En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Dieselgate : les résultats de la commission indépendante accablent le groupe Renault

Après les révélations de la commission allemande d'évaluation des émissions de NOx, le ministère de l'Environnement publie le détail des tests français. Renault se distingue par des dépassements du seuil règlementaire particulièrement élevés.

Transport  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Jeudi 28 avril, le ministère de l'Environnement a publié un complément des résultats intermédiaires de la commission technique indépendante de contrôle des émissions polluantes des véhicules. Ces précisions confirment les résultats détaillés publiés le 22 avril par son homologue allemand.

Ces résultats sont "consternants", estime France Nature Environnement qui explique que "dans le classement des pires élèves, les « champions » sont : Renault-Nissan, Opel puis Ford". En l'occurrence parmi ces trois marques, les véhicules du groupe Renault se distinguent nettement en obtenant la plupart des dépassements les plus élevés. FNE explique que les véhicules qui dépassent les normes de façon significative sont dotés d'"un dispositif de commande qui bride le système de dépollution par recirculation des gaz d'échappement (EGR) à certaines températures".

Pour rappel, suite au "dieselgate", le ministère de l'Environnement a créé une commission chargée de mesurer les émissions d'oxydes d'azotes (NOx) de 100 véhicules diesel. Elle rassemble des parlementaires, des associations de consommateurs, des ONG environnementales, des représentants des ministères de l'Environnement, de l'Industrie et de l'Economie, ainsi que des spécialistes d'organisations et d'établissements publics spécialisés.

Renault en tête des dépassements

Le 6 avril, le bilan dressé par le ministère de l'Environnement à partir des tests effectués sur les 52 premiers véhicules de quinze marques différentes révèle que les dépassements du seuil règlementaire d'émission sont systématiques et de grande ampleur. Les tests sur piste "montrent qu'une majorité des véhicules Euro 6 testés dépassent de plus de cinq fois leur limite d'émissions (80 mg/km) dont certains, bien au-delà", annonçait alors le ministère. Mais les véhicules n'étaient pas nommés.

Les détails publiés le 28 avril désignent les modèles qui dépassent très largement le seuil règlementaire (soit des émissions de NOx supérieures à 800 mg/km). Il s'agit de l'Opel Zafira (deux modèles ont été testés, l'un émettant 10,8 fois plus que la norme et l'autre 11,7 fois) et du Renault Captur 90 ch (11,1 fois la norme).

Par ailleurs, la liste des véhicules émettant sept fois plus que le seuil règlementaire illustre les problèmes rencontrés par le groupe Renault. Elle permet aussi de mieux comprendre pourquoi, début janvier, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a perquisitionné plusieurs sites du groupe à la demande de la commission technique.

   
Résultats des tests sur piste
 
   
Outre les trois Opel Zafira et le Renault Captur 90 ch, le groupe des véhicules émettant plus de sept fois le seuil règlementaire comprend neuf des 52 voitures testées : le Renault Kadjar (9,7 fois la norme), le Renault Espace dCI (9,2 fois la norme), les trois Renault Captur 110 ch testés (avec des émissions atteignant 7,9 fois la norme pour deux d'entre eux et 9,3 fois pour le dernier), le Nissan Quashquai DCI (8,7 fois la norme), la Renault Laguna (7,6 fois la norme), la Peugeot 5008 (7,4 fois la norme) et l'Opel Mokka (7 fois la norme).

Ces résultats viennent confirmer ceux de la commission allemande qui signalaient des "augmentations significatives" des émissions de NOx des voitures du groupe Renault pour des températures extérieures inférieures à 10°C. La Dacia Sandero émet dix à douze fois plus de NOx que la limite réglementaire (plus de 1.000 mg/km) et les Renault Kadjar 1,6 litre et 1,5 litre jusqu'à quatorze fois plus (jusqu'à plus de 1.200 mg/km pour le modèle 1,6 litre et plus de 1.100 mg/km pour le modèle 1,5 litre), détaillait-elle. Le constructeur français a expliqué utiliser une stratégie de "fenêtre de température", c'est-à-dire un dispositif de mise à l'arrêt du système de dépollution lorsque les conditions de température ne sont pas optimales.

Réactions6 réactions à cet article

 

Stop au diesel ! « Rouler avec un diesel c’est criminel »

ActiVE | 02 mai 2016 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Puisque ces véhicules ne respectent pas les normes posées, il faut leur interdire de circuler, charge à leur propriétaires de se retourner vers le vendeur. Dans notre système juridique c'est ainsi que les choses doivent se passer : les acquéreurs étaient libres de choisir leurs voitures, ils en sont responsables vis à vis de la collectivité, mais ils peuvent se retourner contre le vendeur pour se faire indemniser du préjudice subli.

jbruguier | 02 mai 2016 à 19h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'attends avec impatience les résultats d'une étude similaire sur les véhicules essence avec en particulier mesure des COV à froid (conditions urbaines classiques), ou avec des catalyseurs de plus de 50 000 km.
Si l'ADEME dit vrai, on devrait ainsi réentendre parler d'oxyde de carbone, de benzène et autres particules aromatiques.
Je crains que le lobby de l'essence , aidé par le lobby écolo me fasse attendre encore longtemps.

VD69 | 03 mai 2016 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si le titre était : "Les résultats de la commission indépendante accablent les groupes Opel et Renault".
On serait plus proche de la réalité des résultats des tests.
Mais bon dieux ce que cela fait français de nous autoflageller.
A moins que l'on ait peur des réaction des étrangers et en particulier de Général Motors.

VD69 | 03 mai 2016 à 16h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De toute manière les véhicules thermique dans l'ensemble sont hors normes. Seul le véhicule 100% électrique alimenté avec des EnR est vertueux. Les batteries sont recyclable à 98 % et aurons une durée de vie de près de 20 ans.

ActiVE | 04 mai 2016 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réponse à VD69

Le titre évoque Renault pour deux raisons.

Tout d'abord, sur les neuf véhicules ayant obtenus les dépassements les plus importants, il y a six véhicules du groupe Renault-Nissan (Captur 90 ch, Kadjar, Espace dCI, Captur 110 ch, Nissan Quashquai DCI et Laguna). Il y a aussi deux voitures Opel (Zafira et Mokka) et une Peugeot (5008).

Par ailleurs, Renault a une autre particularité. C'est le seul groupe dont la quasi totalité des voitures dépasse de plus de cinq fois le seuil règlementaire. La commission a aussi testé des véhicules répondant aux normes Euro 5 (émissions de NOx à 180 mg/km, contre 80mg/km pour la norme Euro 6). Pour Renault, les résultats sont les suivants : l'Espace émet 4,9 fois la norme, le Dacia Duster 5,2 fois, la Kango 5,5 fois, le Senic 5,8 fois, le Nissan Navara 6 fois, la Clio 6,1 fois et le Senic 3 émet 6,8 fois. Chez les concurrents, les trois plus mauvais résultats sont ceux du VW Tiguan (4,6 fois la norme), de la Fiat Doblo (4,4 fois) et de la Toyota Yaris (4,3 fois). Les voitures Renault constituent donc le groupe de véhicule le plus polluant.

La seconde raison est que la DGCCRF a ouvert une enquête sur les dépassements d'émissions de Renault.


Cordialement,

Philippe Collet Philippe Collet
09 mai 2016 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager