les enfants respirent, les radiations (mat telephonie mobile) auxquels des inconscients (pour ne pas dire fous furieux) soumettent les enfants, l'eau qu'ils boivent à l'école enrichie gratuitement en nitrates et pesticides par nos amis les agriculteurs (entre autres) et la nourriture (non bio et principalement à base de pates) qu'ils mangent à la cantine.
Voila ce que nous faisons pour nos générations futures. Tout cela est infiniment honorable!

arthur duchemin | 24 juin 2010 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager