En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dieselgate : la justice anglaise estime que le logiciel de VW n'est pas conforme au droit européen

Transport  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 6 avril, la Haute cour de justice d'Angleterre a estimé que la présence d'un logiciel modifiant le fonctionnement d'un véhicule pendant les tests d'homologation européens constitue bien une infraction. Ce jugement, rendu par l'une des plus haute juridiction de première instance d'Angleterre et du Pays-de-Galles, concerne une action collective intentée par 91 000 propriétaires de voitures Volkswagen (VW), Audi, Skoda et SEAT, toutes vendues avec le même type de moteur diesel VW (de type « EA 189 »).

Avec ce jugement, la justice anglaise ouvre la voie à l'indemnisation des plaignants. Le tribunal doit dorénavant préciser les conséquences financières de ses conclusions. Quant au groupe VW, il envisage de faire appel de la décision.

Des arguments « absurdes »

La question centrale posée à la cour consistait à déterminer si la présence d'un dispositif permettant à un véhicule de fonctionner différemment lors des tests d'homologation constitue, ou non, une infraction à la règlementation européenne. Jusqu'à maintenant, les constructeurs visés par le scandale du dieselgate expliquaient que le règlement de 2007 encadrant l'homologation des véhicules permettait à un constructeur d'optimiser le véhicule lors des tests.

En l'occurrence, l'unité de commande du moteur visé par le jugement était capable d'identifier le cycle de conduite du test européen. Il fonctionnait alors différemment : une modification du taux de recirculation des gaz d'échappement permettait de réduire les émissions d'oxydes d'azote (NOx) pour respecter la norme européenne. Il s'agit bien d'un « dispositif de neutralisation » au sens de la réglementation européenne, estime la Haute cour de justice.

Le jugement est particulièrement sévère avec VW. Le constructeur avait notamment avancé que son logiciel n'était qu'un élément d'incertitude parmi d'autres. Certains atténuent les émissions polluantes lors du test, d'autres les augmentent, expliquait le constructeur, qui considère que le législateur aurait dû évaluer ces aspects pour déterminer si le résultat du test était faussé par le logiciel. Un argument qualifié d'« absurde » par le juge.

Réactions2 réactions à cet article

 

Amusant que ce soit la Haute cour de justice de Sa Majesté qui statue sur du droit européen.
Voilà qui prouve que le citoyen n'en a pas fini avec les bidouillages mafieux des grands fabricants de bagnoles et autres engins à moteurs diesel.
Quand on pense que les SUV, qui plus est à moteur diesel, se vendent de mieux en mieux, il y a de quoi s'interroger !

Pégase | 08 avril 2020 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'espère que la remise à jour du logiciel sera obligatoire sur tous les véhicules de la marque VW, même si ça réduit les performances du véhicule qui ont été volées à un fonctionnement d'un diésel concurrent, en quelque sorte VW leur en a donné plus, il le retire, what else.
Quand a indemniser,non!, ils devraient déjà avoir honte de rouler avec un diésel et nous indemniser les déficients pulmonaires.
J'espère que la fin du covid sera la fin de tous les véhicules diésels.

pemmore | 08 avril 2020 à 14h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager